Add to My Yahoo! Add to NetvibesAdd to Google
fr en it  
  Jeudi 17 avril 2014  
Aide ¦ rédaction ¦ contact ¦ ¦
Rechercher

SOCIéTé

Crise dans la fonction publique, la HAT incapable de tenir des engagements 18/05/2012 | 10:03:18

Le Sempama campé sur sa position malgré les 25 milliards d’ariary accordés, les enseignants chercheurs ne garantissent pas la rentrée universitaire 2012, les paramédicaux entament une grève avec service minimum, les médecins menacent de grève pour promesses non tenues par les autorités de transition, les transporteurs réclament des subventions... les foyers de tension risquent de mettre à l’épreuve le gouvernement et la HAT.

Le gouvernement Beriziky a officialisé les indemnités accordées aux enseignants de l’Education nationale, ce qui correspond à 11% des revendications du syndicat. Les 25 milliards d’ariary répartis aux quelque 50 000 fonctionnaires et contractuels de l’enseignement primaire et secondaire seront versés comme indemnités. Le ministère de l’Education nationale a décidé d’augmenter les indemnités liées à l’éloignement et aux risques. En fonction des zones, les enseignants perçoivent, à compter de mai 2012, entre 50 000 et 70 000 ariary. Ce qui représente pour certains jusqu’à 200% de hausse.

Pour rappel, la totalité des indemnités revendiquées par le syndicat des enseignants culminent à 450 000 ariary. Les indemnités de logement qui sont actuellement à 90 ar et les indemnités familiales à 200 ariary par enfant constituent le centre des revendications. La proposition décrétée par le gouvernement et la fin des dialogues décidée par le président de la HAT n’enchantent guère le Sempama.

Après l’échec de l’intimidation et de la menace de suspension de solde, le ministère essaie de convaincre par la théorie du peu vaut mieux que rien. La reprise partielle des cours est constatée dans les régions tandis que la lutte syndicale continue à Antananarivo. A Fénérive-Est , le chef de région a ouvert le lycée aux élèves alors que les professeurs sont en grève. Résultat, une émeute dans la ville ! Les lycéens sont venus perturber les écoles privées qui ont classe. A Antananarivo, les manifestations dans la rue des lycéens ont cessé suite à la propagande sur un attentat à la grenade « offensive ».

D’autres foyers de grève en suspens

Après la satisfaction entière des sous-officiers et partielle des enseignants, les paramédicaux relancent leur mouvement de revendication. Ils réclament l’application de la grille indiciaire à 1200. « Lors d’une réunion avec les ministères des Finances et de la Santé, ce sont eux qui ont fixé qu’un indice de 1200 correspond au travail des paramédicaux », rappelle le président du syndicat. Durant les jours de grèves, un service minimum sera assuré. Les grévistes promettent d’assurer les services de garde.

Si les infirmiers et sage-femmes sont passés aux actes, les médecins se rappellent au bon souvenir de la HAT. Les promesses qui leur étaient faites pour les convaincre de cesser leur grève n’ont pas été tenues. Les revendications sont relancées.

Les enseignants chercheurs revendiquent encore une partie des indemnités que le gouvernement  leur a déjà accordées. L’enveloppe budgétaire destinée aux professeurs d’université a été affectée aux militaires, c’était dans la logique de la dictature militaro-civile de la transition. Sur les 800 000 ariary promis, il ne reste que 150 000 à intégrer dans les soldes. Le SECES a accepté de finir l’année universitaire 2011 avant la fin du mois de mai 2012. Pour ce qui est de la rentrée universitaire, rien n’est certain.

Après trois ans de mandat, Andry Rajoelina n’assume pas ces crises sociales dans la fonction publique. « Ils n’ont pas eu ces indemnités durant un régime normal... La transition n’est pas faite pour satisfaire des revendications », se défend-il, argüant que l’Etat n’a pas de moyens.

 Andry Rajoelina a privé l’Etat de moyen en s’enfermant dans une dictature unilatérale. Bien qu’il ne soit pas élu, il s’est octroyé le droit de décider de toutes les dépenses dépassant les 200 millions d’ariary. Refusant de reconnaitre tout bilan qui est forcément catastrophique, le putschiste non reconnu rejette les fautes à ses prédécesseurs élus.

 


 

Envoyer cet article à un ami

 

Commentez cet article (1)

 

Imprimer

(1) Il n'y a encore aucun commentaire pour cet article

LISEZ AUSSI

16/04/2014 | 11:38:43
La ville paisible d’Antsirabe fait face depuis quelques jours à une invasion acridienne sans précédent. La population crie au scandale. Ce n’est pas la première fois que cela arrive ces derniers temps, mais les gens ont l’impression que pas grand-chose n’a été fait au cours des derniers jours. Tout naturellement ce sont les paysans qui vont payer cher le laxisme des autorités dans ce domaine. [Voir]

11/04/2014 | 08:32:32
La vie a repris son cours normal dans les districts du Nord-ouest de Madagascar récemment touchés par le cyclone Hellen. La plupart des sinistrés sont déjà retournés chez eux. Les cours ont déjà repris pour tous les élèves. Mais un risque lié à la santé de la population serait réel. [Voir]

29/03/2014 | 21:11:54
En 2014, la commémoration de la résurrection de 1947 s’est faite sans fastes et sans récupération politique contrairement aux récentes années de transition. Le président Hery Rajaonarimampianina n’a certes pas à justifier sa prise de pouvoir par un patriotisme douteux comme cela avait été le cas de son prédécesseur auteur d’un putsch. Il s’est toutefois présenté comme le leader d’une lutte qui n’est pas finie contre une ennemie coriace, la pauvreté. [Voir]

10/03/2014 | 07:24:26
Depuis quelques jours, les habitants des grandes villes du centre de Madagascar revivent les délestages programmés par la société nationale d’eau et d’électricité, Jirama. Ces coupures d’électricité sont obligatoires en raison de travaux d’entretien à la Centrale d’Andekaleka, à l’Est de la capitale, selon la Jirama. [Voir]

08/03/2014 | 18:51:04
Sans être traditionnelle, la société malgache a préservé certains principes et des mœurs qui définissent la place de la femme. L’égalité des genres est un concept nouveau et politique qui bouleverse un ordre établi. Elle apporte une nouvelle émancipation de ces reines qui viennent du ciel, de ces mères qui font la nation. [Voir]

07/03/2014 | 07:42:54
La qualité des carburants vendus à Madagascar est de très mauvaise qualité. Les automobilistes le savent depuis longtemps, mais actuellement la situation dépasse l’entendement. Des automobilistes se plaignent qu’ils achètent de l’essence mais reçoivent du gaz dans leur réservoir. [Voir]

28/02/2014 | 20:47:42
C’est un endroit où il ne fait pas bon vivre, mais qu’un peu plus de mille individus ont toutefois choisi, faute de mieux. « La Réunion kely » est un « quartier » spécial du centre de la capitale, Antananarivo, longeant le canal d’évacuation d’eaux usées, Andriantany. Ils vivent dans la précarité mais ils n’ont pas le choix. [Voir]

25/02/2014 | 11:56:14
La situation d'insécurité qui prévaut dans la Grande Ile depuis le coup d'Etat de 2009 a poussé de plus en plus de paysans à effectuer une demande d'autorisation de port d'armes à feu selon le ministère de l'Intérieur. [Voir]

17/02/2014 | 09:06:16
Des hommes munis de fusils d’assaut kalachnikov ont attaqué un restaurant chinois dans le centre de la capitale en fin de semaine. Environ 40 millions Ariary avaient été dérobés, car le restaurant abriterait un casino informel où des ressortissants chinois adorent parier, avec des grosses sommes. [Voir]

13/02/2014 | 03:03:51
Le phénomène d'insécurité continue de traumatiser une frange de la population. Les cinq années de Transition à Madagascar avaient été marquées par la recrudescence de l'insécurité, et on a l'impression actuellement que l'avènement d'un nouveau régime n'a pas véritablement changé la donne. L'agence de l'Accès Banque, à Andavamamba, un quartier populaire de la capitale, a été attaquée en plein jour, le 12 février. [Voir]

NEWSLETTER

Accédez GRATUITEMENT aux articles et recevez tous les jours Madonline dans votre boite-aux-lettres (offre limitée).

Entrez votre adresse email ici: