Add to My Yahoo! Add to NetvibesAdd to Google
fr en it  
  Mercredi 23 avril 2014  
Aide ¦ rédaction ¦ contact ¦ ¦
Rechercher

POLITIQUE

Une armée qui fait la police et de la politique 05/04/2012 | 21:52:22

A l’heure du bilan de l’opération des forces de l’ordre censée ramener la sécurité et la paix sociale à Antananarivo, les meurtres sordides du général Claude Ramananarivo et de sa famille anéantissent un résultat encourageant. L’armée se trouve-t-elle à nouveau face à ses démons, tant la thèse du règlement de compte plane sur l’affaire. L’ancien commandant de la gendarmerie a en effet pris ses responsabilités face à des évènements politiques auxquels l’armée y a mis son grain de sel.

Les hauts responsables des forces de l’ordre ont présenté avec une certaine satisfaction sans occulter les lacunes l’opération de sécurisation de la ville d’Antananarivo et de ses environs du 28 mars au 02 avril 2012. 1584 éléments issus de l’armée, de la gendarmerie et de la police nationale ont été déployés. Quelque 8000 contrôles ont été effectués.

Les forces de l’ordre ont enregistré 824 infractions dont une cinquantaine relevaient de l’ivresse sur la voie publique. 406 arrestations ont été réalisées. Si l’objectif affiché par le général Richard Ravalomanana, commandant de l’Emmo Reg, était de dissuader les malfaiteurs de croiser des militaires qui les prendront pour des ennemis, le bilan de l’opération est limité à 8 cambriolages et vols avortés.

A l’heure du bilan, le ministre de la Défense a reconnu une faille. « C’est la désynchronisation du système, il y a des gens qui ne prennent pas leur responsabilité », accuse le général Lucien Rakotoarimasy . Il dément toutefois la rumeur du désengagement de l’armée dans le maintien de l’ordre et les opérations de sécurisation.

Il y a-t-il un malaise au sein des forces de l’ordre. Une mutinerie revendicatrice des militaires, des policiers qui se muent en meurtriers et dernièrement un général de la gendarmerie qui est sauvagement assassiné, la question est légitime.

Une grande muette toujours rattrapée par la politique

L’affaire du triple meurtre de la famille du général Ramananarivo a créé une certaine tension. Les dessous politiques de ce crime sordide planent tant les assaillants semblaient chercher des documents plutôt que des objets de valeur.

Le général Claude Ramananarivo a été celui qui a dirigé les forces armées légales pour arrêter un groupe de militaires ayant comme projet d’abattre l’avion présidentiel en 2006. Les putschistes ont été arrêtés, condamnés et écroués à Tsiafahy,  à leur tête le général Andrianafidisoa. Considérés comme des prisonniers politiques, ils ont été libérés et réhabilités à leur grade par Andry Rajoelina après le coup d’Etat militaro-civil de 2009.

Avant l’éviction du président Ravalomanana, les hauts gradés de l’armée avaient donné un avertissement au chef de l’Etat et au maire d’Antananarivo qui était en train de le renverser de trouver une solution à la crise. « Sinon, ils prendraient leur responsabilité ». Parmi ces généraux figurait Claude Ramananarivo. L’éventualité d’un directoire militaire a vu le jour.

Quand le président Ravalomanana leur donnait la responsabilité de former le directoire militaire, les haut gradés l’ont décliné, sous la menace de l’escadron putschiste mené par un certain Commandnat Charles Randrianasoavina. Le général Ramananarivo était à l’Episcopat d’Antanimena lors du coup de force de l’armée pro-Rajoelina, en mars 2009. Il était l’un des 5 membres du directoire d’un jour.

Comme tous les généraux qui n’étaient pas ouvertement pro-TGV, Claude Ramananarivo a été envoyé à la retraite en décembre 2009. Aurait-il emporté certains secrets d’Etat dans sa tombe ? Pour avoir voulu faire des révélations, le Lieutnant Colonel Charles Randrianasoavina a eu plus de chance d’avoir été condamné à perpétuité tout en passant un congé maladie à l’étranger.


 

Envoyer cet article à un ami

 

Commentez cet article (1)

 

Imprimer

(1) Il n'y a encore aucun commentaire pour cet article

LISEZ AUSSI

18/04/2014 | 23:06:29
La plupart des 31 membres du gouvernement ont des expériences des ministères, que ce soit en tant que ministre, secrétaire général ou directeur. Le redoublement zéro voulu par le président de la République et souhaité par certains membres de la communauté internationale n’a pas été respecté. « Ce n’était pas un ordre strict, commente le Kolo Roger, on peut en garder quelques un s’ils se sont montrés très compétents à leur poste ». Le pluralisme du gouvernement peut être justifié par le fait que ni le président ni le premier ministre n’a un parti. [Voir]

18/04/2014 | 22:34:58
Accouchement difficile mais sans douleur pour le premier gouvernement de la 4ème République. Le premier ministre Kolo Roger a ratissé large pour inclure les principales forces politiques présentes lors des dernières élections présidentielles et législatives. Les critères de sélection, qui ont été l’objet de toutes les interrogations, seraient l’expérience et la disponibilité à travailler avec le président de la République pour réaliser la politique générale de l’Etat. Dans les faits, les portefeuilles du gouvernement ont été partagés à des partis et mouvances politiques au nom de l’inclusivité et de la réconciliation nationale. Même le Mapar y est présent… de facto naturellement. [Voir]

11/04/2014 | 17:39:59
Il aura fallu deux mois et demi au président de la République pour nommer l’un des deux ex-candidats qui l’avaient proposé comme remplaçant à l’élection présidentielle. Kolo Roger, le doyen l’emporte donc sur Jules Etienne. Et pourtant, le chef de l’Etat affirme que ce choix a été proposé par le parti ou le groupe de parti majoritaire à l’Assemblée nationale, dans le respect total de l’article 54 de la Constitution, sans jamais citer le MAPAR. Lors de la cérémonie de présentation du premier ministre, plutôt du nom de ce dernier, Hery Rajaonarimampianina a curieusement évité de le prononcer. [Voir]

28/03/2014 | 10:04:26
C’est avec amertume et sentiment de révolte que Christine Razanamahasoa a réagi à la remise en cause par la Haute Cour Constitutionnelle de l’élection du bureau permanent de la présidente de l’Assemblée nationale. Pour celle qui a été propulsée par les députés du MAPAR et du GPS à la tête de la chambre basse, la chute a été prévisible, mais douloureuse. Elle accuse la dérive dictatoriale de l’exécutif et du judiciaire. Ironie de l’histoire. [Voir]

25/03/2014 | 08:33:54
Une vingtaine de prisonniers sont encore derrière les barreaux actuellement suite à des événements survenus notamment en 2009 et en 2010 au moment fort de la crise politique. Il s’agit essentiellement d’officiers et de sous-officiers impliqués dans les affaires de la Base aéronavale d’Ivato (BANI) et du camp de la Force d’Intervention de la Gendarmerie nationale (FIGN), ainsi que des militaires condamnés dans la mystérieuse affaire de tuerie du 7 février 2009. [Voir]

19/03/2014 | 21:08:48
La formation d’un gouvernement démocratique garantissant la stabilité politique est la principale condition rappelée par la communauté internationale au président malgache élu en déplacement à New York et Washington. Face à des promesses d’aides et de reprise des financements, il lui faudra faire un geste politique fort. Apparemment, ce sera un gouvernement d’union qui réconcilie les Malgaches au grand dam de ses anciens alliés qui veulent régner sans partage. [Voir]

15/03/2014 | 20:36:36
Le président Hery Rajaonarimampianina met à l’épreuve la patience de ceux qui ne s’allient pas à la majorité qu’il veut instaurer pour gouverner le pays. La nomination du premier ministre n’est pas encore à l’ordre du jour faute de compromis. Le débat sur les dispositions constitutionnelles est loin d’être terminé. L’enjeu est de déposséder le Mapar du pouvoir qu’il s’est attribué pour maitriser l’Assemblée nationale et imposer un homme de la mouvance Rajoelina au poste de chef du gouvernement. [Voir]

14/03/2014 | 16:35:58
Jean Omer Beriziky a été le plus chanceux des chefs d’institution de la défunte Transition. Le blocage politique actuel dans la Grande Ile a été bénéfique pour lui. Tant que la nomination du nouveau Chef du gouvernement tarde à se concrétiser, l’actuel Premier ministre restera au palais de Mahazoarivo. [Voir]

05/03/2014 | 07:49:30
Ce n’est pas la première fois que les Américains dénoncent des cas de violation des droits de l’homme dans la grande Ile. Mais le dernier rapport établi par le département d’Etat a été encore plus virulent. Notamment à l’endroit des forces de l’ordre qui sont montrées du doigt pour des abus divers, et, surtout, pour les exécutions arbitraires. [Voir]

28/02/2014 | 16:32:47
On s’interrogeait sur son mutisme, le président de la République se fait malmener par ses anciens amis devenus par le concours de circonstances ses opposants. Hery Rajaonarimampianina a réagi non sans autorité pour limoger les hommes clés de la transition dont les fonctions avaient un impact sur le plan politique. Fort de soutiens de plus en plus nombreux, il a recadré le Mapar en refusant la nomination de Haja Resampa au poste de premier ministre, mais promet de ne pas aller au-delà de la loi. En même temps, son candidat Jules Etienne essaie de rassembler une majorité à l’Assemblée nationale. [Voir]

NEWSLETTER

Accédez GRATUITEMENT aux articles et recevez tous les jours Madonline dans votre boite-aux-lettres (offre limitée).

Entrez votre adresse email ici: