Add to My Yahoo! Add to NetvibesAdd to Google
fr en it  
  Vendredi 18 avril 2014  
Aide ¦ rédaction ¦ contact ¦ ¦
Rechercher

ECONOMIE

Air Madagascar, le deuxième Airbus A340-300 livré 30/06/2012 | 22:01:26

Comme prévu, Air Madagascar a accueilli sur le tarmac de l’aéroport international d’Ivato son deuxième Airbus A340-300, fin juin 2012. Officiellement, le choix pour l’avionneur français n’est pas politique, mais commercial, d’une compagnie à une autre. La compagnie aérienne malgache est dirigée par des responsables politiques et administratifs de la HAT, en particulier issus du ministère des Finances. Ce qui n’exclut pas qu’elle ait réalisé une relative bonne affaire.

Qui est le grand patron de la Compagnie Air Madagascar ? C’est Hery Rajaonarimampianina, le ministre des Finances et grand argentier de la HAT qui est accessoirement président du Conseil d’Administration de la compagnie aérienne nationale. L’homme y siège avec quelques-uns de ses fidèles lieutenants qui sont eux aussi de grands responsables dans la gestion des finances de l’Etat.

Il est toujours bizarre de voir le ministre des Finances de parler d’avion et d’aviation. Hery Rajaonarimampianina a rappelé que le deuxième Airbus A340-300 est un appareil d’occasion qui a été acheté à la compagnie Air France. Le contrat de vente-location dure 6 ans. « C’est le modèle disponible sur le marché qui convient techniquement au besoin de Madagascar », se justifie le PCA.

Le Conseil d’Administration d’Air Madagascar continue d’argumenter pour faire oublier le caractère politique de la préférence à l’avionneur français. Le processus de cet achat a commencé en novembre 2011et avait nécessité de longs mois de négociation. Air Madagascar a même lancé son Projet Airbus en nommant un responsable pour mettre en place le contrat qui va être géré durant 6 ans. « Il n’y a en aucun cas une intrusion de l’Etat malagasy ou français, ce sont deux sociétés commerciales qui sont régies par le droit privé », a martelé Barijaona Rakotomahaly, le Responsable du Projet Airbus.  

Air Madagascar a-t-elle réalisé une bonne affaire en achetant les deux appareils de 12 ans et 14 ans dans le cadre d’une vente location de 6 ans. Un appareil Airbus A340-300 neuf peut coûter 150 millions de dollars. Les deux appareils seront loués 369 000 dollars et 403 000 dollars mensuels, ce qui donne moins de 60 millions de dollars pour le plus cher. Les critiques fusaient, car la valeur vénale des appareils en questions a été estimée à environ 30 millions de dollars.

« Je vous assure que la location de ces Airbus est moins chère que celle d’un Boeing 767 que nous utilisons », insiste le PCA d’Air Madagascar. La mensualité avec l’appareil américain qui a déjà 20 ans d’âge est en effet de 480 000 dollars.

On paie moins cher et on sera propriétaire d’appareils deux fois plus jeune, jubile-t-on du côté de la compagnie nationale. L’airbus se montre aussi plus économique en consommation de carburant, soit 250 kg de kérosène/passager contre 260 kg avec un Boeing 767, soit près de 3 tonnes économisées par vol Antananarivo-Paris.

Le second Airbus A340-300 a une capacité de 275 passagers, soit 30 en classe affaire Baobab, 21 en prémium Vanille et 224 en économique Ylang. Immatriculé 5R-EAA, il aura à son bord un équipage malgache pour son premier vol le 6 juillet 2012. L’appareil va assurer les vols vers l’Asie, notamment Bangkok et Guangzhou. Il pourrait aussi assurer des vols domestiques dans le but de promouvoir les destinations touristiques de l’île.

Le but de ce renouvèlement de la flotte d’Air Madagascar est le rétablissement de la notoriété de la compagnie. « Tout va pour le mieux dans le processus d’enlever Air Madagascar de l’annexe B », rapporte le ministre des Transports. « Air Madagascar et l’ACM sont confiantes, si on se réfère au dernier audit, ajoute Benjamina Ramanantsoa. On a même reçu les félicitations de l’OACI sur les progrès réalisés par l’Aviation Civile de Madagascar».

La compagnie nationale enregistre une croissance de 10% des passagers vols vers l’étranger. Le ministre Ramanantsoa note aussi la croissance du marché des transports de marchandises. « Il est important d’avoir une capacité d’absorption de ces frêts », dit-il. Le premier Airbus A340-300 a connu quelques couacs qui étaient considérés comme des pannes de routine. Le transfert des compétences entre Air France et Air Madagascar permet d’être plus serein avec ce deuxième.


 

Envoyer cet article à un ami

 

Commentez cet article (1)

 

Imprimer

(1) Il n'y a encore aucun commentaire pour cet article

LISEZ AUSSI

04/04/2014 | 16:05:10
La Grande Ile a eu l’honneur d’être invitée au Salon des nouvelles randonnées qui a eu lien à Paris du 24 au 28 mars 2014. L’Office national du tourisme de Madagascar a pu mesurer l’impact d’une image négative générée par l’instabilité politique dans le pays. Malgré une évolution notable de la situation après les élections, les idées reçues restent et sont préjudiciables à la destination. Le produit randonnée a été proposé aux visiteurs du salon qui ont dû être rassurés sur les questions politiques et la sécurité. [Voir]

01/04/2014 | 12:06:01
La FAO affirme que le recours à des aéronefs dans la lutte antiacridienne à Madagascar s’avère de plus en plus incontournable. Pour le moment, une grande partie de l’Ouest de Madagascar est toujours infestée par les criquets migrateurs. [Voir]

21/03/2014 | 10:08:33
La méthode de l’administration fiscale n’est pas du goût des contribuables malgaches. Au cours des derniers temps, des contrôles fiscaux ont été entamés à différents niveaux. Il arrive que les agents de l’administration fiscale soient accompagnés de gendarmes armés, et cela n’est pas du goût de tout le monde. [Voir]

15/03/2014 | 20:05:51
L’Institut national des statistiques lance une enquête entre avril et août 2014 pour connaitre la vie des ménages malgaches sous plusieurs angles pouvant intéresser les bailleurs de fonds internationaux et les dirigeants du pays. A part les thèmes, c’est la méthode qui est nouvelle dans le pays. Les entretiens se feront par un téléphone portable fourni à la famille. [Voir]

11/03/2014 | 08:27:12
Selon l’Observatoire du riz, Madagascar a importé en 2013, un peu plus de 400.000 tonnes de riz blanc pour approvisionner le marché local. C’est un record, car auparavant le pays a importé environ 200.000 tonnes de riz par an. [Voir]

27/02/2014 | 15:01:40
Les vins du terroir peinent encore à être adoptés par les Malgaches eux-mêmes, la faute sans doute à la grande popularité de la bière historique du pays et des cuvées de rhum aux prix accessibles. Concurrencés sur le marché par les vins importés de l’Afrique du Sud, les cuvées de Lazan’i Betsileo, Clos Malaza, Soavita ou de Maromby méritent d’entrer dans les habitudes de consommation des Malgaches pour ne plus se contenter des dégustations des touristes qui en achètent quelques bouteilles pour les ramener chez eux. [Voir]

26/02/2014 | 08:55:32
L'estimation du taux de pauvreté à Madagascar n'est pas la même chez l'Insititut national de la statistique et les bailleurs de fonds. Selon l'INSTAT, 76,5% des Malgaches vivent en dessous du seuil de pauvreté actuellement, alors que la Banque Mondiale estime à environ 92% le taux de pauvreté dans le pays, notamment en raison des récentes années de crise politiqte et de crise socioéconomique. [Voir]

16/11/2013 | 12:40:28
Depuis quelques mois, le projet de rachat de la BNI Crédit Agricole par un consortium mauricien a suscité beaucoup de réaction à Madagascar. En effet, le Crédit Agricole, majoritaire au sein de la BNI depuis sa privatisation à la fin des années 90, souhaite actuellement céder sa part de 51%. C'est le consortium Ciel Investment à travers la banque mauricienne Bank One qui était sur le point d'acquérir cette part. Mais, au final, interpellé sur la question, le Premier ministre semble opposé à cette cession. [Voir]

29/09/2013 | 23:52:58
Le décès du gouverneur par intérim de la Banque centrale de Madagascar et la candidature surprise de l’ancien ministre des Finances et du Budget à l’élection présidentielle ont laissé un grand vide à la tête des finances de l’Etat. Certes, les deux personnalités ont été remplacées, mais au final par deux intérimaires qui naviguent à vue. Le système financier du pays n’échappe pas pour autant au contrôle d’un régime non reconnu par les instances internationales. [Voir]

31/08/2013 | 16:27:27
Alors que le ministre des Finances Hery Rajaonarimampianina était supposé être le grand technicien de la transition, il a surpris la sphère politique en devenant officiellement le remplaçant de deux candidats Roger Kolo et Roland Jules Etienne, officieusement le candidat du chef de la Transition, Andry Rajoelina. Pure coïncidence ou non, les informations économiques qui font l’actualité font état d’une probable faillite de l’Etat, de l’avancée de la pauvreté et d’une explosion sociale contenue artificiellement. [Voir]

NEWSLETTER

Accédez GRATUITEMENT aux articles et recevez tous les jours Madonline dans votre boite-aux-lettres (offre limitée).

Entrez votre adresse email ici: