Add to My Yahoo! Add to NetvibesAdd to Google
fr en it  
  Mercredi 16 avril 2014  
Aide ¦ rédaction ¦ contact ¦ ¦
Rechercher

SOCIéTé

Richard Ravalomanana, général de la division et la complainte des chefs 27/12/2012 | 08:26:37

Le chef de la Transition a joué au père Noël et a encore gâté ses amis de l’armée et de la gendarmerie. 13 nominations aux grades de général de division et 18 aux grades de général de brigade, les étoiles pleuvaient sur le sapin. C’est la deuxième fois depuis la transition que l’homme fort du régime, l’incontournable Richard Ravalomanana, a été gâté par le père Noël. Son cas illustre le caractère politique de certaines nominations.

Passé en deux ans du grade de colonel à général de brigade, Richard Rravalomanana est logiquement récompensé pour toutes ses actions et faits d’armes visant à rétablir l’ordre et la sécurité et à mâter toute forme d’opposition au régime de transition. Il n’a certes pas pris part au coup d’Etat militaro-civil de 2009 mais a largement contribué à maintenir Andry Rajoelina au pouvoir par son savant usage légal de la force.

Son irrésistible ascension après avoir été nommé général avant tous ses collègues de la 13ème promotion de l’Académie militaire a eu raison du général Bruno Razafindrakoro, l’un des officiers à s’être rallié à Andry Rajoelina en 2009, au poste de Commandant de la gendarmerie. Si l’armée est divisée puisque toutes les mouvances politiques y ont leurs éléments fidèles, la gendarmerie a été acquise à la HAT.

Quoi qu’il en soit, le désormais général de division Richard Ravalomanana a rempli tous les critères pour monter en grade, soit deux années, au minimum, de port de grade et aux postes de haute responsabilité. Il est devancé de quelques mois par l’ancien ministre de l’Environnement, le général Herilanto Raveloharison. La nouveauté avec cette transition a été de voir des généraux à la tête d’un corps de l’armée, une mission confiée généralement à un colonel. 
Pour avoir des alliés surs, Andry Rajoelina n’a remplacé aucun chef de corps durant la transition, à moins d’un cas de force majeure comme un décès. Ils sont 18 colonels à accéder au grade de général de brigade. Ils ont rempli les conditions de six années, au minimum, de port de grade ; ayant occupé des postes de haute responsabilité et étant âgé de moins de 56 ans. 

Ne les critiquez pas, soutenez-les sans condition

Dans leur communication au conseil des ministres, les hauts responsables des forces armées évoquent des mesures correctives des interventions sur le terrain et demandent le soutien et la confiance de la population et du gouvernement. Ils réclament un soutien moral et souhaitent que les critiques cessent.

Les 3 commandements de l’armée, de la gendarmerie et de la police reconnaissent que leur fonctionnement a été très perturbé à la suite de multiples sollicitudes qui ne sont pas pourtant étrangères à leur mission officielle, c’est-à-dire maintenir et rétablir l’ordre public, sécuriser la population... « Des dizaines d’éléments ont trouvé la mort en accomplissant leur mission de protection de bien et des personnes pendant les opérations de secours et d’intervention au profit des victimes notamment des vols de zébus ».

Les trois entités se plaignent des voix discordantes et des critiques « qui s’élèvent pour qualifier cette opération (Tandroka) de secours aux victimes, de génocides ou de massacre aveugle de masse. Les éléments opérationnels sont taxés d’exactions barbares de toutes sortes ». Un dénigrement qui serait « renforcé par les entités nationales ou internationales se prévalant de s’occuper des droits humains ».

« Rien n’est parfait... mais il ne faut pas jeter l’anathème aux seuls éléments sur le terrain qui y sont sur ordre du gouvernement », se lamentent les commandements. « La polémique et le dénigrement intempestif ne sont pas pour faciliter le maintien de la discipline et du moral de nos Forces Armées et Forces de l’Ordre qui sont le dernier rempart de notre République. Elles méritent le soutien de la Nation sur tous les plans ». Si on ne peut plus critiquer l’armée et les forces de l’ordre au même titre que son présumé chef suprême, les bavures et les excès vont continuer tranquillement.


 

Envoyer cet article à un ami

 

Commentez cet article (1)

 

Imprimer

(1) Il n'y a encore aucun commentaire pour cet article

LISEZ AUSSI

11/04/2014 | 08:32:32
La vie a repris son cours normal dans les districts du Nord-ouest de Madagascar récemment touchés par le cyclone Hellen. La plupart des sinistrés sont déjà retournés chez eux. Les cours ont déjà repris pour tous les élèves. Mais un risque lié à la santé de la population serait réel. [Voir]

29/03/2014 | 21:11:54
En 2014, la commémoration de la résurrection de 1947 s’est faite sans fastes et sans récupération politique contrairement aux récentes années de transition. Le président Hery Rajaonarimampianina n’a certes pas à justifier sa prise de pouvoir par un patriotisme douteux comme cela avait été le cas de son prédécesseur auteur d’un putsch. Il s’est toutefois présenté comme le leader d’une lutte qui n’est pas finie contre une ennemie coriace, la pauvreté. [Voir]

10/03/2014 | 07:24:26
Depuis quelques jours, les habitants des grandes villes du centre de Madagascar revivent les délestages programmés par la société nationale d’eau et d’électricité, Jirama. Ces coupures d’électricité sont obligatoires en raison de travaux d’entretien à la Centrale d’Andekaleka, à l’Est de la capitale, selon la Jirama. [Voir]

08/03/2014 | 18:51:04
Sans être traditionnelle, la société malgache a préservé certains principes et des mœurs qui définissent la place de la femme. L’égalité des genres est un concept nouveau et politique qui bouleverse un ordre établi. Elle apporte une nouvelle émancipation de ces reines qui viennent du ciel, de ces mères qui font la nation. [Voir]

07/03/2014 | 07:42:54
La qualité des carburants vendus à Madagascar est de très mauvaise qualité. Les automobilistes le savent depuis longtemps, mais actuellement la situation dépasse l’entendement. Des automobilistes se plaignent qu’ils achètent de l’essence mais reçoivent du gaz dans leur réservoir. [Voir]

28/02/2014 | 20:47:42
C’est un endroit où il ne fait pas bon vivre, mais qu’un peu plus de mille individus ont toutefois choisi, faute de mieux. « La Réunion kely » est un « quartier » spécial du centre de la capitale, Antananarivo, longeant le canal d’évacuation d’eaux usées, Andriantany. Ils vivent dans la précarité mais ils n’ont pas le choix. [Voir]

25/02/2014 | 11:56:14
La situation d'insécurité qui prévaut dans la Grande Ile depuis le coup d'Etat de 2009 a poussé de plus en plus de paysans à effectuer une demande d'autorisation de port d'armes à feu selon le ministère de l'Intérieur. [Voir]

17/02/2014 | 09:06:16
Des hommes munis de fusils d’assaut kalachnikov ont attaqué un restaurant chinois dans le centre de la capitale en fin de semaine. Environ 40 millions Ariary avaient été dérobés, car le restaurant abriterait un casino informel où des ressortissants chinois adorent parier, avec des grosses sommes. [Voir]

13/02/2014 | 03:03:51
Le phénomène d'insécurité continue de traumatiser une frange de la population. Les cinq années de Transition à Madagascar avaient été marquées par la recrudescence de l'insécurité, et on a l'impression actuellement que l'avènement d'un nouveau régime n'a pas véritablement changé la donne. L'agence de l'Accès Banque, à Andavamamba, un quartier populaire de la capitale, a été attaquée en plein jour, le 12 février. [Voir]

31/01/2014 | 08:15:47
L’élection communale aura lieu cette année, sur l’ensemble du territoire malgache. La capitale, Antananarivo, aura un nouveau maire. La population attend impatiemment les premières mesures pour la réhabilitation de la capitale qui n’a cessé de régresser, dans tous les domaines, au cours des dernières années. [Voir]

NEWSLETTER

Accédez GRATUITEMENT aux articles et recevez tous les jours Madonline dans votre boite-aux-lettres (offre limitée).

Entrez votre adresse email ici: