Add to My Yahoo! Add to NetvibesAdd to Google
fr en it  
  Vendredi 1 aout 2014  
Aide ¦ rédaction ¦ contact ¦ ¦
Rechercher

SOCIéTé

Le régime prêt à tout pour mâter la grève des enseignants 05/05/2012 | 21:58:46

Après les rappels à l’ordre répétés du président de la HAT, le ministre de l’Education nationale a changé de position à 180° et menace les grévistes de suspension de solde ou de résiliation de contrat. Manoro Régis a donné un ordre strict pour la reprise des cours dans les écoles publiques le lundi 07 mai 2012. Les enseignants ont réagi en affichant leur solidarité et campent sur leur position.

La tension monte d’un cran entre le syndicat des enseignants et le régime de transition. Le SEMPAMA ne cède pas face à « l’ordre » plein d’intimidation du ministre de l’Education nationale. Le président du Syndicat a résumé en trois points la réponse des enseignants : premièrement, la grève se durcit et les écoles seront au contraire fermées lundi ; deuxièmement, les enseignants dans toute l’île sont prêts à affronter la suspension des soldes ; troisièmement, le syndicat n’est pas responsable de la crise qui va découler de cette intransigeance du régime.  

Les propos du président du syndicat Claude Raharovoatra ont trouvé échos chez les fonctionnaires dans les provinces. Une représentante de la Sempama Fianarantsoa a confirmé que la grève continuera lundi. « La procédure de suspension des soldes passe par de nombreuses portes, cela ne se fait pas du jour au lendemain », dit-elle. Si les enseignants jouent la montre pour faire pression sur la HAT et son ministre des Finances, c’est le ministre de l’Education nationale qui est envoyé au front pour mâter cette grève qui démontre une fois de plus la déliquescence de l’Etat.

La solution ne viendra pas du ministre des Finances

Au départ, Manoro Régis était tancé par la HAT car ce ministre présumé issu de la mouvance Zafy était trop favorable aux enseignants. A preuve, il a fait 4 propositions valant 131 milliards à 200 milliards d’ariary pour satisfaire les revendications des fonctionnaires de l’éducation nationale. Il a surtout indiqué le ministre des Finances comme celui qui détient la clé du problème. Seulement, Hery Rajaonarimampianina n’a pas les moyens ni la volonté politique d’accorder les indemnités jugées mirobolantes des enseignants. Il a fait une proposition à hauteur de 4% de ce qui a été demandé.

Naturellement, le Sempama a refusé l’offre. Le « dédain » et le « mépris » affiché par le ministre des Finances leur sont restés en travers de la gorge. Sous la pression du chef de la transition, le ministre de l’Education nationale est sommé de résoudre le problème au plus tôt. Manoro Régis a alors annoncé des décisions radicales qu’il formule avec fermeté comme étant des ordres.

Le ministre de l’Education nationale mobilise ses soldats

Tous les enseignants sont sommés de rejoindre leur poste sous peine de sanction : suspension des soldes, résiliation du contrat pour les contractuels, suppression de la subvention pour les enseignants FRAM. Le ministre donne l’ordre aux responsables au niveau des collectivités, à savoir les DREN, les chefs Cisco et les chefs ZAP, de veiller à ce que la reprise des cours ait lieu. Ils ont pour mission de noter les noms des enseignants qui rejoignent leur poste et de ceux qui seront absents. « N’hésitez pas à faire appel aux forces de l’ordre s’il y a des gens qui cherchent à créer des troubles », leur a lancé Manoro Régis.

Pourquoi le ministre de l’Education nationale durcit-il le ton à ce point ? Manoro Régis a fait un effort en réaffectant une enveloppe de 20 milliards d’ariary du budget de fonctionnement du ministère pour augmenter les indemnités des enseignants. La confusion des chiffres n’aide pourtant pas à y voir plus clair.

Les quelque 50 000 fonctionnaires et contractuels percevront une indemnité d’environ 45 000 ariary à partir du mois de juin. Or, à la télévision nationale, les téléspectateurs ont compris que les indemnités accordées sont de 450 000 ariary, faisant volontairement ou accidentellement croire que les revendications des enseignants ont été satisfaites et qu’il n’y a plus de raison de faire la grève.


 

Envoyer cet article à un ami

 

Commentez cet article (1)

 

Imprimer

(1) Il n'y a encore aucun commentaire pour cet article

LISEZ AUSSI

30/07/2014 | 21:44:53
Internet est définitivement la hantise du pouvoir en place à Madagascar. Accusé à tort ou à raison d’être le responsable de la mauvaise image du régime de transition de fait et de la non-reconnaissance internationale de ce dernier, les sites d’information, les blogs, les forums de discussion et les réseaux sociaux sont désormais intimés de mesurer leur propos. Face à ce qui apparente à une volonté de réduire la liberté d’expression sur internet, la ministre de la Justice du gouvernement Kolo se défend d’avoir été à l’origine d’une loi sur la cybercriminalité particulièrement sévère. [Voir]

29/07/2014 | 09:45:34
Hery Rajaonarimampianina est-il un prédateur de la liberté de la presse ? Le chef de l’Etat a habilement tourné à son avantage l’embarras dans lequel son ami ministre d’Etat et chef de parti Rivo Rakotovao l’a mis. Aux yeux de l’opinion, ce n’est pas le procureur de la République ni les juges qui jettent les journalistes en prison mais les politiciens au pouvoir. [Voir]

29/07/2014 | 09:43:50
Le piratage – selon la version officielle - du site web du ministère des Affaires Etrangères qui annonçait le retour au pays de l’ancien président en exil Marc Ravalomanana n’a pas suffi pour mettre en exergue le fait que Madagascar a désormais une loi sur la lutte contre la cybercriminalité. Les textes prévoient des sanctions très dures avec des peines allant jusqu’à 10 ans d’emprisonnement et 100 millions d’ariary d’amende. Se connecter avec un mot de passe qui n’est pas le sien, utiliser facebook, réagir sur des forums de discussion, ce sont des choses ordinaires qui peuvent couter très cher aux malgaches. [Voir]

12/06/2014 | 10:08:09
Le ministère de l'éducation nationale cherche actuellement les moyens de faire retourner sur les bancs des écoles environ un million d'enfants déscolarisés durant les dernières années de crise dans la Grande Ile. [Voir]

11/06/2014 | 09:39:54
La nouvelle autorité à Antananarivo a mobilisé mille membres des forces de l’ordre afin d’essayer de juguler le phénomène d’insécurité dans le Sud de la Grande ile. Mais au lieu de rassurer la population locale, le déclenchement de cette opération dénommée « coup d’arrêt » a plutôt suscité l’inquiétude. [Voir]

27/05/2014 | 09:13:09
Le nombre exact des morts à la suite d’affrontements entre des villageois dans le Sud de Madagascar n’est pas connu. La presse a évoqué une centaine de victimes depuis le début du conflit, il y a quelques mois, et le Bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNGRC) a confirmé le déplacement de plus de mille individus, et la destruction de quelque 400 maisons. [Voir]

13/05/2014 | 10:19:19
Le nombre des consultations au niveau de l’hôpital Manarapenitra baisse progressivement. Inauguré juste avant le départ du président de la Transition du pouvoir, l’hôpital Manarapenitra risque de devenir inutile. Les patients n’ont pas confiance. L’organisation laisse à désirer. [Voir]

30/04/2014 | 09:01:37
La violence des dahalo reprend dans la partie Sud de Madagascar. Un affrontement entre des voleurs de zébus, d’un côté, et la population aidée par des gendarmes, de l’autre côté, a fait une quarantaine de morts, dont la plupart sont des présumés dahalo, aux environs de la localité d’Ihosy. Les dahalo venaient de voler des centaines de zébus dans différents villages de la région Ihorombe. Dans de nombreuses localités du sud de Madagascar, des centaines de dahalo s’en prennent souvent aux villages pour voler notamment des zébus, mais parfois pour prendre tout ce qu’ils peuvent emporter dans le même temps. Les attaques de ce genre étaient moins fréquentes au cours des derniers mois, mais la situation empire de nouveau actuellement. Des milliers de personnes sont en fuite dans le district d’Amboasary pour fuir l’attaque des dahalo. Depuis toujours, le vol de zébus est un phénomène impossible à résorber totalement dans la Grande Ile. Mais le coup d’Etat de 2009 et la crise politique, ayant engendré une crise économique à travers le pays, avait aggravé la situation. Depuis quelques années, ce sont des bandes armées, souvent composées d’une centaine d’hommes munis de kalachnikov, qui s’en prennent aux villages. Le sud de Madagascar est particulièrement riche en cheptel bovin. Raison pour laquelle cette partie de l’île est celle qui est la plus touchée par le phénomène dahalo. D’autant que la population pratique essentiellement un élevage contemplatif. La reprise des attaques des bandes armées risque en tous cas de donner du fil à retordre aux nouveaux dirigeants du pays. Le président de la République, Hery Rajaonarimampianina, investi en fin janvier, et son Premier ministre, Kolo Roger, qui vient de former son gouvernement, ne s’attendaient point à être confrontés à ce problème épineux en si peu de temps passé à la direction du pays. [Voir]

24/04/2014 | 22:20:30
La problématique de la CNaPS et de tous les services de prévoyance sociale en général est la prédominance des difficultés actuelles sur le souci de la situation future. Les affiliés ont l’impression de payer beaucoup et de gagner très peu dans les prestations de la caisse de la sécurité sociale. Comment faire comprendre aux Malgaches que la cotisation à la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale n’est pas un impôt payé par les employeurs, mais une participation à un élan de solidarité dont bénéficient les employés et leur famille. [Voir]

16/04/2014 | 11:38:43
La ville paisible d’Antsirabe fait face depuis quelques jours à une invasion acridienne sans précédent. La population crie au scandale. Ce n’est pas la première fois que cela arrive ces derniers temps, mais les gens ont l’impression que pas grand-chose n’a été fait au cours des derniers jours. Tout naturellement ce sont les paysans qui vont payer cher le laxisme des autorités dans ce domaine. [Voir]

NEWSLETTER

Accédez GRATUITEMENT aux articles et recevez tous les jours Madonline dans votre boite-aux-lettres (offre limitée).

Entrez votre adresse email ici: