Add to My Yahoo! Add to NetvibesAdd to Google
fr en it  
  Jeudi 30 octobre 2014  
Aide ¦ rédaction ¦ contact ¦ ¦
Rechercher

POLITIQUE

Ravalomanana-Rajoelina, le rendez-vous de la discorde 14/06/2012 | 16:59:19

La date de la rencontre entre le président en exil Marc Ravalomanana et le chef de la transition Andry Rajoelina crée déjà la discorde avant qu’elle ne soit fixée. Avant ou après le 26 juin, dans quels pays, les deux mouvances ont deux positions opposées ! En tout cas, on revient au point de départ avec la rencontre entre les deux principaux protagonistes de la crise politique à Madagascar.

La HAT et ses alliés jouent la montre et renvoient après le 26 juin, officiellement, pour que les Malgaches puissent fêter dans la sérénité le 52ème anniversaire de l’indépendance. La déclaration a été faite par le ministre des Affaires Etrangères au nom du gouvernement d’union nationale « qui ne voit aucun inconvénient à la rencontre entre Ravalomanana et Rajoelina tans que cela se fait après la fête nationale et dans un pays tiers ». Par cette allusion géographique, la HAT par la voix d’une partie du gouvernement, refuse que la rencontre soit organisée à Madagascar ni en Afrique du sud, le pays d’accueil du président en exil.

Pas avant le 26 juin, un avis unilatéral

La mouvance Ravalomanana dénonce une décision unilatérale et un faux prétexte, insistant sur le caractère urgent de la situation. « Ce n’est pas que nous ne prenons pas part aux conseils du gouvernement et des ministres que sur cette question, ils devaient se passer de notre avis », tance le vice-premier ministre Pierrot Botozaza. « Cette déclaration n’est qu’un avis du gouvernement, elle n’est en aucun cas déterminante pour fixer la date de cette rencontre », a-t-il ajouté.

« Les chefs d’Etat de la SADC ont appelé à une réunion d’urgence entre Ravalomanana et Rajoelina, le faire après le 26 juin va à l’encontre de cet appel » a martelé le chef de file des ministres de la mouvance Ravalomanana. Le président du Congrès de la Transition  abonde dans son sens. « Dans un pays tiers et après le 26 juin..., on remercie le gouvernement d’avoir émis sa proposition, le dernier mot revient à la SADC, répond Mamy Rakotoarivelo. Nous, mouvance Ravalomanana, aimerions que cela se fasse à Antananarivo et avant le 26 juin ».

Pas de remise en cause de la feuille de route

Pour la mouvance Ravalomanana, « c’est la non-application de la feuille de route qui met le pays dans l’impasse ». Mamy Rakotoarivelo précise « qu’il n’y a pas d’apaisement politique ni social, pas de retour au pays des exilés ». Il ajoute que le report de cette rencontre entre les deux protagonistes de la crise oblige les malgaches à célébrer la fête de l’indépendance dans l’incertitude puisque la situation n’est pas apaisée.

Le TGV, le néo-parti de Andry Rajoelina n’est plus tétanisé par cette rencontre au sommet qu’il a toujours refusé pour ne pas exposer leur leader à un compromis. Avant les exigences sur le paramètre spatio-temporel, les putschistes de 2009 ont émis deux conditions : que Andry Rajoelina soit maintenu au poste de président de la transition et que l’on maintienne la feuille de route.

Justement, la mouvance Ravalomanana est exaspérée par le refus de la mouvance Rajoelina d’appliquer certains articles de la feuille de route de la SADC. La HAT se cache derrière la mise en place des différentes institutions au mépris de la consesualité et de l’inclusivité. « Il y a quelque chose qui cloche dans la gestion des affaires de l’Etat dans ce soi-disant gouvernement d’union nationale, fustige le vice premier ministre Botozaza. Il n’y a pas de chronogramme ni de date dans la feuille de route, cela doit signifier qu’il faut l’appliquer tout de suite ». « La mouvance Ravalomanana veut approcher le président de la transition pour mettre fin à cette crise, s’il n’y a pas de volonté politique de part et d’autre, on ne va pas s’en sortir », a-t-il conclu.


 

Envoyer cet article à un ami

 

Commentez cet article (1)

 

Imprimer

(1) Il n'y a encore aucun commentaire pour cet article

LISEZ AUSSI

22/10/2014 | 11:54:30
La 2ème session ordinaire de l’Assemblée nationale risque d’être mouvementée. Le gouvernement Kolo doit composer avec une majorité devenue instable et le retour à la charge du Mapar qui va proposer une nouvelle fois un premier ministre et inviter le président de la République à se conformer à la Constitution. Le vote de la loi de finances sera un moyen de faire pression sur le régime. Ce dernier doit encore faire passer l’invraisemblable projet de loi sur la décentralisation avec la division de la capitale en six mairies et une éventuelle création de centaines de nouvelles communes promises au parti au pouvoir. [Voir]

21/10/2014 | 17:15:26
Avec le basculement de la mouvance Ravalomanana dans l’opposition et un mini-séisme au sein de la Plateforme pour la majorité présidentielle, il y a une nouvelle distribution des cartes. Si le régime essaie de retarder un remaniement, voire un changement de gouvernement, à cause d’un redémarrage difficile des secteurs économiques et sociaux, la HVM doit repenser sa stratégie. Le parti sans élus de Hery Rrajaonarimampianina peut-il gouverner seul. En tout cas, les éternels placés et opportunistes de la classe politique lui tendent déjà les bras au nom de la défense du choix du peuple. [Voir]

21/10/2014 | 17:13:46
Les premières véritables tensions suite au retour au pays de l’ancien président de la République ont fait leur apparition lors de la manifestation réprimée sans ménagement par les forces de l’ordre. Les éléments de l’Emmo-Reg sommé de faire des arrestations devaient trouver un leader pour porter le chapeau, c’est chose faite. Les politiciens et députés proches de Marc Ravalomanana ne se sont pas présentés à cause de l’autorisation refusée par la préfecture de Police. [Voir]

16/10/2014 | 08:23:58
Depuis quelques jours, le retour au pays de l’ancien président focalise l’attention des médias nationaux et des organisations internationales. La Communauté internationale, en général, à travers l’Union Africaine, l’Union Européenne, le Quai d’Orsay et les Etats-Unis, avait condamné les propos tenus par l’ancien président lors de sa première conférence de presse tenue à son domicile, mais personne ne pouvait lui en vouloir d’être retourné en terre natale. [Voir]

07/10/2014 | 08:18:07
L’ancien président malgache, en exil en Afrique du Sud, depuis le coup d’Etat de 2009, revient à la charge. Il a annoncé officiellement son basculement dans l’opposition après avoir soutenu le régime Hery Rajaonarimampianina durant quelques mois. [Voir]

23/09/2014 | 13:16:58
Une réunion de la troïka de la SADC, à Pretoria, a évoqué la nécessité de la mise en œuvre intégrale de la Feuille de route. Car le récent sommet des chefs d’Etat de cette organisation régionale, qui s’est tenu à Victoria Falls, au Zimbawe, les 17 et 18 août, a déjà évoqué la question. [Voir]

21/09/2014 | 19:47:13
« Imprévoyance », « amateurisme », l’observatoire de la vie publique Sefafi n’est pas tendre avec les dirigeants qui selon lui mènent le pays vers une crise institutionnelle majeure. Une loi sur la décentralisation bâclée qui créera plus de problèmes que de ne proposera des solutions, des élections communales reportées sous prétexte de prendre du temps pour faire passer la division de la Capitale en six communes, des collectivités territoriales non mises en places... les observateurs en arrivent à se poser la grande question : finira-t-on par demander la déchéance du président de la République ? La nouvelle Constitution prévoit en effet cette sanction ultime en cas de certaines formes de violation, la non-mise en place de la Haute Cour de Justice en fait partie. La Haute Cour Constitutionnelle viendra au secours du président et devrait valider une HCJ boiteuse, tout comme elle. [Voir]

15/09/2014 | 08:55:15
Il est pratiquement impossible de tenir les élections communales pour cette année 2014. La Commission nationale électorale a enfin admis cette réalité qui risque de décevoir la Communauté Internationale qui a établi le calendrier électoral malgache l’an passé. [Voir]

05/09/2014 | 08:59:43
Les maîtres FRAM estiment que leur revendication est tout à fait légitime, car elle est fondée sur une promesse du président de la République. Hery Rajaonarimampianina a effectivement pris quelques engagements solennels le jour de son investiture, le 25 janvier 2014, reprenant les grands thèmes abordés durant sa campagne électorale. Il a juré devant le peuple qu’il va réaliser ses promesses et ne voudrait pas faire de la démagogie, « car c’est la foi en la parole du président qui est la base du renouveau du pays ». Les promesses non tenues ont ébranlé la foi d’une partie des malgaches en leur président. [Voir]

29/07/2014 | 09:43:03
C’est une opération de communication pour sauver la face. L’affaire des deux journalistes incarcérés a été officiellement dénouée par le président de la République. Ce dernier a déclaré avoir demandé à son ministre d’Etat de retirer la plainte alors que Jean Luc Rahaga et Didier Ramanoelina attendaient en prison le verdict de leur procès pour diffamation par voie de presse. Sans enlever le mérite à Hery Rajaonarimampianina qui a pris position contre l’emprisonnement des journalistes, le régime a plié face à la montée de la mobilisation générale et une récupération politique d’une affaire qui a terni son image. [Voir]

NEWSLETTER

Accédez GRATUITEMENT aux articles et recevez tous les jours Madonline dans votre boite-aux-lettres (offre limitée).

Entrez votre adresse email ici: