Add to My Yahoo! Add to NetvibesAdd to Google
fr en it  
  Jeudi 31 juillet 2014  
Aide ¦ rédaction ¦ contact ¦ ¦
Rechercher

SOCIéTé

Triple meurtre chez le général Ramananarivo, quel mobile pour une telle barbarie ? 05/04/2012 | 12:24:24

Crime odieux, vengeance, crime politique, un cambriolage qui a mal tourné, meurtres avec préméditations, les hypothèses fusent après la découverte macabre des corps sans vie de la famille du général Claude Ramananarivo, ancien commandant de la gendarmerie et l’un des membres du Directoire militaire d’un jour en 2009.

Mercredi, quand les responsables du Fokontany d’Andohan’i Mandroseza et les gendarmes de la Section Recherche de Betongolo sont arrivés au domicile du général Ramananarivo, suite à une demande de la famille qui était prise d’inquiétude, le portail était fermé de l’intérieur. Quelques pas dans la cour et les premiers signes du drame se faisaient sentir. L’odeur nauséabonde des corps en décomposition était très forte. Dans la grande pièce, on voyait de l’extérieur une marre de sang.

La porte d’entrée principale était fermée. Il fallait donc forcer l’entrée à l’étage. Le premier corps sans vie a été découvert. Il s’agit de la fille adoptive du général Ramananarivo prénommée Fitiavana. La victime était âgée de 16 ans et souffrait d’une légère déficience mentale. « Le corps est déjà bien abimé, on voit son crâne », rapporte un responsable du fokontany. En investissant le rez-de-chaussée, les gendarmes constatent un désordre complet, avec des meubles et des objets déplacés.

C’est dans le sous-sol que les enquêteurs ont trouvé les deux autres victimes couchées l’une sur l’autre, le général et son épouse Yvonne. Les deux parents ont été vraisemblablement torturés. Est-ce qu’il y a eu lutte, en tout cas, les premières constatations des médecins légistes font état de torture. La fille a été notamment électrocutée. Les meurtriers essayaient-ils de faire pression sur le général ?

Le mobile de ces trois meurtres pleins de sauvagerie est encore un mystère. Le cambriolage qui a mal tourné est la première hypothèse. Les premières choses qui manquaient sont un véhicule 4x4 Toyota Rav 4 et l’ordinateur portable du général. Dans ce type d’affaires, on « soupçonne » souvent les domestiques d’être de mèche avec les assaillants. La famille du général affirme l’existence d’une domestique qui ne travaille que la matinée. Cette personne est toutefois inconnue des voisins et du Fokontany.

« Le général et sa femme étaient des gens simples, ils se chargeaient eux-mêmes d’apporter leurs poubelles au bac à ordure », témoigne un voisin qui doute de l’existence de ladite employée de maison. Comme l’heure des poubelles est en début de soirée et que ladite personne finissait à midi, c’est normal si elle ne s’occupait de jeter les ordures ménagères.

En tout cas, les soupçons sont fondés puisque ladite personne aurait dû prévenir les autorités si elle était venue travailler au domicile du général, un jour après la tuerie. D’après la décomposition du corps, les meurtres ont déjà eu lieu un peu plus de trois semaines.

D’autres indices suscitent encore plus l’interrogation. Les dossiers éparpillés et les objets de valeurs laissés dans la maison signifient-ils que les assaillants n’étaient pas des cambrioleurs ? Quel message voulaient-ils transmettre en mettant au milieu du salon un seau rempli de sang avec le képi du général à l’intérieur ? L’hypothèse d’un règlement de compte ou d’un crime « politique » n’est pas exclue.

Les proches du général Claude Ramananarivo ont contacté la gendarmerie après que la petite famille n’a plus donné signe de vie, ayant déjà manqué la traditionnelle réunion familiale le 25 mars 2012. Les cinq téléphones portables susceptibles de les joindre ont été sur messagerie. Même si la réaction était un peu tardive, il n’y avait plus rien à faire. 


 

Envoyer cet article à un ami

 

Commentez cet article (1)

 

Imprimer

(1) Il n'y a encore aucun commentaire pour cet article

LISEZ AUSSI

29/07/2014 | 09:45:34
Hery Rajaonarimampianina est-il un prédateur de la liberté de la presse ? Le chef de l’Etat a habilement tourné à son avantage l’embarras dans lequel son ami ministre d’Etat et chef de parti Rivo Rakotovao l’a mis. Aux yeux de l’opinion, ce n’est pas le procureur de la République ni les juges qui jettent les journalistes en prison mais les politiciens au pouvoir. [Voir]

29/07/2014 | 09:43:50
Le piratage – selon la version officielle - du site web du ministère des Affaires Etrangères qui annonçait le retour au pays de l’ancien président en exil Marc Ravalomanana n’a pas suffi pour mettre en exergue le fait que Madagascar a désormais une loi sur la lutte contre la cybercriminalité. Les textes prévoient des sanctions très dures avec des peines allant jusqu’à 10 ans d’emprisonnement et 100 millions d’ariary d’amende. Se connecter avec un mot de passe qui n’est pas le sien, utiliser facebook, réagir sur des forums de discussion, ce sont des choses ordinaires qui peuvent couter très cher aux malgaches. [Voir]

12/06/2014 | 10:08:09
Le ministère de l'éducation nationale cherche actuellement les moyens de faire retourner sur les bancs des écoles environ un million d'enfants déscolarisés durant les dernières années de crise dans la Grande Ile. [Voir]

11/06/2014 | 09:39:54
La nouvelle autorité à Antananarivo a mobilisé mille membres des forces de l’ordre afin d’essayer de juguler le phénomène d’insécurité dans le Sud de la Grande ile. Mais au lieu de rassurer la population locale, le déclenchement de cette opération dénommée « coup d’arrêt » a plutôt suscité l’inquiétude. [Voir]

27/05/2014 | 09:13:09
Le nombre exact des morts à la suite d’affrontements entre des villageois dans le Sud de Madagascar n’est pas connu. La presse a évoqué une centaine de victimes depuis le début du conflit, il y a quelques mois, et le Bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNGRC) a confirmé le déplacement de plus de mille individus, et la destruction de quelque 400 maisons. [Voir]

13/05/2014 | 10:19:19
Le nombre des consultations au niveau de l’hôpital Manarapenitra baisse progressivement. Inauguré juste avant le départ du président de la Transition du pouvoir, l’hôpital Manarapenitra risque de devenir inutile. Les patients n’ont pas confiance. L’organisation laisse à désirer. [Voir]

30/04/2014 | 09:01:37
La violence des dahalo reprend dans la partie Sud de Madagascar. Un affrontement entre des voleurs de zébus, d’un côté, et la population aidée par des gendarmes, de l’autre côté, a fait une quarantaine de morts, dont la plupart sont des présumés dahalo, aux environs de la localité d’Ihosy. Les dahalo venaient de voler des centaines de zébus dans différents villages de la région Ihorombe. Dans de nombreuses localités du sud de Madagascar, des centaines de dahalo s’en prennent souvent aux villages pour voler notamment des zébus, mais parfois pour prendre tout ce qu’ils peuvent emporter dans le même temps. Les attaques de ce genre étaient moins fréquentes au cours des derniers mois, mais la situation empire de nouveau actuellement. Des milliers de personnes sont en fuite dans le district d’Amboasary pour fuir l’attaque des dahalo. Depuis toujours, le vol de zébus est un phénomène impossible à résorber totalement dans la Grande Ile. Mais le coup d’Etat de 2009 et la crise politique, ayant engendré une crise économique à travers le pays, avait aggravé la situation. Depuis quelques années, ce sont des bandes armées, souvent composées d’une centaine d’hommes munis de kalachnikov, qui s’en prennent aux villages. Le sud de Madagascar est particulièrement riche en cheptel bovin. Raison pour laquelle cette partie de l’île est celle qui est la plus touchée par le phénomène dahalo. D’autant que la population pratique essentiellement un élevage contemplatif. La reprise des attaques des bandes armées risque en tous cas de donner du fil à retordre aux nouveaux dirigeants du pays. Le président de la République, Hery Rajaonarimampianina, investi en fin janvier, et son Premier ministre, Kolo Roger, qui vient de former son gouvernement, ne s’attendaient point à être confrontés à ce problème épineux en si peu de temps passé à la direction du pays. [Voir]

24/04/2014 | 22:20:30
La problématique de la CNaPS et de tous les services de prévoyance sociale en général est la prédominance des difficultés actuelles sur le souci de la situation future. Les affiliés ont l’impression de payer beaucoup et de gagner très peu dans les prestations de la caisse de la sécurité sociale. Comment faire comprendre aux Malgaches que la cotisation à la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale n’est pas un impôt payé par les employeurs, mais une participation à un élan de solidarité dont bénéficient les employés et leur famille. [Voir]

16/04/2014 | 11:38:43
La ville paisible d’Antsirabe fait face depuis quelques jours à une invasion acridienne sans précédent. La population crie au scandale. Ce n’est pas la première fois que cela arrive ces derniers temps, mais les gens ont l’impression que pas grand-chose n’a été fait au cours des derniers jours. Tout naturellement ce sont les paysans qui vont payer cher le laxisme des autorités dans ce domaine. [Voir]

11/04/2014 | 08:32:32
La vie a repris son cours normal dans les districts du Nord-ouest de Madagascar récemment touchés par le cyclone Hellen. La plupart des sinistrés sont déjà retournés chez eux. Les cours ont déjà repris pour tous les élèves. Mais un risque lié à la santé de la population serait réel. [Voir]

NEWSLETTER

Accédez GRATUITEMENT aux articles et recevez tous les jours Madonline dans votre boite-aux-lettres (offre limitée).

Entrez votre adresse email ici: