Add to My Yahoo! Add to NetvibesAdd to Google
fr en it  
  Vendredi 1 aout 2014  
Aide ¦ rédaction ¦ contact ¦ ¦
Rechercher

POLITIQUE

Une armée qui fait la police et de la politique 05/04/2012 | 21:52:22

A l’heure du bilan de l’opération des forces de l’ordre censée ramener la sécurité et la paix sociale à Antananarivo, les meurtres sordides du général Claude Ramananarivo et de sa famille anéantissent un résultat encourageant. L’armée se trouve-t-elle à nouveau face à ses démons, tant la thèse du règlement de compte plane sur l’affaire. L’ancien commandant de la gendarmerie a en effet pris ses responsabilités face à des évènements politiques auxquels l’armée y a mis son grain de sel.

Les hauts responsables des forces de l’ordre ont présenté avec une certaine satisfaction sans occulter les lacunes l’opération de sécurisation de la ville d’Antananarivo et de ses environs du 28 mars au 02 avril 2012. 1584 éléments issus de l’armée, de la gendarmerie et de la police nationale ont été déployés. Quelque 8000 contrôles ont été effectués.

Les forces de l’ordre ont enregistré 824 infractions dont une cinquantaine relevaient de l’ivresse sur la voie publique. 406 arrestations ont été réalisées. Si l’objectif affiché par le général Richard Ravalomanana, commandant de l’Emmo Reg, était de dissuader les malfaiteurs de croiser des militaires qui les prendront pour des ennemis, le bilan de l’opération est limité à 8 cambriolages et vols avortés.

A l’heure du bilan, le ministre de la Défense a reconnu une faille. « C’est la désynchronisation du système, il y a des gens qui ne prennent pas leur responsabilité », accuse le général Lucien Rakotoarimasy . Il dément toutefois la rumeur du désengagement de l’armée dans le maintien de l’ordre et les opérations de sécurisation.

Il y a-t-il un malaise au sein des forces de l’ordre. Une mutinerie revendicatrice des militaires, des policiers qui se muent en meurtriers et dernièrement un général de la gendarmerie qui est sauvagement assassiné, la question est légitime.

Une grande muette toujours rattrapée par la politique

L’affaire du triple meurtre de la famille du général Ramananarivo a créé une certaine tension. Les dessous politiques de ce crime sordide planent tant les assaillants semblaient chercher des documents plutôt que des objets de valeur.

Le général Claude Ramananarivo a été celui qui a dirigé les forces armées légales pour arrêter un groupe de militaires ayant comme projet d’abattre l’avion présidentiel en 2006. Les putschistes ont été arrêtés, condamnés et écroués à Tsiafahy,  à leur tête le général Andrianafidisoa. Considérés comme des prisonniers politiques, ils ont été libérés et réhabilités à leur grade par Andry Rajoelina après le coup d’Etat militaro-civil de 2009.

Avant l’éviction du président Ravalomanana, les hauts gradés de l’armée avaient donné un avertissement au chef de l’Etat et au maire d’Antananarivo qui était en train de le renverser de trouver une solution à la crise. « Sinon, ils prendraient leur responsabilité ». Parmi ces généraux figurait Claude Ramananarivo. L’éventualité d’un directoire militaire a vu le jour.

Quand le président Ravalomanana leur donnait la responsabilité de former le directoire militaire, les haut gradés l’ont décliné, sous la menace de l’escadron putschiste mené par un certain Commandnat Charles Randrianasoavina. Le général Ramananarivo était à l’Episcopat d’Antanimena lors du coup de force de l’armée pro-Rajoelina, en mars 2009. Il était l’un des 5 membres du directoire d’un jour.

Comme tous les généraux qui n’étaient pas ouvertement pro-TGV, Claude Ramananarivo a été envoyé à la retraite en décembre 2009. Aurait-il emporté certains secrets d’Etat dans sa tombe ? Pour avoir voulu faire des révélations, le Lieutnant Colonel Charles Randrianasoavina a eu plus de chance d’avoir été condamné à perpétuité tout en passant un congé maladie à l’étranger.


 

Envoyer cet article à un ami

 

Commentez cet article (1)

 

Imprimer

(1) Il n'y a encore aucun commentaire pour cet article

LISEZ AUSSI

29/07/2014 | 09:43:03
C’est une opération de communication pour sauver la face. L’affaire des deux journalistes incarcérés a été officiellement dénouée par le président de la République. Ce dernier a déclaré avoir demandé à son ministre d’Etat de retirer la plainte alors que Jean Luc Rahaga et Didier Ramanoelina attendaient en prison le verdict de leur procès pour diffamation par voie de presse. Sans enlever le mérite à Hery Rajaonarimampianina qui a pris position contre l’emprisonnement des journalistes, le régime a plié face à la montée de la mobilisation générale et une récupération politique d’une affaire qui a terni son image. [Voir]

11/07/2014 | 18:10:01
La réunification du parti de l’ancien président, Marc Ravalomanana, le TIM semble sur la bonne voie. En tous cas, le ministère de l’Intérieur ne reconnaît plus désormais qu’un seul parti TIM, celui présidé par Razoarimihaja Solofonantenaina. Très discret durant le moment fort de la crise politique dans la Grande Ile, Razoarimihaja Solofonantenaina revient désormais sur la scène politique. C’est de nouveau lui qui préside le parti Tiako i Madagasikara, d’près un arrêté du ministère malgache de l’Intérieur. Lors d’une conférence de presse, le président du TIM a tout simplement annoncé que « le parti revient à son propriétaire ». De son côté, le Secrétaire général du parti, Mamy Rakotoarivelo a affirmé que « c’est Razoarimihaja que le ministère avait contacté pour annoncer la sortie de l’arrêté ministériel mais pas une autre personne ». Une façon pour lui de soutenir que le TIM est désormais unique. Pour sa part, Marc Ravalomanana, par téléphone, avait félicité les membres du TIM, car « le parti est de nouveau normalisé ». Très récemment, un comté de rassemblement a été mis en place. Reste à savoir si toutes les personnalités ayant déjà fondé leur propre parti depuis la chute de Marc Ravalomanana, en 2009, vont revenir au sein du TIM. [Voir]

27/06/2014 | 10:58:52
Le président de la République a renouvelé ses engagements pris lors de son investiture et a réitéré les grandes lignes de la politique générale de l’Etat. Pour son premier 26 juin a la tête de Madagascar, Hery Rajaonarimampianina a remobilisé la nation pour la réconciliation et la solidarité. « Le devoir que vous m’avez confié est très lourd, mais je l’accepte avec humilité », a-t-il déclaré aux citoyens avant de rappeler ce à quoi il s’est engagé : « la bonne gouvernance, l’Etat de droit, la transparence, la démocratie, une justice impartiale, la lutte contre la corruption et des actions de développement durable ». Après 5 mois au pouvoir, il est toujours au point de départ. [Voir]

07/06/2014 | 11:03:56
Alors que les grandes questions urgentes et vitales semblent totalement ignorées par les députés, l’Assemblée nationale s’apprête à accueillir un groupe parlementaire sorti de nulle part par le tout récent parti présidentiel, ainsi qu’un représentant de l’opposition forcément autoproclamé, car ne représentant pas une force politique au parlement. [Voir]

30/05/2014 | 20:11:15
Le HVM est passé du statut d’association à celui d’un parti politique. C’est du déjà vu et l’histoire a tendance à se répéter. Le parti présidentiel est ouvertement centré sur le personnage de Hery Rajaonarimampianina qui vient d’être élu à la tête de l’Etat. Il regroupe à sa tête des amis fidèles et proches du président. Le nouveau parti se donne pour mission de gagner les élections municipales pour avoir une légitimité que ne peut lui apporter une majorité totalement artificielle à l’Assemblée nationale. [Voir]

30/05/2014 | 10:07:57
L’association Hery Vaovao ho an’i Madagasikara (HVM) s’est transformée en parti politique. Le moment était venu pour le nouveau président malgache de s’affranchir du joug de son ancienne famille politique. Mais la transformation du HVM en parti n’inspire pas véritablement la confiance et risque même de coûter cher à la nouvelle équipe au pouvoir. Car elle manifeste la velléité d’une confiscation du pouvoir. [Voir]

15/05/2014 | 11:11:02
L’impopularité des députés joue-t-elle en leur défaveur ? L’opinion semble favorable à l’application immédiate de la fameuse ordonnance 2014-001 qui oblige les parlementaires à faire une déclaration de patrimoine et qui limite sérieusement leur immunité. Ce texte réglementaire a été sorti à un moment où le président de la République était dans l’incertitude quant aux questions de la majorité à l’Assemblée. Le fait est que, pour le moment, c’est bel et bien l’exécutif qui contrôle le pouvoir législatif, menaçant les députés, sans exception de déchéance. [Voir]

05/05/2014 | 11:17:54
Est-ce une victoire pour la stabilité, le respect de la Constitution, la démocratie ? La petite crise institutionnelle au sein de l’Assemblée nationale a connu un épilogue attendu. La fin n’a jamais été un secret pour la Plate-forme pour la Majorité Présidentielle : renverser le bureau permanent présidé par la MAPAR Christine Razanamahasoa et donner une seconde chance à leur candidat Jean Max Rakotomamonjy. C’est le moyen d’y parvenir qui continue de faire débat. [Voir]

05/05/2014 | 08:07:52
Avec le soutien de quelques députés du groupement MAPAR, anciennement pro-Rajoelina, et avec l'appui du groupement PMP, le nouveau président de la République a réussi à placer ses hommes au niveau du bureau permanent de l'Assemblée Nationale. Christine Razanamahasoa, député pro-Rajoelina, élue au perchoir au mois de février, doit s'en aller au profit de Jean Max Rakotomamonjy, un député issu du parti Leader Fanilo. Jean max Rakotomamonjy a été élu par tous les députés présents à la séance boycottée par la plupart des députés du MAPAR. [Voir]

30/04/2014 | 23:19:54
Quand les affaires de l’Etat deviennent un jeu d’enfant, faut-il encore s’étonner de voir une adaptation de La guerre des boutons à l’Assemblée nationale ! Les batailles font rage et les débats sont houleux entre les deux camps, la PMP favorable au président Hery Rajaonarimampianina et le MAPAR avec le « président » Andry Rajoelina. Sur fond d’adoption d’un nouveau règlement intérieur, l’enjeu est la destitution ou non du bureau permanent dirigé par la présidente de la Chambre basse, Christine Razanamahasoa qui s’accroche à son perchoir. [Voir]

NEWSLETTER

Accédez GRATUITEMENT aux articles et recevez tous les jours Madonline dans votre boite-aux-lettres (offre limitée).

Entrez votre adresse email ici: