Add to My Yahoo! Add to NetvibesAdd to Google
fr en it  
  Mardi 2 septembre 2014  
Aide ¦ rédaction ¦ contact ¦ ¦
Rechercher

SOCIéTé

Crise dans la fonction publique, la HAT incapable de tenir des engagements 18/05/2012 | 10:03:18

Le Sempama campé sur sa position malgré les 25 milliards d’ariary accordés, les enseignants chercheurs ne garantissent pas la rentrée universitaire 2012, les paramédicaux entament une grève avec service minimum, les médecins menacent de grève pour promesses non tenues par les autorités de transition, les transporteurs réclament des subventions... les foyers de tension risquent de mettre à l’épreuve le gouvernement et la HAT.

Le gouvernement Beriziky a officialisé les indemnités accordées aux enseignants de l’Education nationale, ce qui correspond à 11% des revendications du syndicat. Les 25 milliards d’ariary répartis aux quelque 50 000 fonctionnaires et contractuels de l’enseignement primaire et secondaire seront versés comme indemnités. Le ministère de l’Education nationale a décidé d’augmenter les indemnités liées à l’éloignement et aux risques. En fonction des zones, les enseignants perçoivent, à compter de mai 2012, entre 50 000 et 70 000 ariary. Ce qui représente pour certains jusqu’à 200% de hausse.

Pour rappel, la totalité des indemnités revendiquées par le syndicat des enseignants culminent à 450 000 ariary. Les indemnités de logement qui sont actuellement à 90 ar et les indemnités familiales à 200 ariary par enfant constituent le centre des revendications. La proposition décrétée par le gouvernement et la fin des dialogues décidée par le président de la HAT n’enchantent guère le Sempama.

Après l’échec de l’intimidation et de la menace de suspension de solde, le ministère essaie de convaincre par la théorie du peu vaut mieux que rien. La reprise partielle des cours est constatée dans les régions tandis que la lutte syndicale continue à Antananarivo. A Fénérive-Est , le chef de région a ouvert le lycée aux élèves alors que les professeurs sont en grève. Résultat, une émeute dans la ville ! Les lycéens sont venus perturber les écoles privées qui ont classe. A Antananarivo, les manifestations dans la rue des lycéens ont cessé suite à la propagande sur un attentat à la grenade « offensive ».

D’autres foyers de grève en suspens

Après la satisfaction entière des sous-officiers et partielle des enseignants, les paramédicaux relancent leur mouvement de revendication. Ils réclament l’application de la grille indiciaire à 1200. « Lors d’une réunion avec les ministères des Finances et de la Santé, ce sont eux qui ont fixé qu’un indice de 1200 correspond au travail des paramédicaux », rappelle le président du syndicat. Durant les jours de grèves, un service minimum sera assuré. Les grévistes promettent d’assurer les services de garde.

Si les infirmiers et sage-femmes sont passés aux actes, les médecins se rappellent au bon souvenir de la HAT. Les promesses qui leur étaient faites pour les convaincre de cesser leur grève n’ont pas été tenues. Les revendications sont relancées.

Les enseignants chercheurs revendiquent encore une partie des indemnités que le gouvernement  leur a déjà accordées. L’enveloppe budgétaire destinée aux professeurs d’université a été affectée aux militaires, c’était dans la logique de la dictature militaro-civile de la transition. Sur les 800 000 ariary promis, il ne reste que 150 000 à intégrer dans les soldes. Le SECES a accepté de finir l’année universitaire 2011 avant la fin du mois de mai 2012. Pour ce qui est de la rentrée universitaire, rien n’est certain.

Après trois ans de mandat, Andry Rajoelina n’assume pas ces crises sociales dans la fonction publique. « Ils n’ont pas eu ces indemnités durant un régime normal... La transition n’est pas faite pour satisfaire des revendications », se défend-il, argüant que l’Etat n’a pas de moyens.

 Andry Rajoelina a privé l’Etat de moyen en s’enfermant dans une dictature unilatérale. Bien qu’il ne soit pas élu, il s’est octroyé le droit de décider de toutes les dépenses dépassant les 200 millions d’ariary. Refusant de reconnaitre tout bilan qui est forcément catastrophique, le putschiste non reconnu rejette les fautes à ses prédécesseurs élus.

 


 

Envoyer cet article à un ami

 

Commentez cet article (1)

 

Imprimer

(1) Il n'y a encore aucun commentaire pour cet article

LISEZ AUSSI

06/08/2014 | 12:44:22
Un projet d’assainissement a été mené avec la méthode de Haute Intensité de main d’œuvre (HIMO) dans les quartiers situés en basse altitude d’Antananarivo. Au bout de 20 jours de travaux de nettoyage, menés par une centaine de personnes, les autorités ont affiché une certaine satisfaction, mais la population voit la situation d’une autre manière. [Voir]

30/07/2014 | 21:44:53
Internet est définitivement la hantise du pouvoir en place à Madagascar. Accusé à tort ou à raison d’être le responsable de la mauvaise image du régime de transition de fait et de la non-reconnaissance internationale de ce dernier, les sites d’information, les blogs, les forums de discussion et les réseaux sociaux sont désormais intimés de mesurer leur propos. Face à ce qui apparente à une volonté de réduire la liberté d’expression sur internet, la ministre de la Justice du gouvernement Kolo se défend d’avoir été à l’origine d’une loi sur la cybercriminalité particulièrement sévère. [Voir]

29/07/2014 | 09:45:34
Hery Rajaonarimampianina est-il un prédateur de la liberté de la presse ? Le chef de l’Etat a habilement tourné à son avantage l’embarras dans lequel son ami ministre d’Etat et chef de parti Rivo Rakotovao l’a mis. Aux yeux de l’opinion, ce n’est pas le procureur de la République ni les juges qui jettent les journalistes en prison mais les politiciens au pouvoir. [Voir]

29/07/2014 | 09:43:50
Le piratage – selon la version officielle - du site web du ministère des Affaires Etrangères qui annonçait le retour au pays de l’ancien président en exil Marc Ravalomanana n’a pas suffi pour mettre en exergue le fait que Madagascar a désormais une loi sur la lutte contre la cybercriminalité. Les textes prévoient des sanctions très dures avec des peines allant jusqu’à 10 ans d’emprisonnement et 100 millions d’ariary d’amende. Se connecter avec un mot de passe qui n’est pas le sien, utiliser facebook, réagir sur des forums de discussion, ce sont des choses ordinaires qui peuvent couter très cher aux malgaches. [Voir]

12/06/2014 | 10:08:09
Le ministère de l'éducation nationale cherche actuellement les moyens de faire retourner sur les bancs des écoles environ un million d'enfants déscolarisés durant les dernières années de crise dans la Grande Ile. [Voir]

11/06/2014 | 09:39:54
La nouvelle autorité à Antananarivo a mobilisé mille membres des forces de l’ordre afin d’essayer de juguler le phénomène d’insécurité dans le Sud de la Grande ile. Mais au lieu de rassurer la population locale, le déclenchement de cette opération dénommée « coup d’arrêt » a plutôt suscité l’inquiétude. [Voir]

27/05/2014 | 09:13:09
Le nombre exact des morts à la suite d’affrontements entre des villageois dans le Sud de Madagascar n’est pas connu. La presse a évoqué une centaine de victimes depuis le début du conflit, il y a quelques mois, et le Bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNGRC) a confirmé le déplacement de plus de mille individus, et la destruction de quelque 400 maisons. [Voir]

13/05/2014 | 10:19:19
Le nombre des consultations au niveau de l’hôpital Manarapenitra baisse progressivement. Inauguré juste avant le départ du président de la Transition du pouvoir, l’hôpital Manarapenitra risque de devenir inutile. Les patients n’ont pas confiance. L’organisation laisse à désirer. [Voir]

30/04/2014 | 09:01:37
La violence des dahalo reprend dans la partie Sud de Madagascar. Un affrontement entre des voleurs de zébus, d’un côté, et la population aidée par des gendarmes, de l’autre côté, a fait une quarantaine de morts, dont la plupart sont des présumés dahalo, aux environs de la localité d’Ihosy. Les dahalo venaient de voler des centaines de zébus dans différents villages de la région Ihorombe. Dans de nombreuses localités du sud de Madagascar, des centaines de dahalo s’en prennent souvent aux villages pour voler notamment des zébus, mais parfois pour prendre tout ce qu’ils peuvent emporter dans le même temps. Les attaques de ce genre étaient moins fréquentes au cours des derniers mois, mais la situation empire de nouveau actuellement. Des milliers de personnes sont en fuite dans le district d’Amboasary pour fuir l’attaque des dahalo. Depuis toujours, le vol de zébus est un phénomène impossible à résorber totalement dans la Grande Ile. Mais le coup d’Etat de 2009 et la crise politique, ayant engendré une crise économique à travers le pays, avait aggravé la situation. Depuis quelques années, ce sont des bandes armées, souvent composées d’une centaine d’hommes munis de kalachnikov, qui s’en prennent aux villages. Le sud de Madagascar est particulièrement riche en cheptel bovin. Raison pour laquelle cette partie de l’île est celle qui est la plus touchée par le phénomène dahalo. D’autant que la population pratique essentiellement un élevage contemplatif. La reprise des attaques des bandes armées risque en tous cas de donner du fil à retordre aux nouveaux dirigeants du pays. Le président de la République, Hery Rajaonarimampianina, investi en fin janvier, et son Premier ministre, Kolo Roger, qui vient de former son gouvernement, ne s’attendaient point à être confrontés à ce problème épineux en si peu de temps passé à la direction du pays. [Voir]

24/04/2014 | 22:20:30
La problématique de la CNaPS et de tous les services de prévoyance sociale en général est la prédominance des difficultés actuelles sur le souci de la situation future. Les affiliés ont l’impression de payer beaucoup et de gagner très peu dans les prestations de la caisse de la sécurité sociale. Comment faire comprendre aux Malgaches que la cotisation à la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale n’est pas un impôt payé par les employeurs, mais une participation à un élan de solidarité dont bénéficient les employés et leur famille. [Voir]

NEWSLETTER

Accédez GRATUITEMENT aux articles et recevez tous les jours Madonline dans votre boite-aux-lettres (offre limitée).

Entrez votre adresse email ici: