Add to My Yahoo! Add to NetvibesAdd to Google
fr en it  
  Samedi 20 décembre 2014  
Aide ¦ rédaction ¦ contact ¦ ¦
Rechercher

SOCIéTé

Le régime prêt à tout pour mâter la grève des enseignants 05/05/2012 | 21:58:46

Après les rappels à l’ordre répétés du président de la HAT, le ministre de l’Education nationale a changé de position à 180° et menace les grévistes de suspension de solde ou de résiliation de contrat. Manoro Régis a donné un ordre strict pour la reprise des cours dans les écoles publiques le lundi 07 mai 2012. Les enseignants ont réagi en affichant leur solidarité et campent sur leur position.

La tension monte d’un cran entre le syndicat des enseignants et le régime de transition. Le SEMPAMA ne cède pas face à « l’ordre » plein d’intimidation du ministre de l’Education nationale. Le président du Syndicat a résumé en trois points la réponse des enseignants : premièrement, la grève se durcit et les écoles seront au contraire fermées lundi ; deuxièmement, les enseignants dans toute l’île sont prêts à affronter la suspension des soldes ; troisièmement, le syndicat n’est pas responsable de la crise qui va découler de cette intransigeance du régime.  

Les propos du président du syndicat Claude Raharovoatra ont trouvé échos chez les fonctionnaires dans les provinces. Une représentante de la Sempama Fianarantsoa a confirmé que la grève continuera lundi. « La procédure de suspension des soldes passe par de nombreuses portes, cela ne se fait pas du jour au lendemain », dit-elle. Si les enseignants jouent la montre pour faire pression sur la HAT et son ministre des Finances, c’est le ministre de l’Education nationale qui est envoyé au front pour mâter cette grève qui démontre une fois de plus la déliquescence de l’Etat.

La solution ne viendra pas du ministre des Finances

Au départ, Manoro Régis était tancé par la HAT car ce ministre présumé issu de la mouvance Zafy était trop favorable aux enseignants. A preuve, il a fait 4 propositions valant 131 milliards à 200 milliards d’ariary pour satisfaire les revendications des fonctionnaires de l’éducation nationale. Il a surtout indiqué le ministre des Finances comme celui qui détient la clé du problème. Seulement, Hery Rajaonarimampianina n’a pas les moyens ni la volonté politique d’accorder les indemnités jugées mirobolantes des enseignants. Il a fait une proposition à hauteur de 4% de ce qui a été demandé.

Naturellement, le Sempama a refusé l’offre. Le « dédain » et le « mépris » affiché par le ministre des Finances leur sont restés en travers de la gorge. Sous la pression du chef de la transition, le ministre de l’Education nationale est sommé de résoudre le problème au plus tôt. Manoro Régis a alors annoncé des décisions radicales qu’il formule avec fermeté comme étant des ordres.

Le ministre de l’Education nationale mobilise ses soldats

Tous les enseignants sont sommés de rejoindre leur poste sous peine de sanction : suspension des soldes, résiliation du contrat pour les contractuels, suppression de la subvention pour les enseignants FRAM. Le ministre donne l’ordre aux responsables au niveau des collectivités, à savoir les DREN, les chefs Cisco et les chefs ZAP, de veiller à ce que la reprise des cours ait lieu. Ils ont pour mission de noter les noms des enseignants qui rejoignent leur poste et de ceux qui seront absents. « N’hésitez pas à faire appel aux forces de l’ordre s’il y a des gens qui cherchent à créer des troubles », leur a lancé Manoro Régis.

Pourquoi le ministre de l’Education nationale durcit-il le ton à ce point ? Manoro Régis a fait un effort en réaffectant une enveloppe de 20 milliards d’ariary du budget de fonctionnement du ministère pour augmenter les indemnités des enseignants. La confusion des chiffres n’aide pourtant pas à y voir plus clair.

Les quelque 50 000 fonctionnaires et contractuels percevront une indemnité d’environ 45 000 ariary à partir du mois de juin. Or, à la télévision nationale, les téléspectateurs ont compris que les indemnités accordées sont de 450 000 ariary, faisant volontairement ou accidentellement croire que les revendications des enseignants ont été satisfaites et qu’il n’y a plus de raison de faire la grève.


 

 

Commentez cet article (1)

 

Imprimer

(1) Il n'y a encore aucun commentaire pour cet article

LISEZ AUSSI

21/10/2014 | 17:18:39
Après la fermeture de la Pêcherie de Nosy-Be, le secteur de la pêche se déprofessionnalise. C’est un paradoxe puisqu’ils sont nombreux à en faire leur métier après que les autres secteurs d’activité comme le tourisme et l’industrie sucrière ont eux aussi lâché de nombreux emplois. L’île aux parfums est consommateur de produits halieutiques et non pas un producteur, elle s’approvisionne dans les zones d’Ambanja et d’Ambilobe. Les pêcheurs font pourtant partie du paysage. [Voir]

18/09/2014 | 09:49:20
Depuis quelques semaines, des enseignants non fonctionnaires au niveau des écoles publiques sont en grève. Ils revendiquent leur intégration au sein de la Fonction Publique. Une rencontre entre les grévistes, les membres du bureau permanent de l’Assemblée Nationale et le ministre de l’Education Nationale s’est tenue, le 17 septembre, mais les enseignants ont décidé de maintenir leur revendication. [Voir]

16/09/2014 | 12:23:44
Les patrons de presse ont uni leur voix pour dénoncer le manque de transparence et certaines décisions douteuses de l’Etat dans le secteur audiovisuel. Les nouvelles stations de télévision et de radio de la commune urbaine d’Antananarivo, le flou sur le gel et l’octroi de licence, le traitement inégalitaire face au fisc et un refus collectif du passage forcé vers TNT ont été les sujets phares de la déclaration commune. Même si son nom n’a jamais été cité, c’est l’autorité du ministre de la Communication sur la question qui est remise en cause. [Voir]

30/08/2014 | 23:24:12
Annonceurs de mauvais présage, atteinte à la sureté de l’Etat, regroupement sans autorisation, pied de nez aux pouvoirs en place, danger pour la récolte de riz, une première depuis longtemps… chacun y allait de son commentaire avec parfois de l’humour pour qualifier « l’attaque » de la capitale par un essaim de criquets. La FAO et le ministère de l’Agriculture ont assuré que cette invasion à Antananarivo ne remet pas en cause le succès de la campagne antiacridienne et qu’il reste moins de 1% des surfaces infestés à traiter. [Voir]

30/08/2014 | 23:22:55
Sur fond de tension sociale, la revendication des enseignants des écoles primaires publiques dont les salaires sont financés par les parents d’élèves ne sera pas résolue, car c’est impossible selon le ministre de l’Education nationale. Que faire des 65 000 enseignants en colère et frustrés de leur salaire de misère et du ras-le-bol des parents nécessiteux qui ne veulent plus payer à la place de l’Etat. Apparemment, rien. Sauf de dire qu’il y a un dessous politique, comme d’habitude. [Voir]

06/08/2014 | 12:44:22
Un projet d’assainissement a été mené avec la méthode de Haute Intensité de main d’œuvre (HIMO) dans les quartiers situés en basse altitude d’Antananarivo. Au bout de 20 jours de travaux de nettoyage, menés par une centaine de personnes, les autorités ont affiché une certaine satisfaction, mais la population voit la situation d’une autre manière. [Voir]

30/07/2014 | 21:44:53
Internet est définitivement la hantise du pouvoir en place à Madagascar. Accusé à tort ou à raison d’être le responsable de la mauvaise image du régime de transition de fait et de la non-reconnaissance internationale de ce dernier, les sites d’information, les blogs, les forums de discussion et les réseaux sociaux sont désormais intimés de mesurer leur propos. Face à ce qui apparente à une volonté de réduire la liberté d’expression sur internet, la ministre de la Justice du gouvernement Kolo se défend d’avoir été à l’origine d’une loi sur la cybercriminalité particulièrement sévère. [Voir]

29/07/2014 | 09:45:34
Hery Rajaonarimampianina est-il un prédateur de la liberté de la presse ? Le chef de l’Etat a habilement tourné à son avantage l’embarras dans lequel son ami ministre d’Etat et chef de parti Rivo Rakotovao l’a mis. Aux yeux de l’opinion, ce n’est pas le procureur de la République ni les juges qui jettent les journalistes en prison mais les politiciens au pouvoir. [Voir]

29/07/2014 | 09:43:50
Le piratage – selon la version officielle - du site web du ministère des Affaires Etrangères qui annonçait le retour au pays de l’ancien président en exil Marc Ravalomanana n’a pas suffi pour mettre en exergue le fait que Madagascar a désormais une loi sur la lutte contre la cybercriminalité. Les textes prévoient des sanctions très dures avec des peines allant jusqu’à 10 ans d’emprisonnement et 100 millions d’ariary d’amende. Se connecter avec un mot de passe qui n’est pas le sien, utiliser facebook, réagir sur des forums de discussion, ce sont des choses ordinaires qui peuvent couter très cher aux malgaches. [Voir]

12/06/2014 | 10:08:09
Le ministère de l'éducation nationale cherche actuellement les moyens de faire retourner sur les bancs des écoles environ un million d'enfants déscolarisés durant les dernières années de crise dans la Grande Ile. [Voir]

NEWSLETTER

Accédez GRATUITEMENT aux articles et recevez tous les jours Madonline dans votre boite-aux-lettres (offre limitée).

Entrez votre adresse email ici: