Add to My Yahoo! Add to NetvibesAdd to Google
fr en it  
  Samedi 25 octobre 2014  
Aide ¦ rédaction ¦ contact ¦ ¦
Rechercher

SOCIéTé

Education nationale, un malaise sociopolitique 26/04/2012 | 21:45:35

Après avoir limogé le ministre des Eaux et Forêts qui est devenu gênant dans le dossier bois de rose, le président de la HAT va-t-il faire pareil avec le ministre de l’Education nationale ? Andry Rajoelina soupçonne Manoro Régis de cautionner la grève des enseignants qui bloque le système éducatif. Durant ces trois ans de mandat de transition après le coup d’Etat de 2009, la jeunesse malgache a été tout simplement déscolarisée.

C’est d’un ton menaçant qui harangue la foule que Andry Rajoelina a lancé un dernier avertissement au ministre de l’Education nationale. « Il y a des gens qui veulent faire des élèves des otages, nous n’allons pas l’accepter », a-t-il affirmé. Le plus étrange dans cette affaire a été la remise en cause indirecte mais publique de Manoro Régis dans le blocage de la situation.

L’ancien porte-parole de la mouvance Zafy cautionnerait la grève des enseignants. Cela fait deux semaines que les élèves viennent en classe pour jouer et tuer le temps. Il n’y a pas cours dans les lycées. Les grévistes ont promis de faire le nécessaire afin que le programme scolaire soit terminé dans les règles. C’était avant que la tension ne s’installe.

Un ministre qui propose mais ne dispose pas

Manoro Régis a essayé de régler le problème par la négociation, ce qui n’a pas été du goût de la HAT qui aurait aimé une solution radicale pour casser le mouvement. « J’ai fait quatre propositions, mais aucune n’est réalisable faute d’argent », s’est-il justifié. Le ministre de l’Education nationale affirme que le blocage, dans ce cas de figure, relève de son collègue des Finances et du Budget. « Les propositions sont basées sur les revendications des enseignants, ce sont des indemnités propres qui totalisent 210 milliards d’ariary au maximum et 131 milliards d’ariary au minimum.

« Le ministère va faire d’autres propositions, on sait maintenant jusqu’où on peut aller, le ministère (de l’Education nationale) va faire d’autres études », résume Manoro Régis. Il précise que la proposition ne concerne que les enseignants fonctionnaires et non pas ceux payés par le FRAM, l’association des parents d’élèves, qui perçoivent aussi une aide symbolique de l’Etat.

Par ailleurs, l’Association FRAM s’est désolidarisée du mouvement, apportant un démenti sur un soutien qui signifierait qu’ils se mettent aussi en grève. « Nous nous positionnons par rapport aux parents d’élèves qui paient nos salaires, nous ne pouvons pas faire grève », a confié leur porte-parole.

La grève des enseignants a-t-elle un dessous politique au point que Andry Rajoelina parle de prise d’otage et invite le responsable à résoudre le problème au plus vite par crainte d’une explosion sociale. Les enseignants réfutent toute motivation ou récupération politique, rappelant que la revendication concerne tout simplement les indemnités comme c’était le cas avec les enseignants chercheurs.

Dessous politique

Le ministre Manoro Régis est sur la sellette. Il a en effet autorisé les grévistes à faire leur sit-in dans la cour du ministère. Ce n’est plus désormais le cas puisque l’enceinte est gardée par la police. Officiellement, la restriction d’entrée est justifiée par la préparation des examens officiels. La tension a monté d’un cran.

Le prétendu ministre issu de la mouvance Zafy essaie-t-il de sauver sa place ? Il a déjà nié toute manoeuvre politique qui bloquerait le système éducatif du pays. « Il m’est difficile de croire que le PHAT croit ce genre de chose, il sait ce qu’on a fait pour former ce gouvernement inclusif et consensuel », a déclaré Manoro Régis. Andry Rajoelina lui demande de mâter la grève sans satisfaire les revendications syndicales des enseignants. A l’approche des élections, il est possible que l’AVI ou le TGV tente de récupérer ce ministère très utile dans la propagande.

La HAT a plus que détruit le système éducatif malgache. En 2010, quelque 700 000 enfants ont été déscolarisés a révélé l’Unicef. La tendance ne s’améliore pas. En 2012, la faiblesse des élèves avec une moyenne de 7/20 est récurrente. Pour l’égalité des chances, le régime en place ralentit les écoles privées par une pression... fiscale.

 

 


 

Envoyer cet article à un ami

 

Commentez cet article (1)

 

Imprimer

(1) Il n'y a encore aucun commentaire pour cet article

LISEZ AUSSI

18/09/2014 | 09:49:20
Depuis quelques semaines, des enseignants non fonctionnaires au niveau des écoles publiques sont en grève. Ils revendiquent leur intégration au sein de la Fonction Publique. Une rencontre entre les grévistes, les membres du bureau permanent de l’Assemblée Nationale et le ministre de l’Education Nationale s’est tenue, le 17 septembre, mais les enseignants ont décidé de maintenir leur revendication. [Voir]

16/09/2014 | 12:23:44
Les patrons de presse ont uni leur voix pour dénoncer le manque de transparence et certaines décisions douteuses de l’Etat dans le secteur audiovisuel. Les nouvelles stations de télévision et de radio de la commune urbaine d’Antananarivo, le flou sur le gel et l’octroi de licence, le traitement inégalitaire face au fisc et un refus collectif du passage forcé vers TNT ont été les sujets phares de la déclaration commune. Même si son nom n’a jamais été cité, c’est l’autorité du ministre de la Communication sur la question qui est remise en cause. [Voir]

30/08/2014 | 23:24:12
Annonceurs de mauvais présage, atteinte à la sureté de l’Etat, regroupement sans autorisation, pied de nez aux pouvoirs en place, danger pour la récolte de riz, une première depuis longtemps… chacun y allait de son commentaire avec parfois de l’humour pour qualifier « l’attaque » de la capitale par un essaim de criquets. La FAO et le ministère de l’Agriculture ont assuré que cette invasion à Antananarivo ne remet pas en cause le succès de la campagne antiacridienne et qu’il reste moins de 1% des surfaces infestés à traiter. [Voir]

30/08/2014 | 23:22:55
Sur fond de tension sociale, la revendication des enseignants des écoles primaires publiques dont les salaires sont financés par les parents d’élèves ne sera pas résolue, car c’est impossible selon le ministre de l’Education nationale. Que faire des 65 000 enseignants en colère et frustrés de leur salaire de misère et du ras-le-bol des parents nécessiteux qui ne veulent plus payer à la place de l’Etat. Apparemment, rien. Sauf de dire qu’il y a un dessous politique, comme d’habitude. [Voir]

06/08/2014 | 12:44:22
Un projet d’assainissement a été mené avec la méthode de Haute Intensité de main d’œuvre (HIMO) dans les quartiers situés en basse altitude d’Antananarivo. Au bout de 20 jours de travaux de nettoyage, menés par une centaine de personnes, les autorités ont affiché une certaine satisfaction, mais la population voit la situation d’une autre manière. [Voir]

30/07/2014 | 21:44:53
Internet est définitivement la hantise du pouvoir en place à Madagascar. Accusé à tort ou à raison d’être le responsable de la mauvaise image du régime de transition de fait et de la non-reconnaissance internationale de ce dernier, les sites d’information, les blogs, les forums de discussion et les réseaux sociaux sont désormais intimés de mesurer leur propos. Face à ce qui apparente à une volonté de réduire la liberté d’expression sur internet, la ministre de la Justice du gouvernement Kolo se défend d’avoir été à l’origine d’une loi sur la cybercriminalité particulièrement sévère. [Voir]

29/07/2014 | 09:45:34
Hery Rajaonarimampianina est-il un prédateur de la liberté de la presse ? Le chef de l’Etat a habilement tourné à son avantage l’embarras dans lequel son ami ministre d’Etat et chef de parti Rivo Rakotovao l’a mis. Aux yeux de l’opinion, ce n’est pas le procureur de la République ni les juges qui jettent les journalistes en prison mais les politiciens au pouvoir. [Voir]

29/07/2014 | 09:43:50
Le piratage – selon la version officielle - du site web du ministère des Affaires Etrangères qui annonçait le retour au pays de l’ancien président en exil Marc Ravalomanana n’a pas suffi pour mettre en exergue le fait que Madagascar a désormais une loi sur la lutte contre la cybercriminalité. Les textes prévoient des sanctions très dures avec des peines allant jusqu’à 10 ans d’emprisonnement et 100 millions d’ariary d’amende. Se connecter avec un mot de passe qui n’est pas le sien, utiliser facebook, réagir sur des forums de discussion, ce sont des choses ordinaires qui peuvent couter très cher aux malgaches. [Voir]

12/06/2014 | 10:08:09
Le ministère de l'éducation nationale cherche actuellement les moyens de faire retourner sur les bancs des écoles environ un million d'enfants déscolarisés durant les dernières années de crise dans la Grande Ile. [Voir]

11/06/2014 | 09:39:54
La nouvelle autorité à Antananarivo a mobilisé mille membres des forces de l’ordre afin d’essayer de juguler le phénomène d’insécurité dans le Sud de la Grande ile. Mais au lieu de rassurer la population locale, le déclenchement de cette opération dénommée « coup d’arrêt » a plutôt suscité l’inquiétude. [Voir]

NEWSLETTER

Accédez GRATUITEMENT aux articles et recevez tous les jours Madonline dans votre boite-aux-lettres (offre limitée).

Entrez votre adresse email ici: