Add to My Yahoo! Add to NetvibesAdd to Google
fr en it  
  Jeudi 2 octobre 2014  
Aide ¦ rédaction ¦ contact ¦ ¦
Rechercher

POLITIQUE

La Loi d’amnistie adoptée unilatéralement par la mouvance Rajoelina 13/04/2012 | 22:18:18

Le projet de loi d’amnistie pour la réconciliation nationale a été voté par les deux chambres du parlement de la transition dominées par la mouvance Rajoelina. C’est en effet la loi de majorité qui a été appliquée alors qu’aucun élu ne siège au parlement. Sans nommer les personnes ciblées pour en bénéficier ou en être écartées, la loi des TGV a été sélective. La mouvance Ravalomanana a manifesté son opposition et n’a pas participé à « l’absurde » vote, privant ladite de loi de l’indispensable inclusivité.

Le projet de loi de Christine Razanamahasoa, la ministre de la Justice de la mouvance Rajoelina, est passé à travers les travaux de commissions de l’Assemblée nationale avec quelques corrections pour la forme. Andry Rajoelina y est cité en tant que président de la transition. Une précision va spécifier qu’il est aussi le chef de l’Etat.

Au Congrès de la transition, le débat tournait sur ce qui a un enjeu politique : qui peut bénéficier de l’amnistie et qui en est exclu. Les concernés devraient demander une amnistie sur requête à l’exception de ceux dont les crimes sont spécifiés par l’article 5. D’après l’explication technique de la ministre de la Justice, c’est le tribunal qui va examiner les requêtes.

Même si la mouvance Rajoelina essaie de faire croire que la loi d’amnistie est impersonnelle, elle vise clairement le président en exil Marc Ravalomanana. « Ils font exprès de citer les manières de commettre des crimes, mais ils écartent l’incendie criminel ayant entrainé la mort », s’indigne Constant Raveloson, se référent à la terreur et aux pillages qui ont accompagné le coup d’Etat de 2009. « Ce n’est pas à nous de dire quelles sont les violations des droits de l’homme », dit-il.

La ministre de la Justice des TGV se réfugie derrière la proposition des experts de la SADC. « Il y avait déjà une énumération de ce qui est inamnistiable comme les violations graves des droits de l’homme et les meurtres, les incendies n’y figurent pas », plaide-t-elle. Christine Razanamahasoa évite ainsi toute considération pénale de la politique des terres brulées et des répressions ciblées par le mouvement populaire mené par Andry Rajoelina.

La loi a été adoptée à l’unanimité par 267 votants. Les membres du congrès issus de la mouvance Ravalomanana ont quitté la salle avant le vote. « Cela ne veut pas dire qu’on s’écarte du processus, mais on se désolidarise de la décision », a expliqué le président du Congrès, Mamy Rakotoarivelo.

A la chambre haute, le scénario s’est répété. Les membres du Conseil supérieur de la transition issus de la mouvance Ravalomanana n’ont pas participé au vote. Le projet de loi a été adopté par 84 voix sur 88. Cette fois-ci, Hanitra Razafimanantsoa dénonce une manipulation politique et de violation délibérée des procédures.

La mouvance Rajoelina a organisé en catimini un travail de commission sur la loi d’amnistie après 18h. « Le quorum n’a pas été atteint. Ils auraient dû convoquer tous les membres de cette commission et attendre une heure », explique Me Razafimanantsoa. Résultat, aucune modification du projet de loi adopté au Congrès de la transition n’a été apportée. La mouvance Ravalomanana s’est retrouvée devant le fait accompli puisqu’une séance plénière pour le vote a tout de suite eu lieu.


 

Envoyer cet article à un ami

 

Commentez cet article (1)

 

Imprimer

(1) Il n'y a encore aucun commentaire pour cet article

LISEZ AUSSI

15/09/2014 | 08:55:15
Il est pratiquement impossible de tenir les élections communales pour cette année 2014. La Commission nationale électorale a enfin admis cette réalité qui risque de décevoir la Communauté Internationale qui a établi le calendrier électoral malgache l’an passé. [Voir]

05/09/2014 | 08:59:43
Les maîtres FRAM estiment que leur revendication est tout à fait légitime, car elle est fondée sur une promesse du président de la République. Hery Rajaonarimampianina a effectivement pris quelques engagements solennels le jour de son investiture, le 25 janvier 2014, reprenant les grands thèmes abordés durant sa campagne électorale. Il a juré devant le peuple qu’il va réaliser ses promesses et ne voudrait pas faire de la démagogie, « car c’est la foi en la parole du président qui est la base du renouveau du pays ». Les promesses non tenues ont ébranlé la foi d’une partie des malgaches en leur président. [Voir]

29/07/2014 | 09:43:03
C’est une opération de communication pour sauver la face. L’affaire des deux journalistes incarcérés a été officiellement dénouée par le président de la République. Ce dernier a déclaré avoir demandé à son ministre d’Etat de retirer la plainte alors que Jean Luc Rahaga et Didier Ramanoelina attendaient en prison le verdict de leur procès pour diffamation par voie de presse. Sans enlever le mérite à Hery Rajaonarimampianina qui a pris position contre l’emprisonnement des journalistes, le régime a plié face à la montée de la mobilisation générale et une récupération politique d’une affaire qui a terni son image. [Voir]

11/07/2014 | 18:10:01
La réunification du parti de l’ancien président, Marc Ravalomanana, le TIM semble sur la bonne voie. En tous cas, le ministère de l’Intérieur ne reconnaît plus désormais qu’un seul parti TIM, celui présidé par Razoarimihaja Solofonantenaina. Très discret durant le moment fort de la crise politique dans la Grande Ile, Razoarimihaja Solofonantenaina revient désormais sur la scène politique. C’est de nouveau lui qui préside le parti Tiako i Madagasikara, d’près un arrêté du ministère malgache de l’Intérieur. Lors d’une conférence de presse, le président du TIM a tout simplement annoncé que « le parti revient à son propriétaire ». De son côté, le Secrétaire général du parti, Mamy Rakotoarivelo a affirmé que « c’est Razoarimihaja que le ministère avait contacté pour annoncer la sortie de l’arrêté ministériel mais pas une autre personne ». Une façon pour lui de soutenir que le TIM est désormais unique. Pour sa part, Marc Ravalomanana, par téléphone, avait félicité les membres du TIM, car « le parti est de nouveau normalisé ». Très récemment, un comté de rassemblement a été mis en place. Reste à savoir si toutes les personnalités ayant déjà fondé leur propre parti depuis la chute de Marc Ravalomanana, en 2009, vont revenir au sein du TIM. [Voir]

27/06/2014 | 10:58:52
Le président de la République a renouvelé ses engagements pris lors de son investiture et a réitéré les grandes lignes de la politique générale de l’Etat. Pour son premier 26 juin a la tête de Madagascar, Hery Rajaonarimampianina a remobilisé la nation pour la réconciliation et la solidarité. « Le devoir que vous m’avez confié est très lourd, mais je l’accepte avec humilité », a-t-il déclaré aux citoyens avant de rappeler ce à quoi il s’est engagé : « la bonne gouvernance, l’Etat de droit, la transparence, la démocratie, une justice impartiale, la lutte contre la corruption et des actions de développement durable ». Après 5 mois au pouvoir, il est toujours au point de départ. [Voir]

07/06/2014 | 11:03:56
Alors que les grandes questions urgentes et vitales semblent totalement ignorées par les députés, l’Assemblée nationale s’apprête à accueillir un groupe parlementaire sorti de nulle part par le tout récent parti présidentiel, ainsi qu’un représentant de l’opposition forcément autoproclamé, car ne représentant pas une force politique au parlement. [Voir]

30/05/2014 | 20:11:15
Le HVM est passé du statut d’association à celui d’un parti politique. C’est du déjà vu et l’histoire a tendance à se répéter. Le parti présidentiel est ouvertement centré sur le personnage de Hery Rajaonarimampianina qui vient d’être élu à la tête de l’Etat. Il regroupe à sa tête des amis fidèles et proches du président. Le nouveau parti se donne pour mission de gagner les élections municipales pour avoir une légitimité que ne peut lui apporter une majorité totalement artificielle à l’Assemblée nationale. [Voir]

30/05/2014 | 10:07:57
L’association Hery Vaovao ho an’i Madagasikara (HVM) s’est transformée en parti politique. Le moment était venu pour le nouveau président malgache de s’affranchir du joug de son ancienne famille politique. Mais la transformation du HVM en parti n’inspire pas véritablement la confiance et risque même de coûter cher à la nouvelle équipe au pouvoir. Car elle manifeste la velléité d’une confiscation du pouvoir. [Voir]

15/05/2014 | 11:11:02
L’impopularité des députés joue-t-elle en leur défaveur ? L’opinion semble favorable à l’application immédiate de la fameuse ordonnance 2014-001 qui oblige les parlementaires à faire une déclaration de patrimoine et qui limite sérieusement leur immunité. Ce texte réglementaire a été sorti à un moment où le président de la République était dans l’incertitude quant aux questions de la majorité à l’Assemblée. Le fait est que, pour le moment, c’est bel et bien l’exécutif qui contrôle le pouvoir législatif, menaçant les députés, sans exception de déchéance. [Voir]

05/05/2014 | 11:17:54
Est-ce une victoire pour la stabilité, le respect de la Constitution, la démocratie ? La petite crise institutionnelle au sein de l’Assemblée nationale a connu un épilogue attendu. La fin n’a jamais été un secret pour la Plate-forme pour la Majorité Présidentielle : renverser le bureau permanent présidé par la MAPAR Christine Razanamahasoa et donner une seconde chance à leur candidat Jean Max Rakotomamonjy. C’est le moyen d’y parvenir qui continue de faire débat. [Voir]

NEWSLETTER

Accédez GRATUITEMENT aux articles et recevez tous les jours Madonline dans votre boite-aux-lettres (offre limitée).

Entrez votre adresse email ici: