Add to My Yahoo! Add to NetvibesAdd to Google
fr en it  
  Mercredi 16 avril 2014  
Aide ¦ rédaction ¦ contact ¦ ¦
Rechercher

POLITIQUE

Des élections improbables en 2012 31/05/2012 | 22:06:14

La HAT et la mouvance Rajoelina, usées par le pouvoir illégitime, ont fait de l’organisation d’élections une priorité en 2012. La CENI-T ne s’est pas avancée à fixer un calendrier, mais n’a pas souhaité fâcher le régime en laissant une porte ouverte à cette possibilité. L’équipe de Béatrice Atallah promet de pouvoir raccourcir de deux mois le délai de 8 mois estimés nécessaires par les experts des Nations-Unies, en citant des conditions qui ne dépendront pas de la Commission électorale.

Andry Rajoelina aura-t-il son élection pour étouffer la crise politique et des opposants qui logiquement iront au boycott ? La réponse donnée par la Commission électorale nationale indépendante de la Transition est : peut-être. La présidente Béatrice Atallah annonce que si l’on s’y met tout de suite, les préparatifs des élections seront achevés la première semaine de novembre 2012.

Ce qui laisse à la HAT la possibilité d’organiser une élection à deux tours le mois de novembre, en particulier s’il s’agit de scrutin au niveau des collectivités comme les législatives et les communales. Il faudra en effet plus de temps pour proclamer les résultats du 1er tour d’une élection présidentielle. Le 2ème tour, s’il a lieu, risque de tomber en décembre. Or, la loi électorale interdit l’organisation de scrutin en saison de pluie, c’est-à-dire de décembre à mars.

En tout cas, la présidente de la CENIT a annoncé qu’un calendrier électoral devrait être arrêté d’ici fin août. Le délai de 3 mois nécessaires entre l’annonce et la tenue du scrutin pourra être respecté. Une annonce faite à temps et des préparatifs achevés dans le délai imparti, la CENIT a-t-elle les moyens de tenir ses engagements ? Non. Le discours est aussi pragmatique que politique.

Durant ces 6 mois de préparatifs, « ce qu’on peut faire et ce qu’il faut faire, c’est une révision systématique de la liste électorale » a déclaré madame Attalah. Pour le moment, la commission n’en possède pas les moyens. Les 9 milliards d’ariary promis par l’autorité de transition sont destinés à l’organisation des scrutins. Pas question donc de faire un recensement qui est plus coûteux. La dernière liste électorale utilisée lors du référendum personnel de Andry Rajoelina fera l’objet de rectificatifs et de mise à jour.

La CENIT peut-elle travailler sans moyens financiers ? Le premier ministre de consensus a affirmé que les techniciens, en particulier les administrateurs civils, les agents du ministère de l’Intérieur et les présidents des Fokontany sont prêts à être mobibilisés pour appuyer la commission électorale. Cette dernière ne fera que s’approprier une liste qu’elle n’a pas établie. Le démembrement de la CENIT à travers le pays est à mettre en place. Il ne permettra pas de contrôler chaque nom inscrit ou omis de la liste électorale.

L’équipe de Béatrice Attalah attend que les bailleurs de fonds de Madagascar s’engagent à financer les préparatifs électoraux pour tenir le délai de 6 mois. Or, les partenaires internationaux restent dans l’expectative face à l’évolution de la situation politique dans le pays. La présidente de la CENIT a mis la pression sur les entités politiques pour trouver une entente avant l’annonce du calendrier électoral en août. Un scrutin politiquement unilatéral ne pourra satisfaire le caractère « accepté par tous ». Par ailleurs, les lois sur l’organisation des différents scrutins restent encore à voter par le parlement de la transition.

« Même si nous avons la prérogative de décréter une date, nous ne le ferons pas », a martelé la présidente de la CENI. Elle s’attend à ce que les conditions matérielles, financières et politiques soient réunies pour organiser et annoncer une élection. Bref, le calendrier électoral dont l’annonce est promise pour le mois d’août est loin d’être certain.


 

Envoyer cet article à un ami

 

Commentez cet article (1)

 

Imprimer

(1) Il n'y a encore aucun commentaire pour cet article

LISEZ AUSSI

28/03/2014 | 10:04:26
C’est avec amertume et sentiment de révolte que Christine Razanamahasoa a réagi à la remise en cause par la Haute Cour Constitutionnelle de l’élection du bureau permanent de la présidente de l’Assemblée nationale. Pour celle qui a été propulsée par les députés du MAPAR et du GPS à la tête de la chambre basse, la chute a été prévisible, mais douloureuse. Elle accuse la dérive dictatoriale de l’exécutif et du judiciaire. Ironie de l’histoire. [Voir]

25/03/2014 | 08:33:54
Une vingtaine de prisonniers sont encore derrière les barreaux actuellement suite à des événements survenus notamment en 2009 et en 2010 au moment fort de la crise politique. Il s’agit essentiellement d’officiers et de sous-officiers impliqués dans les affaires de la Base aéronavale d’Ivato (BANI) et du camp de la Force d’Intervention de la Gendarmerie nationale (FIGN), ainsi que des militaires condamnés dans la mystérieuse affaire de tuerie du 7 février 2009. [Voir]

19/03/2014 | 21:08:48
La formation d’un gouvernement démocratique garantissant la stabilité politique est la principale condition rappelée par la communauté internationale au président malgache élu en déplacement à New York et Washington. Face à des promesses d’aides et de reprise des financements, il lui faudra faire un geste politique fort. Apparemment, ce sera un gouvernement d’union qui réconcilie les Malgaches au grand dam de ses anciens alliés qui veulent régner sans partage. [Voir]

15/03/2014 | 20:36:36
Le président Hery Rajaonarimampianina met à l’épreuve la patience de ceux qui ne s’allient pas à la majorité qu’il veut instaurer pour gouverner le pays. La nomination du premier ministre n’est pas encore à l’ordre du jour faute de compromis. Le débat sur les dispositions constitutionnelles est loin d’être terminé. L’enjeu est de déposséder le Mapar du pouvoir qu’il s’est attribué pour maitriser l’Assemblée nationale et imposer un homme de la mouvance Rajoelina au poste de chef du gouvernement. [Voir]

14/03/2014 | 16:35:58
Jean Omer Beriziky a été le plus chanceux des chefs d’institution de la défunte Transition. Le blocage politique actuel dans la Grande Ile a été bénéfique pour lui. Tant que la nomination du nouveau Chef du gouvernement tarde à se concrétiser, l’actuel Premier ministre restera au palais de Mahazoarivo. [Voir]

05/03/2014 | 07:49:30
Ce n’est pas la première fois que les Américains dénoncent des cas de violation des droits de l’homme dans la grande Ile. Mais le dernier rapport établi par le département d’Etat a été encore plus virulent. Notamment à l’endroit des forces de l’ordre qui sont montrées du doigt pour des abus divers, et, surtout, pour les exécutions arbitraires. [Voir]

28/02/2014 | 16:32:47
On s’interrogeait sur son mutisme, le président de la République se fait malmener par ses anciens amis devenus par le concours de circonstances ses opposants. Hery Rajaonarimampianina a réagi non sans autorité pour limoger les hommes clés de la transition dont les fonctions avaient un impact sur le plan politique. Fort de soutiens de plus en plus nombreux, il a recadré le Mapar en refusant la nomination de Haja Resampa au poste de premier ministre, mais promet de ne pas aller au-delà de la loi. En même temps, son candidat Jules Etienne essaie de rassembler une majorité à l’Assemblée nationale. [Voir]

27/02/2014 | 10:59:03
Hery Rajaonarimampianina aura finalement le choix sur le futur premier ministre. Malgré l’insistance du Mapar à imposer son seul et unique candidat, le président de la République a considéré la candidature de Jules Etienne proposée par la Plate-forme pour la majorité présidentielle (PMP) actuellement en souffrance à l’Assemblée nationale. Il a été conforté par les avis de la HCC sur la nomination et la fonction du chef de gouvernement, encouragé certainement par les conclusions d’éminents juristes tel que Honoré Rakotomanana qui le délivrent de l’emprise de la mouvance Rajoelina. [Voir]

26/02/2014 | 00:15:17
Le président de la République a gagné une bataille en dissuadant l’ancien président de la Transition de ne pas briguer le poste de premier ministre. Ce dernier envoie son clone, son homme de confiance qui pourrait être sa marionnette politique. Pour contrer la proposition unique du nom de Haja Resampa, la Plate-forme pour la Majorité présidentielle a aussi proposé un nom tenu secret, mais qui pourrait être Jules Etienne. La HCC refuse d’arbitrer et ne donne que des avis qui n’ont pas de force exécutoire. [Voir]

20/02/2014 | 09:28:01
Le président Hery Rajaonarimampianina reste serein après la défaite de sa majorité à l’Assemblée nationale et dans l’attente de la désignation et de la nomination du premier ministre. Il concède que le ou les noms doivent être proposés par le Mapar de Andry Rajoelina qui compte le plus grand nombre de députés, soit 49 sièges sur 151. Le nouvel homme fort du pays affirme que le choix doit être issu d’une négociation et dément toute pression internationale. [Voir]

NEWSLETTER

Accédez GRATUITEMENT aux articles et recevez tous les jours Madonline dans votre boite-aux-lettres (offre limitée).

Entrez votre adresse email ici: