Add to My Yahoo! Add to NetvibesAdd to Google
fr en it  
  Mardi 23 septembre 2014  
Aide ¦ rédaction ¦ contact ¦ ¦
Rechercher

ECONOMIE

Air Madagascar, le deuxième Airbus A340-300 livré 30/06/2012 | 22:01:26

Comme prévu, Air Madagascar a accueilli sur le tarmac de l’aéroport international d’Ivato son deuxième Airbus A340-300, fin juin 2012. Officiellement, le choix pour l’avionneur français n’est pas politique, mais commercial, d’une compagnie à une autre. La compagnie aérienne malgache est dirigée par des responsables politiques et administratifs de la HAT, en particulier issus du ministère des Finances. Ce qui n’exclut pas qu’elle ait réalisé une relative bonne affaire.

Qui est le grand patron de la Compagnie Air Madagascar ? C’est Hery Rajaonarimampianina, le ministre des Finances et grand argentier de la HAT qui est accessoirement président du Conseil d’Administration de la compagnie aérienne nationale. L’homme y siège avec quelques-uns de ses fidèles lieutenants qui sont eux aussi de grands responsables dans la gestion des finances de l’Etat.

Il est toujours bizarre de voir le ministre des Finances de parler d’avion et d’aviation. Hery Rajaonarimampianina a rappelé que le deuxième Airbus A340-300 est un appareil d’occasion qui a été acheté à la compagnie Air France. Le contrat de vente-location dure 6 ans. « C’est le modèle disponible sur le marché qui convient techniquement au besoin de Madagascar », se justifie le PCA.

Le Conseil d’Administration d’Air Madagascar continue d’argumenter pour faire oublier le caractère politique de la préférence à l’avionneur français. Le processus de cet achat a commencé en novembre 2011et avait nécessité de longs mois de négociation. Air Madagascar a même lancé son Projet Airbus en nommant un responsable pour mettre en place le contrat qui va être géré durant 6 ans. « Il n’y a en aucun cas une intrusion de l’Etat malagasy ou français, ce sont deux sociétés commerciales qui sont régies par le droit privé », a martelé Barijaona Rakotomahaly, le Responsable du Projet Airbus.  

Air Madagascar a-t-elle réalisé une bonne affaire en achetant les deux appareils de 12 ans et 14 ans dans le cadre d’une vente location de 6 ans. Un appareil Airbus A340-300 neuf peut coûter 150 millions de dollars. Les deux appareils seront loués 369 000 dollars et 403 000 dollars mensuels, ce qui donne moins de 60 millions de dollars pour le plus cher. Les critiques fusaient, car la valeur vénale des appareils en questions a été estimée à environ 30 millions de dollars.

« Je vous assure que la location de ces Airbus est moins chère que celle d’un Boeing 767 que nous utilisons », insiste le PCA d’Air Madagascar. La mensualité avec l’appareil américain qui a déjà 20 ans d’âge est en effet de 480 000 dollars.

On paie moins cher et on sera propriétaire d’appareils deux fois plus jeune, jubile-t-on du côté de la compagnie nationale. L’airbus se montre aussi plus économique en consommation de carburant, soit 250 kg de kérosène/passager contre 260 kg avec un Boeing 767, soit près de 3 tonnes économisées par vol Antananarivo-Paris.

Le second Airbus A340-300 a une capacité de 275 passagers, soit 30 en classe affaire Baobab, 21 en prémium Vanille et 224 en économique Ylang. Immatriculé 5R-EAA, il aura à son bord un équipage malgache pour son premier vol le 6 juillet 2012. L’appareil va assurer les vols vers l’Asie, notamment Bangkok et Guangzhou. Il pourrait aussi assurer des vols domestiques dans le but de promouvoir les destinations touristiques de l’île.

Le but de ce renouvèlement de la flotte d’Air Madagascar est le rétablissement de la notoriété de la compagnie. « Tout va pour le mieux dans le processus d’enlever Air Madagascar de l’annexe B », rapporte le ministre des Transports. « Air Madagascar et l’ACM sont confiantes, si on se réfère au dernier audit, ajoute Benjamina Ramanantsoa. On a même reçu les félicitations de l’OACI sur les progrès réalisés par l’Aviation Civile de Madagascar».

La compagnie nationale enregistre une croissance de 10% des passagers vols vers l’étranger. Le ministre Ramanantsoa note aussi la croissance du marché des transports de marchandises. « Il est important d’avoir une capacité d’absorption de ces frêts », dit-il. Le premier Airbus A340-300 a connu quelques couacs qui étaient considérés comme des pannes de routine. Le transfert des compétences entre Air France et Air Madagascar permet d’être plus serein avec ce deuxième.


 

Envoyer cet article à un ami

 

Commentez cet article (1)

 

Imprimer

(1) Il n'y a encore aucun commentaire pour cet article

LISEZ AUSSI

10/09/2014 | 12:56:08
Les ressources fiscales trop limitées avaient toujours été pointées du doigt par les bailleurs de fonds comme étant l’un des freins au développement de Madagascar. C’est insuffisant en termes de pression fiscale, environ 11 % du PIB, aussi bien qu’en termes d’assiettes fiscales, environ 12 % de la population qui contribuent. La solution à maintes reprises proposée, sinon imposée, est d’élargir l’assiette de contribuables, mais atteindre les 15 % s’est avéré comme une mission impossible. Dans une économie dominée par le secteur informel, un tel projet est effectivement compliqué. [Voir]

10/09/2014 | 12:45:29
Quelques jours après son retour de Chine, le premier ministre Roger Kolo a fini par annoncer la bonne nouvelle, à savoir la venue prochaine d’investisseurs chinois qui sont intéressés par plusieurs secteurs à Madagascar. Le gouvernement a fait un choix politique de se tourner vers des entreprises asiatiques moins regardantes sur l’éthique du business et prêtes à tout pour saisir les opportunités d’investissements. Serge Zafimahova, président du Club développement et Ethique, prévient sur le côté pervers de certains investissements chinois à distinguer des réelles opportunités pour le pays. [Voir]

30/08/2014 | 23:26:06
Les grands projets miniers de charbon et l’exploitation pétrolière de Bemolanga vont donner au pays des ressources énergétiques qui vont apporter le développement économique et l’amélioration des conditions de vie de la population. C’est une vraie solution pour la Jirama qui pourrait fournir la puissance nécessaire et desservir les zones jusqu’ici non électrifiée. [Voir]

30/08/2014 | 23:22:00
Les salariés étaient en train d’étrangler leur entreprise afin de la sauver d’une mort programmée. Une perte sèche de 65 000 par jour, un risque de répression de la part de l’OACI, une plainte probable des compagnies françaises et d’autres victimes de la perturbation des vols… le staff d’Air Madagascar et le ministère des Transports ne les ont pas suivis et, au contraire, ont tout fait pour les arrêter. Insensé, incompréhensible, désespéré, inconscient, les qualificatifs étaient nombreux pour qualifier un mouvement social original. La démarche du syndicat du personnel de la compagnie Air Madagascar cache pourtant une révolte contre ce qu’il croit être une injustice, c’est-à-dire une prétendue manœuvre de la France pour s’accaparer le marché des liaisons aériennes entre Madagascar et l’Europe. [Voir]

30/08/2014 | 23:21:14
La compagnie Air Madagascar a mis fin par voie légale au mouvement des employés qui avaient refusé d’assurer les opérations au sol ou handling pour empêcher tout avion d’une compagnie française d’atterrir à Antananarivo. Les syndicats voulaient faire pression sur la France, responsable selon eux de la classification de la compagnie dans l’Annexe B des autorités européennes de l’aviation civile. Le tribunal a signifié l’interdiction pour les employés grévistes de prendre une quelconque initiative visant à empêcher les arrivées internationales en provenance de l’Europe, de bloquer l’accès aux matériels. Il a confirmé la réquisition d’une trentaine de personnes pour assurer les opérations. [Voir]

30/07/2014 | 09:47:26
30 ans après la mise en route de la Commission de l’Océan Indien, Madagascar cherche encore sa voie. L’intégration économique est toujours en chantier alors que les autres îles comme Maurice et La Réunion sont déjà très avancées, ayant implanté leurs entreprises sur le territoire malgache afin d’y bénéficier d’une main d’œuvre à prix très accessibles. Cette intégration régionale à l’échelle de la COI rencontre de plus en plus de scepticisme, vu que le marché potentiel est aussi restreint que difficile. Madagascar a toutefois tout à gagner à devenir le grenier de la région pour assurer la sécurité alimentaire. [Voir]

29/07/2014 | 09:48:48
Dans le modèle de coopération régionale île vanille, Madagascar, Maurice, La Réunion, Seychelles et Comores continuent à développer une intégration par le tourisme pour promouvoir la destination Océan Indien. Transport aérien, markéting, offres touristiques, formalités administratives… les chantiers ne sont pas encore achevés. [Voir]

01/07/2014 | 00:03:54
Le retour de l’éligibilité de Madagascar à l’AGOA pour bénéficier des avantages préférentiels accordés par les Etats-Unis sur l’exportation de produits textile et habillement a été une bonne nouvelle. Annoncée le 26 juin 2014 par le président Barack Obama, cette décision tant réclamée ces 5 dernières années est-elle toujours aussi importante ? Le marché de l’Africa growth opportunity act prendra en effet fin en septembre 2005. Madagascar n’aura donc que 9 mois pour en bénéficier à moins que le projet ne soit reconduit par le gouvernement américain. Les autorités malgaches comptent mettre en œuvre des mesures pour relancer le secteur textile, de concert avec les industriels [Voir]

25/06/2014 | 00:32:07
La compagnie nationale de l’électricité est à l’aube d’une grande réforme qui devrait changer sa stratégie financière et d’exploitation. La Jirama cristallise à elle seule la crise de l’énergie à Madagascar même si la problématique est plus générale. A défaut de politique énergétique proprement dite, on a essayé dans les années 2000 de mettre en place une gouvernance pour gérer et la compagnie et la production d’électricité. Les changements d’orientation politiques et l’incapacité à surmonter les difficultés et les contraintes ont fait régresser le secteur énergétique. [Voir]

19/06/2014 | 01:19:48
La phase test de commercialisation des huiles lourdes de Tsimiroro marque l’entrée de Madagascar dans une transition énergétique. Cette production locale devra permettre à court terme de faire baisser les coûts d’exploitation de la Jirama en matière d’énergie thermique. L’enjeu pour la compagnie Madagascar Oil est de gagner de la crédibilité en tant que compagnie pétrolière qui maitrise sa chaîne de production. [Voir]

NEWSLETTER

Accédez GRATUITEMENT aux articles et recevez tous les jours Madonline dans votre boite-aux-lettres (offre limitée).

Entrez votre adresse email ici: