Add to My Yahoo! Add to NetvibesAdd to Google
fr en it  
  Dimanche 21 décembre 2014  
Aide ¦ rédaction ¦ contact ¦ ¦
Rechercher

POLITIQUE

La Loi d’amnistie adoptée unilatéralement par la mouvance Rajoelina 13/04/2012 | 22:18:18

Le projet de loi d’amnistie pour la réconciliation nationale a été voté par les deux chambres du parlement de la transition dominées par la mouvance Rajoelina. C’est en effet la loi de majorité qui a été appliquée alors qu’aucun élu ne siège au parlement. Sans nommer les personnes ciblées pour en bénéficier ou en être écartées, la loi des TGV a été sélective. La mouvance Ravalomanana a manifesté son opposition et n’a pas participé à « l’absurde » vote, privant ladite de loi de l’indispensable inclusivité.

Le projet de loi de Christine Razanamahasoa, la ministre de la Justice de la mouvance Rajoelina, est passé à travers les travaux de commissions de l’Assemblée nationale avec quelques corrections pour la forme. Andry Rajoelina y est cité en tant que président de la transition. Une précision va spécifier qu’il est aussi le chef de l’Etat.

Au Congrès de la transition, le débat tournait sur ce qui a un enjeu politique : qui peut bénéficier de l’amnistie et qui en est exclu. Les concernés devraient demander une amnistie sur requête à l’exception de ceux dont les crimes sont spécifiés par l’article 5. D’après l’explication technique de la ministre de la Justice, c’est le tribunal qui va examiner les requêtes.

Même si la mouvance Rajoelina essaie de faire croire que la loi d’amnistie est impersonnelle, elle vise clairement le président en exil Marc Ravalomanana. « Ils font exprès de citer les manières de commettre des crimes, mais ils écartent l’incendie criminel ayant entrainé la mort », s’indigne Constant Raveloson, se référent à la terreur et aux pillages qui ont accompagné le coup d’Etat de 2009. « Ce n’est pas à nous de dire quelles sont les violations des droits de l’homme », dit-il.

La ministre de la Justice des TGV se réfugie derrière la proposition des experts de la SADC. « Il y avait déjà une énumération de ce qui est inamnistiable comme les violations graves des droits de l’homme et les meurtres, les incendies n’y figurent pas », plaide-t-elle. Christine Razanamahasoa évite ainsi toute considération pénale de la politique des terres brulées et des répressions ciblées par le mouvement populaire mené par Andry Rajoelina.

La loi a été adoptée à l’unanimité par 267 votants. Les membres du congrès issus de la mouvance Ravalomanana ont quitté la salle avant le vote. « Cela ne veut pas dire qu’on s’écarte du processus, mais on se désolidarise de la décision », a expliqué le président du Congrès, Mamy Rakotoarivelo.

A la chambre haute, le scénario s’est répété. Les membres du Conseil supérieur de la transition issus de la mouvance Ravalomanana n’ont pas participé au vote. Le projet de loi a été adopté par 84 voix sur 88. Cette fois-ci, Hanitra Razafimanantsoa dénonce une manipulation politique et de violation délibérée des procédures.

La mouvance Rajoelina a organisé en catimini un travail de commission sur la loi d’amnistie après 18h. « Le quorum n’a pas été atteint. Ils auraient dû convoquer tous les membres de cette commission et attendre une heure », explique Me Razafimanantsoa. Résultat, aucune modification du projet de loi adopté au Congrès de la transition n’a été apportée. La mouvance Ravalomanana s’est retrouvée devant le fait accompli puisqu’une séance plénière pour le vote a tout de suite eu lieu.


 

 

Commentez cet article (1)

 

Imprimer

(1) Il n'y a encore aucun commentaire pour cet article

LISEZ AUSSI

22/10/2014 | 11:54:30
La 2ème session ordinaire de l’Assemblée nationale risque d’être mouvementée. Le gouvernement Kolo doit composer avec une majorité devenue instable et le retour à la charge du Mapar qui va proposer une nouvelle fois un premier ministre et inviter le président de la République à se conformer à la Constitution. Le vote de la loi de finances sera un moyen de faire pression sur le régime. Ce dernier doit encore faire passer l’invraisemblable projet de loi sur la décentralisation avec la division de la capitale en six mairies et une éventuelle création de centaines de nouvelles communes promises au parti au pouvoir. [Voir]

21/10/2014 | 17:15:26
Avec le basculement de la mouvance Ravalomanana dans l’opposition et un mini-séisme au sein de la Plateforme pour la majorité présidentielle, il y a une nouvelle distribution des cartes. Si le régime essaie de retarder un remaniement, voire un changement de gouvernement, à cause d’un redémarrage difficile des secteurs économiques et sociaux, la HVM doit repenser sa stratégie. Le parti sans élus de Hery Rrajaonarimampianina peut-il gouverner seul. En tout cas, les éternels placés et opportunistes de la classe politique lui tendent déjà les bras au nom de la défense du choix du peuple. [Voir]

21/10/2014 | 17:13:46
Les premières véritables tensions suite au retour au pays de l’ancien président de la République ont fait leur apparition lors de la manifestation réprimée sans ménagement par les forces de l’ordre. Les éléments de l’Emmo-Reg sommé de faire des arrestations devaient trouver un leader pour porter le chapeau, c’est chose faite. Les politiciens et députés proches de Marc Ravalomanana ne se sont pas présentés à cause de l’autorisation refusée par la préfecture de Police. [Voir]

16/10/2014 | 08:23:58
Depuis quelques jours, le retour au pays de l’ancien président focalise l’attention des médias nationaux et des organisations internationales. La Communauté internationale, en général, à travers l’Union Africaine, l’Union Européenne, le Quai d’Orsay et les Etats-Unis, avait condamné les propos tenus par l’ancien président lors de sa première conférence de presse tenue à son domicile, mais personne ne pouvait lui en vouloir d’être retourné en terre natale. [Voir]

07/10/2014 | 08:18:07
L’ancien président malgache, en exil en Afrique du Sud, depuis le coup d’Etat de 2009, revient à la charge. Il a annoncé officiellement son basculement dans l’opposition après avoir soutenu le régime Hery Rajaonarimampianina durant quelques mois. [Voir]

23/09/2014 | 13:16:58
Une réunion de la troïka de la SADC, à Pretoria, a évoqué la nécessité de la mise en œuvre intégrale de la Feuille de route. Car le récent sommet des chefs d’Etat de cette organisation régionale, qui s’est tenu à Victoria Falls, au Zimbawe, les 17 et 18 août, a déjà évoqué la question. [Voir]

21/09/2014 | 19:47:13
« Imprévoyance », « amateurisme », l’observatoire de la vie publique Sefafi n’est pas tendre avec les dirigeants qui selon lui mènent le pays vers une crise institutionnelle majeure. Une loi sur la décentralisation bâclée qui créera plus de problèmes que de ne proposera des solutions, des élections communales reportées sous prétexte de prendre du temps pour faire passer la division de la Capitale en six communes, des collectivités territoriales non mises en places... les observateurs en arrivent à se poser la grande question : finira-t-on par demander la déchéance du président de la République ? La nouvelle Constitution prévoit en effet cette sanction ultime en cas de certaines formes de violation, la non-mise en place de la Haute Cour de Justice en fait partie. La Haute Cour Constitutionnelle viendra au secours du président et devrait valider une HCJ boiteuse, tout comme elle. [Voir]

15/09/2014 | 08:55:15
Il est pratiquement impossible de tenir les élections communales pour cette année 2014. La Commission nationale électorale a enfin admis cette réalité qui risque de décevoir la Communauté Internationale qui a établi le calendrier électoral malgache l’an passé. [Voir]

05/09/2014 | 08:59:43
Les maîtres FRAM estiment que leur revendication est tout à fait légitime, car elle est fondée sur une promesse du président de la République. Hery Rajaonarimampianina a effectivement pris quelques engagements solennels le jour de son investiture, le 25 janvier 2014, reprenant les grands thèmes abordés durant sa campagne électorale. Il a juré devant le peuple qu’il va réaliser ses promesses et ne voudrait pas faire de la démagogie, « car c’est la foi en la parole du président qui est la base du renouveau du pays ». Les promesses non tenues ont ébranlé la foi d’une partie des malgaches en leur président. [Voir]

29/07/2014 | 09:43:03
C’est une opération de communication pour sauver la face. L’affaire des deux journalistes incarcérés a été officiellement dénouée par le président de la République. Ce dernier a déclaré avoir demandé à son ministre d’Etat de retirer la plainte alors que Jean Luc Rahaga et Didier Ramanoelina attendaient en prison le verdict de leur procès pour diffamation par voie de presse. Sans enlever le mérite à Hery Rajaonarimampianina qui a pris position contre l’emprisonnement des journalistes, le régime a plié face à la montée de la mobilisation générale et une récupération politique d’une affaire qui a terni son image. [Voir]

NEWSLETTER

Accédez GRATUITEMENT aux articles et recevez tous les jours Madonline dans votre boite-aux-lettres (offre limitée).

Entrez votre adresse email ici: