Add to My Yahoo! Add to NetvibesAdd to Google
fr en it  
  Mercredi 16 avril 2014  
Aide ¦ rédaction ¦ contact ¦ ¦
Rechercher

POLITIQUE

La Loi d’amnistie adoptée unilatéralement par la mouvance Rajoelina 13/04/2012 | 22:18:18

Le projet de loi d’amnistie pour la réconciliation nationale a été voté par les deux chambres du parlement de la transition dominées par la mouvance Rajoelina. C’est en effet la loi de majorité qui a été appliquée alors qu’aucun élu ne siège au parlement. Sans nommer les personnes ciblées pour en bénéficier ou en être écartées, la loi des TGV a été sélective. La mouvance Ravalomanana a manifesté son opposition et n’a pas participé à « l’absurde » vote, privant ladite de loi de l’indispensable inclusivité.

Le projet de loi de Christine Razanamahasoa, la ministre de la Justice de la mouvance Rajoelina, est passé à travers les travaux de commissions de l’Assemblée nationale avec quelques corrections pour la forme. Andry Rajoelina y est cité en tant que président de la transition. Une précision va spécifier qu’il est aussi le chef de l’Etat.

Au Congrès de la transition, le débat tournait sur ce qui a un enjeu politique : qui peut bénéficier de l’amnistie et qui en est exclu. Les concernés devraient demander une amnistie sur requête à l’exception de ceux dont les crimes sont spécifiés par l’article 5. D’après l’explication technique de la ministre de la Justice, c’est le tribunal qui va examiner les requêtes.

Même si la mouvance Rajoelina essaie de faire croire que la loi d’amnistie est impersonnelle, elle vise clairement le président en exil Marc Ravalomanana. « Ils font exprès de citer les manières de commettre des crimes, mais ils écartent l’incendie criminel ayant entrainé la mort », s’indigne Constant Raveloson, se référent à la terreur et aux pillages qui ont accompagné le coup d’Etat de 2009. « Ce n’est pas à nous de dire quelles sont les violations des droits de l’homme », dit-il.

La ministre de la Justice des TGV se réfugie derrière la proposition des experts de la SADC. « Il y avait déjà une énumération de ce qui est inamnistiable comme les violations graves des droits de l’homme et les meurtres, les incendies n’y figurent pas », plaide-t-elle. Christine Razanamahasoa évite ainsi toute considération pénale de la politique des terres brulées et des répressions ciblées par le mouvement populaire mené par Andry Rajoelina.

La loi a été adoptée à l’unanimité par 267 votants. Les membres du congrès issus de la mouvance Ravalomanana ont quitté la salle avant le vote. « Cela ne veut pas dire qu’on s’écarte du processus, mais on se désolidarise de la décision », a expliqué le président du Congrès, Mamy Rakotoarivelo.

A la chambre haute, le scénario s’est répété. Les membres du Conseil supérieur de la transition issus de la mouvance Ravalomanana n’ont pas participé au vote. Le projet de loi a été adopté par 84 voix sur 88. Cette fois-ci, Hanitra Razafimanantsoa dénonce une manipulation politique et de violation délibérée des procédures.

La mouvance Rajoelina a organisé en catimini un travail de commission sur la loi d’amnistie après 18h. « Le quorum n’a pas été atteint. Ils auraient dû convoquer tous les membres de cette commission et attendre une heure », explique Me Razafimanantsoa. Résultat, aucune modification du projet de loi adopté au Congrès de la transition n’a été apportée. La mouvance Ravalomanana s’est retrouvée devant le fait accompli puisqu’une séance plénière pour le vote a tout de suite eu lieu.


 

Envoyer cet article à un ami

 

Commentez cet article (1)

 

Imprimer

(1) Il n'y a encore aucun commentaire pour cet article

LISEZ AUSSI

28/03/2014 | 10:04:26
C’est avec amertume et sentiment de révolte que Christine Razanamahasoa a réagi à la remise en cause par la Haute Cour Constitutionnelle de l’élection du bureau permanent de la présidente de l’Assemblée nationale. Pour celle qui a été propulsée par les députés du MAPAR et du GPS à la tête de la chambre basse, la chute a été prévisible, mais douloureuse. Elle accuse la dérive dictatoriale de l’exécutif et du judiciaire. Ironie de l’histoire. [Voir]

25/03/2014 | 08:33:54
Une vingtaine de prisonniers sont encore derrière les barreaux actuellement suite à des événements survenus notamment en 2009 et en 2010 au moment fort de la crise politique. Il s’agit essentiellement d’officiers et de sous-officiers impliqués dans les affaires de la Base aéronavale d’Ivato (BANI) et du camp de la Force d’Intervention de la Gendarmerie nationale (FIGN), ainsi que des militaires condamnés dans la mystérieuse affaire de tuerie du 7 février 2009. [Voir]

19/03/2014 | 21:08:48
La formation d’un gouvernement démocratique garantissant la stabilité politique est la principale condition rappelée par la communauté internationale au président malgache élu en déplacement à New York et Washington. Face à des promesses d’aides et de reprise des financements, il lui faudra faire un geste politique fort. Apparemment, ce sera un gouvernement d’union qui réconcilie les Malgaches au grand dam de ses anciens alliés qui veulent régner sans partage. [Voir]

15/03/2014 | 20:36:36
Le président Hery Rajaonarimampianina met à l’épreuve la patience de ceux qui ne s’allient pas à la majorité qu’il veut instaurer pour gouverner le pays. La nomination du premier ministre n’est pas encore à l’ordre du jour faute de compromis. Le débat sur les dispositions constitutionnelles est loin d’être terminé. L’enjeu est de déposséder le Mapar du pouvoir qu’il s’est attribué pour maitriser l’Assemblée nationale et imposer un homme de la mouvance Rajoelina au poste de chef du gouvernement. [Voir]

14/03/2014 | 16:35:58
Jean Omer Beriziky a été le plus chanceux des chefs d’institution de la défunte Transition. Le blocage politique actuel dans la Grande Ile a été bénéfique pour lui. Tant que la nomination du nouveau Chef du gouvernement tarde à se concrétiser, l’actuel Premier ministre restera au palais de Mahazoarivo. [Voir]

05/03/2014 | 07:49:30
Ce n’est pas la première fois que les Américains dénoncent des cas de violation des droits de l’homme dans la grande Ile. Mais le dernier rapport établi par le département d’Etat a été encore plus virulent. Notamment à l’endroit des forces de l’ordre qui sont montrées du doigt pour des abus divers, et, surtout, pour les exécutions arbitraires. [Voir]

28/02/2014 | 16:32:47
On s’interrogeait sur son mutisme, le président de la République se fait malmener par ses anciens amis devenus par le concours de circonstances ses opposants. Hery Rajaonarimampianina a réagi non sans autorité pour limoger les hommes clés de la transition dont les fonctions avaient un impact sur le plan politique. Fort de soutiens de plus en plus nombreux, il a recadré le Mapar en refusant la nomination de Haja Resampa au poste de premier ministre, mais promet de ne pas aller au-delà de la loi. En même temps, son candidat Jules Etienne essaie de rassembler une majorité à l’Assemblée nationale. [Voir]

27/02/2014 | 10:59:03
Hery Rajaonarimampianina aura finalement le choix sur le futur premier ministre. Malgré l’insistance du Mapar à imposer son seul et unique candidat, le président de la République a considéré la candidature de Jules Etienne proposée par la Plate-forme pour la majorité présidentielle (PMP) actuellement en souffrance à l’Assemblée nationale. Il a été conforté par les avis de la HCC sur la nomination et la fonction du chef de gouvernement, encouragé certainement par les conclusions d’éminents juristes tel que Honoré Rakotomanana qui le délivrent de l’emprise de la mouvance Rajoelina. [Voir]

26/02/2014 | 00:15:17
Le président de la République a gagné une bataille en dissuadant l’ancien président de la Transition de ne pas briguer le poste de premier ministre. Ce dernier envoie son clone, son homme de confiance qui pourrait être sa marionnette politique. Pour contrer la proposition unique du nom de Haja Resampa, la Plate-forme pour la Majorité présidentielle a aussi proposé un nom tenu secret, mais qui pourrait être Jules Etienne. La HCC refuse d’arbitrer et ne donne que des avis qui n’ont pas de force exécutoire. [Voir]

20/02/2014 | 09:28:01
Le président Hery Rajaonarimampianina reste serein après la défaite de sa majorité à l’Assemblée nationale et dans l’attente de la désignation et de la nomination du premier ministre. Il concède que le ou les noms doivent être proposés par le Mapar de Andry Rajoelina qui compte le plus grand nombre de députés, soit 49 sièges sur 151. Le nouvel homme fort du pays affirme que le choix doit être issu d’une négociation et dément toute pression internationale. [Voir]

NEWSLETTER

Accédez GRATUITEMENT aux articles et recevez tous les jours Madonline dans votre boite-aux-lettres (offre limitée).

Entrez votre adresse email ici: