Add to My Yahoo! Add to NetvibesAdd to Google
fr en it  
  Samedi 20 décembre 2014  
Aide ¦ rédaction ¦ contact ¦ ¦
Rechercher

POLITIQUE

SADC – Sommet de Maputo : pas de solution ni de décision pour Madagascar 20/08/2012 | 11:55:52

Le communiqué de la SADC a été aussi limité qu’évasif sur le dossier Madagascar à l’issue du sommet de la Troïka à Maputo le 17 aout 2012. La situation a cependant évolué si l’on en croit les comptes-rendus par le président de la transition, Andry Rajoelina. La solution sera les élections, mais il faudra résoudre beaucoup de problèmes, à commencer par le retour au pays et la candidature du président en exil, Marc Ravalomanana.

Aucune solution n’a été trouvée ni une décision prise à Maputo pour que les malgaches puissent espérer une sortie de crise. Les mesures à prendre dépeindront encore de la consultation des parties prenantes malgaches. Les médiateurs sont appelés à « intensifier le dialogue avec les principaux partis politiques ». 

L’objectif pour la Sadc est que ces consultations permettent de « prendre les mesures nécessaires pour mettre en oeuvre entièrement et urgemment la feuille de route et créer un environnement favorable pour des élections libres et démocratiques ». Qui aura le pouvoir ou l’autorité de prendre de telles mesures salvatrices ? La Sadc ne semble pas encline à arbitrer le litige malgré les échecs répétés de la médiation dans la recherche d’un accord politique.

Andry Rajoelina s’est montré très satisfait du Sommet de la SADC auquel il a été invité. Ses alliés ont interprété l’invitation de la Troïka comme une preuve de reconnaissance. « La Sadc respecte la souveraineté et les institutions de Madagascar », a déclaré le président de la HAT. Il rappelle que le sommet de Maputo a validé le calendrier électoral proposé par la CENIT et s’en tient à l’application de la feuille de route.

Rajoelina ne veut pas affronter Ravalomanana aux élections

Les facteurs de blocage dans la résolution de la crise malgache ont été cernés. Il s’agit du retour au pays du président en exil Marc Ravalomanana et la possibilité de ce dernier de se présenter aux élections présidentielles contre Andry Rajoelina. Après le coup d’Etat de 2009, le chef de la HAT a modifié la Constitution en sa faveur pour lui permettre de se porter candidat. Le référendum a été brouillon et unilatéral, n’ayant pas été reconnu comme démocratique.

Andry Rajoelina a reconnu que lors du Sommet de la Sadc, il y a eu une proposition selon laquelle ni lui ni Marc Ravalomanana ne devraient se présenter aux présidentielles de mai 2013. « La décision revient au premier concerné, cela dépend de moi », telle est sa position. Comme d’habitude, le chef de la HAT se contredit aussitôt. « Si Marc Ravalomanana accepte de ne pas perturber le pays et de ne revenir qu’après les élections, je pourrais ne pas me porter candidat ».

« Une telle proposition n’est plus valable puisque Marc Ravalomanana n’a pas accepté, car il veut rentrer au pays et se présenter aux élections ». En clair, Andry Rajoelina devrait donc se porter candidat si celui qui l’a renversé par le coup d’Etat militaro-civil de 2009 arrive à ses fins pour obtenir le verdict des urnes.

La HAT et les chefs de « l’armée de la mouvance Rajoelina » sont pourtant sur la pression. Ils devraient se pencher sur la question du retour du président renversé en 2009. « Afin d’éviter l’effusion de sang, il faut une collaboration entre la troïka, les forces de l’ordre et les autorités pour voir les conditions et le moment d’un tel retour », affirme Andry Rajoelina. La violation de l’article 20 de la feuille de route serait donc officialisée. « Il y aura une évaluation de 30 à 60 jours avant de prendre la décision ». Andry Rajoelina veut jouer la montre pour avoir un argument plus crédible dans la disqualification de Marc Ravalomanana. La loi électorale votée unilatéralement contient un article spécialement à cet effet.


 

 

Commentez cet article (1)

 

Imprimer

(1) Il n'y a encore aucun commentaire pour cet article

LISEZ AUSSI

22/10/2014 | 11:54:30
La 2ème session ordinaire de l’Assemblée nationale risque d’être mouvementée. Le gouvernement Kolo doit composer avec une majorité devenue instable et le retour à la charge du Mapar qui va proposer une nouvelle fois un premier ministre et inviter le président de la République à se conformer à la Constitution. Le vote de la loi de finances sera un moyen de faire pression sur le régime. Ce dernier doit encore faire passer l’invraisemblable projet de loi sur la décentralisation avec la division de la capitale en six mairies et une éventuelle création de centaines de nouvelles communes promises au parti au pouvoir. [Voir]

21/10/2014 | 17:15:26
Avec le basculement de la mouvance Ravalomanana dans l’opposition et un mini-séisme au sein de la Plateforme pour la majorité présidentielle, il y a une nouvelle distribution des cartes. Si le régime essaie de retarder un remaniement, voire un changement de gouvernement, à cause d’un redémarrage difficile des secteurs économiques et sociaux, la HVM doit repenser sa stratégie. Le parti sans élus de Hery Rrajaonarimampianina peut-il gouverner seul. En tout cas, les éternels placés et opportunistes de la classe politique lui tendent déjà les bras au nom de la défense du choix du peuple. [Voir]

21/10/2014 | 17:13:46
Les premières véritables tensions suite au retour au pays de l’ancien président de la République ont fait leur apparition lors de la manifestation réprimée sans ménagement par les forces de l’ordre. Les éléments de l’Emmo-Reg sommé de faire des arrestations devaient trouver un leader pour porter le chapeau, c’est chose faite. Les politiciens et députés proches de Marc Ravalomanana ne se sont pas présentés à cause de l’autorisation refusée par la préfecture de Police. [Voir]

16/10/2014 | 08:23:58
Depuis quelques jours, le retour au pays de l’ancien président focalise l’attention des médias nationaux et des organisations internationales. La Communauté internationale, en général, à travers l’Union Africaine, l’Union Européenne, le Quai d’Orsay et les Etats-Unis, avait condamné les propos tenus par l’ancien président lors de sa première conférence de presse tenue à son domicile, mais personne ne pouvait lui en vouloir d’être retourné en terre natale. [Voir]

07/10/2014 | 08:18:07
L’ancien président malgache, en exil en Afrique du Sud, depuis le coup d’Etat de 2009, revient à la charge. Il a annoncé officiellement son basculement dans l’opposition après avoir soutenu le régime Hery Rajaonarimampianina durant quelques mois. [Voir]

23/09/2014 | 13:16:58
Une réunion de la troïka de la SADC, à Pretoria, a évoqué la nécessité de la mise en œuvre intégrale de la Feuille de route. Car le récent sommet des chefs d’Etat de cette organisation régionale, qui s’est tenu à Victoria Falls, au Zimbawe, les 17 et 18 août, a déjà évoqué la question. [Voir]

21/09/2014 | 19:47:13
« Imprévoyance », « amateurisme », l’observatoire de la vie publique Sefafi n’est pas tendre avec les dirigeants qui selon lui mènent le pays vers une crise institutionnelle majeure. Une loi sur la décentralisation bâclée qui créera plus de problèmes que de ne proposera des solutions, des élections communales reportées sous prétexte de prendre du temps pour faire passer la division de la Capitale en six communes, des collectivités territoriales non mises en places... les observateurs en arrivent à se poser la grande question : finira-t-on par demander la déchéance du président de la République ? La nouvelle Constitution prévoit en effet cette sanction ultime en cas de certaines formes de violation, la non-mise en place de la Haute Cour de Justice en fait partie. La Haute Cour Constitutionnelle viendra au secours du président et devrait valider une HCJ boiteuse, tout comme elle. [Voir]

15/09/2014 | 08:55:15
Il est pratiquement impossible de tenir les élections communales pour cette année 2014. La Commission nationale électorale a enfin admis cette réalité qui risque de décevoir la Communauté Internationale qui a établi le calendrier électoral malgache l’an passé. [Voir]

05/09/2014 | 08:59:43
Les maîtres FRAM estiment que leur revendication est tout à fait légitime, car elle est fondée sur une promesse du président de la République. Hery Rajaonarimampianina a effectivement pris quelques engagements solennels le jour de son investiture, le 25 janvier 2014, reprenant les grands thèmes abordés durant sa campagne électorale. Il a juré devant le peuple qu’il va réaliser ses promesses et ne voudrait pas faire de la démagogie, « car c’est la foi en la parole du président qui est la base du renouveau du pays ». Les promesses non tenues ont ébranlé la foi d’une partie des malgaches en leur président. [Voir]

29/07/2014 | 09:43:03
C’est une opération de communication pour sauver la face. L’affaire des deux journalistes incarcérés a été officiellement dénouée par le président de la République. Ce dernier a déclaré avoir demandé à son ministre d’Etat de retirer la plainte alors que Jean Luc Rahaga et Didier Ramanoelina attendaient en prison le verdict de leur procès pour diffamation par voie de presse. Sans enlever le mérite à Hery Rajaonarimampianina qui a pris position contre l’emprisonnement des journalistes, le régime a plié face à la montée de la mobilisation générale et une récupération politique d’une affaire qui a terni son image. [Voir]

NEWSLETTER

Accédez GRATUITEMENT aux articles et recevez tous les jours Madonline dans votre boite-aux-lettres (offre limitée).

Entrez votre adresse email ici: