Add to My Yahoo! Add to NetvibesAdd to Google
fr en it  
  Lundi 22 décembre 2014  
Aide ¦ rédaction ¦ contact ¦ ¦
Rechercher

POLITIQUE

Ramené à la raison, Andry Rajoelina ne sera pas candidat à la présidentielle de 2013 16/01/2013 | 06:00:47

Cela n’a pas été une surprise, sauf pour ses partisans et ses alliés politiques ouvertement intéressés, Andry Rajoelina a annoncé en grande pompe et avec une certaine émotion qu’il ne sera pas candidat à l’élection présidentielle de 2013. Pour sauver la face, le jeune apprenti président qui a mené le pays et la communauté internationale en bateau depuis près de deux ans pour régner en maitre sur le pays au-delà de la période légale de la transition, a sorti une énième fois son discours sur la souveraineté nationale dont il n’est pas un digne représentant, faute d’avoir été élu.

« Je suis une solution pour le pays et non un problème », revendique compte Andry Rajoelina après avoir été le seul blocage freinant l’engagement dans le processus électoral d’une communauté internationale qui préconise sa non-candidature depuis le retrait du président renversé par le coup d’Etat militaro-civil de 2009. « Je confirme ce que j’ai dit le 12 mai 2010 : je ne vais pas me porter candidat à la présidentielle. Qu’on fasse de moi un sacrifice et non pas le pays ni le peuple ».  Visiblement, ce retrait a été le fruit d’une contrainte et non pas l’engagement volontaire d’un prétendu homme d’Etat qui n’a jamais agi comme tel en voulant s’accrocher au pouvoir.

Il voulait à tout prix être candidat, mais il ne peut pas au risque de ne pas être un président de la République légitime et reconnu internationalement. Andry Rajoelina a mis deux ans pour comprendre qu’il ne peut pas faire ce qu’il veut sous couvert de la prétendue souveraineté nationale  qui le permettrait de décider et de faire des choix pour les Malgaches et défier la communauté internationale, en particulier la SADC et les Etats-Unis. Malgré une argumentation certes pas très convaincante, il essaie d’agir en « patriote courageux, spirituel, sage et qui a peur de dieu », contraint par la communauté internationale de revenir à la parole qu’il a donnée.

« Il est de mon devoir de diriger la transition », s’est rappelé Andry Rajoelina. Dans sa déclaration de mai 2012, il s’est en effet engagé, en se présentant comme un homme de parole et homme d’Etat, à se contenter de mener à bien et à terme la transition, à ne pas être candidat à une élection présidentielle et de veiller au bon déroulement du scrutin. S’il avait agi comme un homme d’Etat, il aurait pu respecter le mandat de deux ans accordé par la Haute cour constitutionnelle et se retirer du pouvoir en mars 2011. Le TGV a déraillé avant de prendre une autre voie, lancé par un référendum constitutionnel illégitime et non reconnu, visant à lui donner un mandat transitoire sans limites dans le temps et surtout une éligibilité en modifiant à sa guise le critère d’âge.

Modifier unilatéralement le calendrier électoral à des fins politiques


A la tête d’un parti qui gouverne le pays après avoir gagné une élection municipale, Andry Rajoelina tente un dernier coup politique. « Je ne vous laisserai pas tomber », a-t-il promis à ses militants et ses partisans, annonçant des mesures pour arranger les choses et apporter l’apaisement. « Ma proposition est d’organiser les élections législatives avant la présidentielle ; les deux élections en même temps vont générer d’autres problèmes ».

Ce qui devrait donner plus de chance au parti TGV et à la mouvance Rajoelina qui n’ont pas encore un candidat n°2.  Leur chef de file empiète du coup sur l’autorité de la Commission électorale qui a déjà élaboré un calendrier. « Il est possible de le faire dans le respect du calendrier établi, soi entre mai et juillet 2013 » relativise un Andry Rajoelina qui a crié à qui veut l’entendre que l’élection présidentielle aura lieu le 08 mai 2013 quand il était encore candidat dans sa tête. Va-t-on lui accorder ce dernier caprice par compassion ? 


 

 

Commentez cet article (1)

 

Imprimer

(1) Il n'y a encore aucun commentaire pour cet article

LISEZ AUSSI

22/10/2014 | 11:54:30
La 2ème session ordinaire de l’Assemblée nationale risque d’être mouvementée. Le gouvernement Kolo doit composer avec une majorité devenue instable et le retour à la charge du Mapar qui va proposer une nouvelle fois un premier ministre et inviter le président de la République à se conformer à la Constitution. Le vote de la loi de finances sera un moyen de faire pression sur le régime. Ce dernier doit encore faire passer l’invraisemblable projet de loi sur la décentralisation avec la division de la capitale en six mairies et une éventuelle création de centaines de nouvelles communes promises au parti au pouvoir. [Voir]

21/10/2014 | 17:15:26
Avec le basculement de la mouvance Ravalomanana dans l’opposition et un mini-séisme au sein de la Plateforme pour la majorité présidentielle, il y a une nouvelle distribution des cartes. Si le régime essaie de retarder un remaniement, voire un changement de gouvernement, à cause d’un redémarrage difficile des secteurs économiques et sociaux, la HVM doit repenser sa stratégie. Le parti sans élus de Hery Rrajaonarimampianina peut-il gouverner seul. En tout cas, les éternels placés et opportunistes de la classe politique lui tendent déjà les bras au nom de la défense du choix du peuple. [Voir]

21/10/2014 | 17:13:46
Les premières véritables tensions suite au retour au pays de l’ancien président de la République ont fait leur apparition lors de la manifestation réprimée sans ménagement par les forces de l’ordre. Les éléments de l’Emmo-Reg sommé de faire des arrestations devaient trouver un leader pour porter le chapeau, c’est chose faite. Les politiciens et députés proches de Marc Ravalomanana ne se sont pas présentés à cause de l’autorisation refusée par la préfecture de Police. [Voir]

16/10/2014 | 08:23:58
Depuis quelques jours, le retour au pays de l’ancien président focalise l’attention des médias nationaux et des organisations internationales. La Communauté internationale, en général, à travers l’Union Africaine, l’Union Européenne, le Quai d’Orsay et les Etats-Unis, avait condamné les propos tenus par l’ancien président lors de sa première conférence de presse tenue à son domicile, mais personne ne pouvait lui en vouloir d’être retourné en terre natale. [Voir]

07/10/2014 | 08:18:07
L’ancien président malgache, en exil en Afrique du Sud, depuis le coup d’Etat de 2009, revient à la charge. Il a annoncé officiellement son basculement dans l’opposition après avoir soutenu le régime Hery Rajaonarimampianina durant quelques mois. [Voir]

23/09/2014 | 13:16:58
Une réunion de la troïka de la SADC, à Pretoria, a évoqué la nécessité de la mise en œuvre intégrale de la Feuille de route. Car le récent sommet des chefs d’Etat de cette organisation régionale, qui s’est tenu à Victoria Falls, au Zimbawe, les 17 et 18 août, a déjà évoqué la question. [Voir]

21/09/2014 | 19:47:13
« Imprévoyance », « amateurisme », l’observatoire de la vie publique Sefafi n’est pas tendre avec les dirigeants qui selon lui mènent le pays vers une crise institutionnelle majeure. Une loi sur la décentralisation bâclée qui créera plus de problèmes que de ne proposera des solutions, des élections communales reportées sous prétexte de prendre du temps pour faire passer la division de la Capitale en six communes, des collectivités territoriales non mises en places... les observateurs en arrivent à se poser la grande question : finira-t-on par demander la déchéance du président de la République ? La nouvelle Constitution prévoit en effet cette sanction ultime en cas de certaines formes de violation, la non-mise en place de la Haute Cour de Justice en fait partie. La Haute Cour Constitutionnelle viendra au secours du président et devrait valider une HCJ boiteuse, tout comme elle. [Voir]

15/09/2014 | 08:55:15
Il est pratiquement impossible de tenir les élections communales pour cette année 2014. La Commission nationale électorale a enfin admis cette réalité qui risque de décevoir la Communauté Internationale qui a établi le calendrier électoral malgache l’an passé. [Voir]

05/09/2014 | 08:59:43
Les maîtres FRAM estiment que leur revendication est tout à fait légitime, car elle est fondée sur une promesse du président de la République. Hery Rajaonarimampianina a effectivement pris quelques engagements solennels le jour de son investiture, le 25 janvier 2014, reprenant les grands thèmes abordés durant sa campagne électorale. Il a juré devant le peuple qu’il va réaliser ses promesses et ne voudrait pas faire de la démagogie, « car c’est la foi en la parole du président qui est la base du renouveau du pays ». Les promesses non tenues ont ébranlé la foi d’une partie des malgaches en leur président. [Voir]

29/07/2014 | 09:43:03
C’est une opération de communication pour sauver la face. L’affaire des deux journalistes incarcérés a été officiellement dénouée par le président de la République. Ce dernier a déclaré avoir demandé à son ministre d’Etat de retirer la plainte alors que Jean Luc Rahaga et Didier Ramanoelina attendaient en prison le verdict de leur procès pour diffamation par voie de presse. Sans enlever le mérite à Hery Rajaonarimampianina qui a pris position contre l’emprisonnement des journalistes, le régime a plié face à la montée de la mobilisation générale et une récupération politique d’une affaire qui a terni son image. [Voir]

NEWSLETTER

Accédez GRATUITEMENT aux articles et recevez tous les jours Madonline dans votre boite-aux-lettres (offre limitée).

Entrez votre adresse email ici: