Add to My Yahoo! Add to NetvibesAdd to Google
fr en it  
  Jeudi 31 juillet 2014  
Aide ¦ rédaction ¦ contact ¦ ¦
Rechercher

POLITIQUE

Ravalomanana-Rajoelina, le rendez-vous de la discorde 14/06/2012 | 16:59:19

La date de la rencontre entre le président en exil Marc Ravalomanana et le chef de la transition Andry Rajoelina crée déjà la discorde avant qu’elle ne soit fixée. Avant ou après le 26 juin, dans quels pays, les deux mouvances ont deux positions opposées ! En tout cas, on revient au point de départ avec la rencontre entre les deux principaux protagonistes de la crise politique à Madagascar.

La HAT et ses alliés jouent la montre et renvoient après le 26 juin, officiellement, pour que les Malgaches puissent fêter dans la sérénité le 52ème anniversaire de l’indépendance. La déclaration a été faite par le ministre des Affaires Etrangères au nom du gouvernement d’union nationale « qui ne voit aucun inconvénient à la rencontre entre Ravalomanana et Rajoelina tans que cela se fait après la fête nationale et dans un pays tiers ». Par cette allusion géographique, la HAT par la voix d’une partie du gouvernement, refuse que la rencontre soit organisée à Madagascar ni en Afrique du sud, le pays d’accueil du président en exil.

Pas avant le 26 juin, un avis unilatéral

La mouvance Ravalomanana dénonce une décision unilatérale et un faux prétexte, insistant sur le caractère urgent de la situation. « Ce n’est pas que nous ne prenons pas part aux conseils du gouvernement et des ministres que sur cette question, ils devaient se passer de notre avis », tance le vice-premier ministre Pierrot Botozaza. « Cette déclaration n’est qu’un avis du gouvernement, elle n’est en aucun cas déterminante pour fixer la date de cette rencontre », a-t-il ajouté.

« Les chefs d’Etat de la SADC ont appelé à une réunion d’urgence entre Ravalomanana et Rajoelina, le faire après le 26 juin va à l’encontre de cet appel » a martelé le chef de file des ministres de la mouvance Ravalomanana. Le président du Congrès de la Transition  abonde dans son sens. « Dans un pays tiers et après le 26 juin..., on remercie le gouvernement d’avoir émis sa proposition, le dernier mot revient à la SADC, répond Mamy Rakotoarivelo. Nous, mouvance Ravalomanana, aimerions que cela se fasse à Antananarivo et avant le 26 juin ».

Pas de remise en cause de la feuille de route

Pour la mouvance Ravalomanana, « c’est la non-application de la feuille de route qui met le pays dans l’impasse ». Mamy Rakotoarivelo précise « qu’il n’y a pas d’apaisement politique ni social, pas de retour au pays des exilés ». Il ajoute que le report de cette rencontre entre les deux protagonistes de la crise oblige les malgaches à célébrer la fête de l’indépendance dans l’incertitude puisque la situation n’est pas apaisée.

Le TGV, le néo-parti de Andry Rajoelina n’est plus tétanisé par cette rencontre au sommet qu’il a toujours refusé pour ne pas exposer leur leader à un compromis. Avant les exigences sur le paramètre spatio-temporel, les putschistes de 2009 ont émis deux conditions : que Andry Rajoelina soit maintenu au poste de président de la transition et que l’on maintienne la feuille de route.

Justement, la mouvance Ravalomanana est exaspérée par le refus de la mouvance Rajoelina d’appliquer certains articles de la feuille de route de la SADC. La HAT se cache derrière la mise en place des différentes institutions au mépris de la consesualité et de l’inclusivité. « Il y a quelque chose qui cloche dans la gestion des affaires de l’Etat dans ce soi-disant gouvernement d’union nationale, fustige le vice premier ministre Botozaza. Il n’y a pas de chronogramme ni de date dans la feuille de route, cela doit signifier qu’il faut l’appliquer tout de suite ». « La mouvance Ravalomanana veut approcher le président de la transition pour mettre fin à cette crise, s’il n’y a pas de volonté politique de part et d’autre, on ne va pas s’en sortir », a-t-il conclu.


 

Envoyer cet article à un ami

 

Commentez cet article (1)

 

Imprimer

(1) Il n'y a encore aucun commentaire pour cet article

LISEZ AUSSI

29/07/2014 | 09:43:03
C’est une opération de communication pour sauver la face. L’affaire des deux journalistes incarcérés a été officiellement dénouée par le président de la République. Ce dernier a déclaré avoir demandé à son ministre d’Etat de retirer la plainte alors que Jean Luc Rahaga et Didier Ramanoelina attendaient en prison le verdict de leur procès pour diffamation par voie de presse. Sans enlever le mérite à Hery Rajaonarimampianina qui a pris position contre l’emprisonnement des journalistes, le régime a plié face à la montée de la mobilisation générale et une récupération politique d’une affaire qui a terni son image. [Voir]

11/07/2014 | 18:10:01
La réunification du parti de l’ancien président, Marc Ravalomanana, le TIM semble sur la bonne voie. En tous cas, le ministère de l’Intérieur ne reconnaît plus désormais qu’un seul parti TIM, celui présidé par Razoarimihaja Solofonantenaina. Très discret durant le moment fort de la crise politique dans la Grande Ile, Razoarimihaja Solofonantenaina revient désormais sur la scène politique. C’est de nouveau lui qui préside le parti Tiako i Madagasikara, d’près un arrêté du ministère malgache de l’Intérieur. Lors d’une conférence de presse, le président du TIM a tout simplement annoncé que « le parti revient à son propriétaire ». De son côté, le Secrétaire général du parti, Mamy Rakotoarivelo a affirmé que « c’est Razoarimihaja que le ministère avait contacté pour annoncer la sortie de l’arrêté ministériel mais pas une autre personne ». Une façon pour lui de soutenir que le TIM est désormais unique. Pour sa part, Marc Ravalomanana, par téléphone, avait félicité les membres du TIM, car « le parti est de nouveau normalisé ». Très récemment, un comté de rassemblement a été mis en place. Reste à savoir si toutes les personnalités ayant déjà fondé leur propre parti depuis la chute de Marc Ravalomanana, en 2009, vont revenir au sein du TIM. [Voir]

27/06/2014 | 10:58:52
Le président de la République a renouvelé ses engagements pris lors de son investiture et a réitéré les grandes lignes de la politique générale de l’Etat. Pour son premier 26 juin a la tête de Madagascar, Hery Rajaonarimampianina a remobilisé la nation pour la réconciliation et la solidarité. « Le devoir que vous m’avez confié est très lourd, mais je l’accepte avec humilité », a-t-il déclaré aux citoyens avant de rappeler ce à quoi il s’est engagé : « la bonne gouvernance, l’Etat de droit, la transparence, la démocratie, une justice impartiale, la lutte contre la corruption et des actions de développement durable ». Après 5 mois au pouvoir, il est toujours au point de départ. [Voir]

07/06/2014 | 11:03:56
Alors que les grandes questions urgentes et vitales semblent totalement ignorées par les députés, l’Assemblée nationale s’apprête à accueillir un groupe parlementaire sorti de nulle part par le tout récent parti présidentiel, ainsi qu’un représentant de l’opposition forcément autoproclamé, car ne représentant pas une force politique au parlement. [Voir]

30/05/2014 | 20:11:15
Le HVM est passé du statut d’association à celui d’un parti politique. C’est du déjà vu et l’histoire a tendance à se répéter. Le parti présidentiel est ouvertement centré sur le personnage de Hery Rajaonarimampianina qui vient d’être élu à la tête de l’Etat. Il regroupe à sa tête des amis fidèles et proches du président. Le nouveau parti se donne pour mission de gagner les élections municipales pour avoir une légitimité que ne peut lui apporter une majorité totalement artificielle à l’Assemblée nationale. [Voir]

30/05/2014 | 10:07:57
L’association Hery Vaovao ho an’i Madagasikara (HVM) s’est transformée en parti politique. Le moment était venu pour le nouveau président malgache de s’affranchir du joug de son ancienne famille politique. Mais la transformation du HVM en parti n’inspire pas véritablement la confiance et risque même de coûter cher à la nouvelle équipe au pouvoir. Car elle manifeste la velléité d’une confiscation du pouvoir. [Voir]

15/05/2014 | 11:11:02
L’impopularité des députés joue-t-elle en leur défaveur ? L’opinion semble favorable à l’application immédiate de la fameuse ordonnance 2014-001 qui oblige les parlementaires à faire une déclaration de patrimoine et qui limite sérieusement leur immunité. Ce texte réglementaire a été sorti à un moment où le président de la République était dans l’incertitude quant aux questions de la majorité à l’Assemblée. Le fait est que, pour le moment, c’est bel et bien l’exécutif qui contrôle le pouvoir législatif, menaçant les députés, sans exception de déchéance. [Voir]

05/05/2014 | 11:17:54
Est-ce une victoire pour la stabilité, le respect de la Constitution, la démocratie ? La petite crise institutionnelle au sein de l’Assemblée nationale a connu un épilogue attendu. La fin n’a jamais été un secret pour la Plate-forme pour la Majorité Présidentielle : renverser le bureau permanent présidé par la MAPAR Christine Razanamahasoa et donner une seconde chance à leur candidat Jean Max Rakotomamonjy. C’est le moyen d’y parvenir qui continue de faire débat. [Voir]

05/05/2014 | 08:07:52
Avec le soutien de quelques députés du groupement MAPAR, anciennement pro-Rajoelina, et avec l'appui du groupement PMP, le nouveau président de la République a réussi à placer ses hommes au niveau du bureau permanent de l'Assemblée Nationale. Christine Razanamahasoa, député pro-Rajoelina, élue au perchoir au mois de février, doit s'en aller au profit de Jean Max Rakotomamonjy, un député issu du parti Leader Fanilo. Jean max Rakotomamonjy a été élu par tous les députés présents à la séance boycottée par la plupart des députés du MAPAR. [Voir]

30/04/2014 | 23:19:54
Quand les affaires de l’Etat deviennent un jeu d’enfant, faut-il encore s’étonner de voir une adaptation de La guerre des boutons à l’Assemblée nationale ! Les batailles font rage et les débats sont houleux entre les deux camps, la PMP favorable au président Hery Rajaonarimampianina et le MAPAR avec le « président » Andry Rajoelina. Sur fond d’adoption d’un nouveau règlement intérieur, l’enjeu est la destitution ou non du bureau permanent dirigé par la présidente de la Chambre basse, Christine Razanamahasoa qui s’accroche à son perchoir. [Voir]

NEWSLETTER

Accédez GRATUITEMENT aux articles et recevez tous les jours Madonline dans votre boite-aux-lettres (offre limitée).

Entrez votre adresse email ici: