Add to My Yahoo! Add to NetvibesAdd to Google
fr en it  
  Vendredi 19 décembre 2014  
Aide ¦ rédaction ¦ contact ¦ ¦
Rechercher

SOCIéTé

Richard Ravalomanana, général de la division et la complainte des chefs 27/12/2012 | 08:26:37

Le chef de la Transition a joué au père Noël et a encore gâté ses amis de l’armée et de la gendarmerie. 13 nominations aux grades de général de division et 18 aux grades de général de brigade, les étoiles pleuvaient sur le sapin. C’est la deuxième fois depuis la transition que l’homme fort du régime, l’incontournable Richard Ravalomanana, a été gâté par le père Noël. Son cas illustre le caractère politique de certaines nominations.

Passé en deux ans du grade de colonel à général de brigade, Richard Rravalomanana est logiquement récompensé pour toutes ses actions et faits d’armes visant à rétablir l’ordre et la sécurité et à mâter toute forme d’opposition au régime de transition. Il n’a certes pas pris part au coup d’Etat militaro-civil de 2009 mais a largement contribué à maintenir Andry Rajoelina au pouvoir par son savant usage légal de la force.

Son irrésistible ascension après avoir été nommé général avant tous ses collègues de la 13ème promotion de l’Académie militaire a eu raison du général Bruno Razafindrakoro, l’un des officiers à s’être rallié à Andry Rajoelina en 2009, au poste de Commandant de la gendarmerie. Si l’armée est divisée puisque toutes les mouvances politiques y ont leurs éléments fidèles, la gendarmerie a été acquise à la HAT.

Quoi qu’il en soit, le désormais général de division Richard Ravalomanana a rempli tous les critères pour monter en grade, soit deux années, au minimum, de port de grade et aux postes de haute responsabilité. Il est devancé de quelques mois par l’ancien ministre de l’Environnement, le général Herilanto Raveloharison. La nouveauté avec cette transition a été de voir des généraux à la tête d’un corps de l’armée, une mission confiée généralement à un colonel. 
Pour avoir des alliés surs, Andry Rajoelina n’a remplacé aucun chef de corps durant la transition, à moins d’un cas de force majeure comme un décès. Ils sont 18 colonels à accéder au grade de général de brigade. Ils ont rempli les conditions de six années, au minimum, de port de grade ; ayant occupé des postes de haute responsabilité et étant âgé de moins de 56 ans. 

Ne les critiquez pas, soutenez-les sans condition

Dans leur communication au conseil des ministres, les hauts responsables des forces armées évoquent des mesures correctives des interventions sur le terrain et demandent le soutien et la confiance de la population et du gouvernement. Ils réclament un soutien moral et souhaitent que les critiques cessent.

Les 3 commandements de l’armée, de la gendarmerie et de la police reconnaissent que leur fonctionnement a été très perturbé à la suite de multiples sollicitudes qui ne sont pas pourtant étrangères à leur mission officielle, c’est-à-dire maintenir et rétablir l’ordre public, sécuriser la population... « Des dizaines d’éléments ont trouvé la mort en accomplissant leur mission de protection de bien et des personnes pendant les opérations de secours et d’intervention au profit des victimes notamment des vols de zébus ».

Les trois entités se plaignent des voix discordantes et des critiques « qui s’élèvent pour qualifier cette opération (Tandroka) de secours aux victimes, de génocides ou de massacre aveugle de masse. Les éléments opérationnels sont taxés d’exactions barbares de toutes sortes ». Un dénigrement qui serait « renforcé par les entités nationales ou internationales se prévalant de s’occuper des droits humains ».

« Rien n’est parfait... mais il ne faut pas jeter l’anathème aux seuls éléments sur le terrain qui y sont sur ordre du gouvernement », se lamentent les commandements. « La polémique et le dénigrement intempestif ne sont pas pour faciliter le maintien de la discipline et du moral de nos Forces Armées et Forces de l’Ordre qui sont le dernier rempart de notre République. Elles méritent le soutien de la Nation sur tous les plans ». Si on ne peut plus critiquer l’armée et les forces de l’ordre au même titre que son présumé chef suprême, les bavures et les excès vont continuer tranquillement.


 

 

Commentez cet article (1)

 

Imprimer

(1) Il n'y a encore aucun commentaire pour cet article

LISEZ AUSSI

21/10/2014 | 17:18:39
Après la fermeture de la Pêcherie de Nosy-Be, le secteur de la pêche se déprofessionnalise. C’est un paradoxe puisqu’ils sont nombreux à en faire leur métier après que les autres secteurs d’activité comme le tourisme et l’industrie sucrière ont eux aussi lâché de nombreux emplois. L’île aux parfums est consommateur de produits halieutiques et non pas un producteur, elle s’approvisionne dans les zones d’Ambanja et d’Ambilobe. Les pêcheurs font pourtant partie du paysage. [Voir]

18/09/2014 | 09:49:20
Depuis quelques semaines, des enseignants non fonctionnaires au niveau des écoles publiques sont en grève. Ils revendiquent leur intégration au sein de la Fonction Publique. Une rencontre entre les grévistes, les membres du bureau permanent de l’Assemblée Nationale et le ministre de l’Education Nationale s’est tenue, le 17 septembre, mais les enseignants ont décidé de maintenir leur revendication. [Voir]

16/09/2014 | 12:23:44
Les patrons de presse ont uni leur voix pour dénoncer le manque de transparence et certaines décisions douteuses de l’Etat dans le secteur audiovisuel. Les nouvelles stations de télévision et de radio de la commune urbaine d’Antananarivo, le flou sur le gel et l’octroi de licence, le traitement inégalitaire face au fisc et un refus collectif du passage forcé vers TNT ont été les sujets phares de la déclaration commune. Même si son nom n’a jamais été cité, c’est l’autorité du ministre de la Communication sur la question qui est remise en cause. [Voir]

30/08/2014 | 23:24:12
Annonceurs de mauvais présage, atteinte à la sureté de l’Etat, regroupement sans autorisation, pied de nez aux pouvoirs en place, danger pour la récolte de riz, une première depuis longtemps… chacun y allait de son commentaire avec parfois de l’humour pour qualifier « l’attaque » de la capitale par un essaim de criquets. La FAO et le ministère de l’Agriculture ont assuré que cette invasion à Antananarivo ne remet pas en cause le succès de la campagne antiacridienne et qu’il reste moins de 1% des surfaces infestés à traiter. [Voir]

30/08/2014 | 23:22:55
Sur fond de tension sociale, la revendication des enseignants des écoles primaires publiques dont les salaires sont financés par les parents d’élèves ne sera pas résolue, car c’est impossible selon le ministre de l’Education nationale. Que faire des 65 000 enseignants en colère et frustrés de leur salaire de misère et du ras-le-bol des parents nécessiteux qui ne veulent plus payer à la place de l’Etat. Apparemment, rien. Sauf de dire qu’il y a un dessous politique, comme d’habitude. [Voir]

06/08/2014 | 12:44:22
Un projet d’assainissement a été mené avec la méthode de Haute Intensité de main d’œuvre (HIMO) dans les quartiers situés en basse altitude d’Antananarivo. Au bout de 20 jours de travaux de nettoyage, menés par une centaine de personnes, les autorités ont affiché une certaine satisfaction, mais la population voit la situation d’une autre manière. [Voir]

30/07/2014 | 21:44:53
Internet est définitivement la hantise du pouvoir en place à Madagascar. Accusé à tort ou à raison d’être le responsable de la mauvaise image du régime de transition de fait et de la non-reconnaissance internationale de ce dernier, les sites d’information, les blogs, les forums de discussion et les réseaux sociaux sont désormais intimés de mesurer leur propos. Face à ce qui apparente à une volonté de réduire la liberté d’expression sur internet, la ministre de la Justice du gouvernement Kolo se défend d’avoir été à l’origine d’une loi sur la cybercriminalité particulièrement sévère. [Voir]

29/07/2014 | 09:45:34
Hery Rajaonarimampianina est-il un prédateur de la liberté de la presse ? Le chef de l’Etat a habilement tourné à son avantage l’embarras dans lequel son ami ministre d’Etat et chef de parti Rivo Rakotovao l’a mis. Aux yeux de l’opinion, ce n’est pas le procureur de la République ni les juges qui jettent les journalistes en prison mais les politiciens au pouvoir. [Voir]

29/07/2014 | 09:43:50
Le piratage – selon la version officielle - du site web du ministère des Affaires Etrangères qui annonçait le retour au pays de l’ancien président en exil Marc Ravalomanana n’a pas suffi pour mettre en exergue le fait que Madagascar a désormais une loi sur la lutte contre la cybercriminalité. Les textes prévoient des sanctions très dures avec des peines allant jusqu’à 10 ans d’emprisonnement et 100 millions d’ariary d’amende. Se connecter avec un mot de passe qui n’est pas le sien, utiliser facebook, réagir sur des forums de discussion, ce sont des choses ordinaires qui peuvent couter très cher aux malgaches. [Voir]

12/06/2014 | 10:08:09
Le ministère de l'éducation nationale cherche actuellement les moyens de faire retourner sur les bancs des écoles environ un million d'enfants déscolarisés durant les dernières années de crise dans la Grande Ile. [Voir]

NEWSLETTER

Accédez GRATUITEMENT aux articles et recevez tous les jours Madonline dans votre boite-aux-lettres (offre limitée).

Entrez votre adresse email ici: