Add to My Yahoo! Add to NetvibesAdd to Google
fr en it  
  Samedi 1 novembre 2014  
Aide ¦ rédaction ¦ contact ¦ ¦
Rechercher

ECONOMIE

Airbus A340-300 : interdiction de critiquer ! 15/04/2012 | 20:02:47

L’acquisition en cours d’un Airbus A340 d’occasion par Air Madagascar est-il un évènement. En tout cas, l’Hat et la compagnie nationale en ont fait un. Est-ce réellement une bonne affaire ? C’en est une surement pour Airbus et Air France. Dans un avenir proche, on pourra savoir si la stratégie est payante pour rétablir la compagnie malgache auprès de l’OACI et voir à nouveau ses avions voler sur l’espace aérien de l’Union européenne.

« L’objectif fixé par le Régime transitoire est atteint puisque l’avion Airbus A 340/300  est bel et bien arrivé sur le sol malgache ». L’achat de l’appareil est avant tout une décision politique du chef de la transition. Andry Rajoelina n’a pas caché qu’il en faisait une fierté personnelle, une ambition de doter enfin la compagnie nationale d’un avion. Il a décidé « de prendre les mesures nécessaires afin de redresser cette Compagnie dans les plus brefs délais », car celle-ci se trouvait « dans des conditions très précaires, voire en situation de faillite en 2011 ».

La mesure en question est donc l’acquisition de deux appareils Airbus A340 par vente location. Elle a été largement justifiée sur le plan technique, à commencer par le responsable marketing d’Airbus. Un tel appareil permettra à Air Madagascar de « développer ses réseaux ». Il est doté « d’une performance au décollage sur une piste en altitude comme celle de l’aéroport d’Antananarivo », il a une « distance parcourue plus long... jusqu’en Australie ».

Le Directeur général d’Air Madagascar n’a pas été insensible aux arguments plus concrets comme un cout de voyage plus intéressant, 70 passagers de plus que 767, une meilleure efficacité, -20% de cout d’exploitation. « Ce ne sont que des outils pour atteindre les objectifs, +25% de sièges par rapport au B767,+50% de fret », a déclaré Hugues Ratsiferana.

Polémique autour de l’achat


La présentation du Boeing A340-300 s’est transformée en une aude pour Airbus et Air France. C’est l’appareil en vogue, 400 en exercice sur 500 vendus, 1400 de commande auprès de l’avionneur français... « Je tiens à préciser que 64% du marché aéronautique est occupé par AirBus et 36% par Boeing, plus de 80 Compagnies aériennes de par le monde utilisent les appareils fabriqués par Airbus en ce moment » a déclaré le ministre des Finances qui est aussi PCA d’Air Madagascar.

Comme des enfants devant un sapin de noël, Hery Randrianarimampianina et Andry Rajoelina étaient émerveillés par le confort du fauteuil de la classe affaires de l’A340. Les deux illustres passagers du vol inaugural qui était loin d’être le premier pour l’appareil n’ont pas pu apprécier la classe économique.

«  Certaines personnes se sont permis de nous  critiquer et de nous rabaisser durant le processus depuis le choix jusqu’à l’acquisition de cet appareil, mais nous avons fait preuve de courage et de volonté pour redresser l’image de la Compagnie et voilà le résultat », a lancé le ministre des Finances qui n’a pas apprécié le manque de solidarité d’une partie du personnel de la compagnie.

Les membres du personnel navigant d’Air Madagascar sont en effet des spécialistes du Boeing. « Il y a eu trop de discussions sur le choix à faire entre un Boeing ou un Airbus, cette polémique n’a pas lieu d’être, car de nombreuses compagnies utilisent les deux », a ajouté le PCA Randrianarimampianina.

Critique après l’achat

« C’est un intérêt très privé... ce qui va finir par détruire la compagnie », « c’est un dénigrement des équipages malgaches, les équipages français seront payés par AirMad », « c’est un choix français »... les critiques ont fusé. Le moyen de sortir Madagascar de la liste rouge de l’OACI en se cachant derrière Air France ne fait pas l’unanimité. Un avion battant pavillon malgache mais avec un équipage français, ce sera ainsi durant une phase de transition qui pourrait durer 3 mois.

L’autre critique est l’âge des deux appareils qui ont été en activité depuis 12 et 14 ans. A la fin de la vente-location le plus vieux aura donc 20 ans. Ce qui n’effraie pas les dirigeants d’Air Madagascar qui soulignent que certaines grandes compagnies utilisent des aéronefs de 25 ans. Des doutes ont été soulevés sur la prétendue bonne affaire.

Les chiffres avancés par la compagnie laissent un peu perplexe. Le coût de la vente-location est de 900 000 dollars par mois sur 6 ans. Ce qui fera un total de 32,5 millions de dollars. Le DG Ratsiferana a glissé que ce genre d’appareil est de 28 millions de dollars. C’est un prix d’occasion évidemment puisqu’un Airbus 340 neuf coûte jusqu’à 250 millions de dollars.

Pour Andry Rajoelina, l’avion baptisé « Elatra » va redorer l’image de la compagnie et de Madagascar. « Les critiques lancées à l’encontre d’Air Madagascar pour l’acquisition de cet Airbus A 340/300  ne peuvent être considérées que comme les fruits d’une méchanceté et d’une pure jalousie » a décrété le président de l’HAT.


 

Envoyer cet article à un ami

 

Commentez cet article (1)

 

Imprimer

(1) Il n'y a encore aucun commentaire pour cet article

LISEZ AUSSI

21/10/2014 | 17:17:32
« Une destination touristique n’est pas seulement de beaux paysages et des infrastructures de qualité. Il s’agit avant tout d’une communauté locale avec un environnement physique et une culture ». Cette dans cette philosophie que le ministère du Tourisme entend accélérer le développement d’un secteur ralenti par des crises diverses. La relance se fait en douceur, mais les ambitions sont grandes, un million de visiteurs par an avant 2020. [Voir]

21/10/2014 | 17:16:18
La production et l’exportation de produits miniers portent la croissance du secteur industriel et de l’économie du pays en général. Ce développement spectaculaire ne devrait pas occulter les efforts pour booster d’autres branches à fort potentiel notamment en création d’emplois et de valeur ajoutée. Les industriels jouent un rôle important dans le tissu économique du pays. [Voir]

21/09/2014 | 19:34:26
Alors que le président de la République prévoit un double rendez-vous avec les avionneurs Airbus et Boeing, le personnel de la compagnie Air Madagascar n’y voit aucun espoir, encore déçu et traumatisé par le bras de fer perdu contre le gouvernement qui s’est interposé pour défendre selon les manifestants les intérêts d’Air France. Pour ce qui est de la classification de la compagnie nationale dans l’Annexe B des autorités aériennes européennes, le fond du problème serait la politique d’acquisition d’appareils pour la flotte qui a un impact sur l’exploitation commerciale. [Voir]

10/09/2014 | 12:56:08
Les ressources fiscales trop limitées avaient toujours été pointées du doigt par les bailleurs de fonds comme étant l’un des freins au développement de Madagascar. C’est insuffisant en termes de pression fiscale, environ 11 % du PIB, aussi bien qu’en termes d’assiettes fiscales, environ 12 % de la population qui contribuent. La solution à maintes reprises proposée, sinon imposée, est d’élargir l’assiette de contribuables, mais atteindre les 15 % s’est avéré comme une mission impossible. Dans une économie dominée par le secteur informel, un tel projet est effectivement compliqué. [Voir]

10/09/2014 | 12:45:29
Quelques jours après son retour de Chine, le premier ministre Roger Kolo a fini par annoncer la bonne nouvelle, à savoir la venue prochaine d’investisseurs chinois qui sont intéressés par plusieurs secteurs à Madagascar. Le gouvernement a fait un choix politique de se tourner vers des entreprises asiatiques moins regardantes sur l’éthique du business et prêtes à tout pour saisir les opportunités d’investissements. Serge Zafimahova, président du Club développement et Ethique, prévient sur le côté pervers de certains investissements chinois à distinguer des réelles opportunités pour le pays. [Voir]

30/08/2014 | 23:26:06
Les grands projets miniers de charbon et l’exploitation pétrolière de Bemolanga vont donner au pays des ressources énergétiques qui vont apporter le développement économique et l’amélioration des conditions de vie de la population. C’est une vraie solution pour la Jirama qui pourrait fournir la puissance nécessaire et desservir les zones jusqu’ici non électrifiée. [Voir]

30/08/2014 | 23:22:00
Les salariés étaient en train d’étrangler leur entreprise afin de la sauver d’une mort programmée. Une perte sèche de 65 000 par jour, un risque de répression de la part de l’OACI, une plainte probable des compagnies françaises et d’autres victimes de la perturbation des vols… le staff d’Air Madagascar et le ministère des Transports ne les ont pas suivis et, au contraire, ont tout fait pour les arrêter. Insensé, incompréhensible, désespéré, inconscient, les qualificatifs étaient nombreux pour qualifier un mouvement social original. La démarche du syndicat du personnel de la compagnie Air Madagascar cache pourtant une révolte contre ce qu’il croit être une injustice, c’est-à-dire une prétendue manœuvre de la France pour s’accaparer le marché des liaisons aériennes entre Madagascar et l’Europe. [Voir]

30/08/2014 | 23:21:14
La compagnie Air Madagascar a mis fin par voie légale au mouvement des employés qui avaient refusé d’assurer les opérations au sol ou handling pour empêcher tout avion d’une compagnie française d’atterrir à Antananarivo. Les syndicats voulaient faire pression sur la France, responsable selon eux de la classification de la compagnie dans l’Annexe B des autorités européennes de l’aviation civile. Le tribunal a signifié l’interdiction pour les employés grévistes de prendre une quelconque initiative visant à empêcher les arrivées internationales en provenance de l’Europe, de bloquer l’accès aux matériels. Il a confirmé la réquisition d’une trentaine de personnes pour assurer les opérations. [Voir]

30/07/2014 | 09:47:26
30 ans après la mise en route de la Commission de l’Océan Indien, Madagascar cherche encore sa voie. L’intégration économique est toujours en chantier alors que les autres îles comme Maurice et La Réunion sont déjà très avancées, ayant implanté leurs entreprises sur le territoire malgache afin d’y bénéficier d’une main d’œuvre à prix très accessibles. Cette intégration régionale à l’échelle de la COI rencontre de plus en plus de scepticisme, vu que le marché potentiel est aussi restreint que difficile. Madagascar a toutefois tout à gagner à devenir le grenier de la région pour assurer la sécurité alimentaire. [Voir]

29/07/2014 | 09:48:48
Dans le modèle de coopération régionale île vanille, Madagascar, Maurice, La Réunion, Seychelles et Comores continuent à développer une intégration par le tourisme pour promouvoir la destination Océan Indien. Transport aérien, markéting, offres touristiques, formalités administratives… les chantiers ne sont pas encore achevés. [Voir]

NEWSLETTER

Accédez GRATUITEMENT aux articles et recevez tous les jours Madonline dans votre boite-aux-lettres (offre limitée).

Entrez votre adresse email ici: