Add to My Yahoo! Add to NetvibesAdd to Google
fr en it  
  Mercredi 16 avril 2014  
Aide ¦ rédaction ¦ contact ¦ ¦
Rechercher

POLITIQUE

SADC – Sommet de Maputo : pas de solution ni de décision pour Madagascar 20/08/2012 | 11:55:52

Le communiqué de la SADC a été aussi limité qu’évasif sur le dossier Madagascar à l’issue du sommet de la Troïka à Maputo le 17 aout 2012. La situation a cependant évolué si l’on en croit les comptes-rendus par le président de la transition, Andry Rajoelina. La solution sera les élections, mais il faudra résoudre beaucoup de problèmes, à commencer par le retour au pays et la candidature du président en exil, Marc Ravalomanana.

Aucune solution n’a été trouvée ni une décision prise à Maputo pour que les malgaches puissent espérer une sortie de crise. Les mesures à prendre dépeindront encore de la consultation des parties prenantes malgaches. Les médiateurs sont appelés à « intensifier le dialogue avec les principaux partis politiques ». 

L’objectif pour la Sadc est que ces consultations permettent de « prendre les mesures nécessaires pour mettre en oeuvre entièrement et urgemment la feuille de route et créer un environnement favorable pour des élections libres et démocratiques ». Qui aura le pouvoir ou l’autorité de prendre de telles mesures salvatrices ? La Sadc ne semble pas encline à arbitrer le litige malgré les échecs répétés de la médiation dans la recherche d’un accord politique.

Andry Rajoelina s’est montré très satisfait du Sommet de la SADC auquel il a été invité. Ses alliés ont interprété l’invitation de la Troïka comme une preuve de reconnaissance. « La Sadc respecte la souveraineté et les institutions de Madagascar », a déclaré le président de la HAT. Il rappelle que le sommet de Maputo a validé le calendrier électoral proposé par la CENIT et s’en tient à l’application de la feuille de route.

Rajoelina ne veut pas affronter Ravalomanana aux élections

Les facteurs de blocage dans la résolution de la crise malgache ont été cernés. Il s’agit du retour au pays du président en exil Marc Ravalomanana et la possibilité de ce dernier de se présenter aux élections présidentielles contre Andry Rajoelina. Après le coup d’Etat de 2009, le chef de la HAT a modifié la Constitution en sa faveur pour lui permettre de se porter candidat. Le référendum a été brouillon et unilatéral, n’ayant pas été reconnu comme démocratique.

Andry Rajoelina a reconnu que lors du Sommet de la Sadc, il y a eu une proposition selon laquelle ni lui ni Marc Ravalomanana ne devraient se présenter aux présidentielles de mai 2013. « La décision revient au premier concerné, cela dépend de moi », telle est sa position. Comme d’habitude, le chef de la HAT se contredit aussitôt. « Si Marc Ravalomanana accepte de ne pas perturber le pays et de ne revenir qu’après les élections, je pourrais ne pas me porter candidat ».

« Une telle proposition n’est plus valable puisque Marc Ravalomanana n’a pas accepté, car il veut rentrer au pays et se présenter aux élections ». En clair, Andry Rajoelina devrait donc se porter candidat si celui qui l’a renversé par le coup d’Etat militaro-civil de 2009 arrive à ses fins pour obtenir le verdict des urnes.

La HAT et les chefs de « l’armée de la mouvance Rajoelina » sont pourtant sur la pression. Ils devraient se pencher sur la question du retour du président renversé en 2009. « Afin d’éviter l’effusion de sang, il faut une collaboration entre la troïka, les forces de l’ordre et les autorités pour voir les conditions et le moment d’un tel retour », affirme Andry Rajoelina. La violation de l’article 20 de la feuille de route serait donc officialisée. « Il y aura une évaluation de 30 à 60 jours avant de prendre la décision ». Andry Rajoelina veut jouer la montre pour avoir un argument plus crédible dans la disqualification de Marc Ravalomanana. La loi électorale votée unilatéralement contient un article spécialement à cet effet.


 

Envoyer cet article à un ami

 

Commentez cet article (1)

 

Imprimer

(1) Il n'y a encore aucun commentaire pour cet article

LISEZ AUSSI

11/04/2014 | 17:39:59
Il aura fallu deux mois et demi au président de la République pour nommer l’un des deux ex-candidats qui l’avaient proposé comme remplaçant à l’élection présidentielle. Kolo Roger, le doyen l’emporte donc sur Jules Etienne. Et pourtant, le chef de l’Etat affirme que ce choix a été proposé par le parti ou le groupe de parti majoritaire à l’Assemblée nationale, dans le respect total de l’article 54 de la Constitution, sans jamais citer le MAPAR. Lors de la cérémonie de présentation du premier ministre, plutôt du nom de ce dernier, Hery Rajaonarimampianina a curieusement évité de le prononcer. [Voir]

28/03/2014 | 10:04:26
C’est avec amertume et sentiment de révolte que Christine Razanamahasoa a réagi à la remise en cause par la Haute Cour Constitutionnelle de l’élection du bureau permanent de la présidente de l’Assemblée nationale. Pour celle qui a été propulsée par les députés du MAPAR et du GPS à la tête de la chambre basse, la chute a été prévisible, mais douloureuse. Elle accuse la dérive dictatoriale de l’exécutif et du judiciaire. Ironie de l’histoire. [Voir]

25/03/2014 | 08:33:54
Une vingtaine de prisonniers sont encore derrière les barreaux actuellement suite à des événements survenus notamment en 2009 et en 2010 au moment fort de la crise politique. Il s’agit essentiellement d’officiers et de sous-officiers impliqués dans les affaires de la Base aéronavale d’Ivato (BANI) et du camp de la Force d’Intervention de la Gendarmerie nationale (FIGN), ainsi que des militaires condamnés dans la mystérieuse affaire de tuerie du 7 février 2009. [Voir]

19/03/2014 | 21:08:48
La formation d’un gouvernement démocratique garantissant la stabilité politique est la principale condition rappelée par la communauté internationale au président malgache élu en déplacement à New York et Washington. Face à des promesses d’aides et de reprise des financements, il lui faudra faire un geste politique fort. Apparemment, ce sera un gouvernement d’union qui réconcilie les Malgaches au grand dam de ses anciens alliés qui veulent régner sans partage. [Voir]

15/03/2014 | 20:36:36
Le président Hery Rajaonarimampianina met à l’épreuve la patience de ceux qui ne s’allient pas à la majorité qu’il veut instaurer pour gouverner le pays. La nomination du premier ministre n’est pas encore à l’ordre du jour faute de compromis. Le débat sur les dispositions constitutionnelles est loin d’être terminé. L’enjeu est de déposséder le Mapar du pouvoir qu’il s’est attribué pour maitriser l’Assemblée nationale et imposer un homme de la mouvance Rajoelina au poste de chef du gouvernement. [Voir]

14/03/2014 | 16:35:58
Jean Omer Beriziky a été le plus chanceux des chefs d’institution de la défunte Transition. Le blocage politique actuel dans la Grande Ile a été bénéfique pour lui. Tant que la nomination du nouveau Chef du gouvernement tarde à se concrétiser, l’actuel Premier ministre restera au palais de Mahazoarivo. [Voir]

05/03/2014 | 07:49:30
Ce n’est pas la première fois que les Américains dénoncent des cas de violation des droits de l’homme dans la grande Ile. Mais le dernier rapport établi par le département d’Etat a été encore plus virulent. Notamment à l’endroit des forces de l’ordre qui sont montrées du doigt pour des abus divers, et, surtout, pour les exécutions arbitraires. [Voir]

28/02/2014 | 16:32:47
On s’interrogeait sur son mutisme, le président de la République se fait malmener par ses anciens amis devenus par le concours de circonstances ses opposants. Hery Rajaonarimampianina a réagi non sans autorité pour limoger les hommes clés de la transition dont les fonctions avaient un impact sur le plan politique. Fort de soutiens de plus en plus nombreux, il a recadré le Mapar en refusant la nomination de Haja Resampa au poste de premier ministre, mais promet de ne pas aller au-delà de la loi. En même temps, son candidat Jules Etienne essaie de rassembler une majorité à l’Assemblée nationale. [Voir]

27/02/2014 | 10:59:03
Hery Rajaonarimampianina aura finalement le choix sur le futur premier ministre. Malgré l’insistance du Mapar à imposer son seul et unique candidat, le président de la République a considéré la candidature de Jules Etienne proposée par la Plate-forme pour la majorité présidentielle (PMP) actuellement en souffrance à l’Assemblée nationale. Il a été conforté par les avis de la HCC sur la nomination et la fonction du chef de gouvernement, encouragé certainement par les conclusions d’éminents juristes tel que Honoré Rakotomanana qui le délivrent de l’emprise de la mouvance Rajoelina. [Voir]

26/02/2014 | 00:15:17
Le président de la République a gagné une bataille en dissuadant l’ancien président de la Transition de ne pas briguer le poste de premier ministre. Ce dernier envoie son clone, son homme de confiance qui pourrait être sa marionnette politique. Pour contrer la proposition unique du nom de Haja Resampa, la Plate-forme pour la Majorité présidentielle a aussi proposé un nom tenu secret, mais qui pourrait être Jules Etienne. La HCC refuse d’arbitrer et ne donne que des avis qui n’ont pas de force exécutoire. [Voir]

NEWSLETTER

Accédez GRATUITEMENT aux articles et recevez tous les jours Madonline dans votre boite-aux-lettres (offre limitée).

Entrez votre adresse email ici: