Add to My Yahoo! Add to NetvibesAdd to Google
fr en it  
  Lundi 21 avril 2014  
Aide ¦ rédaction ¦ contact ¦ ¦
Rechercher

POLITIQUE

Ramené à la raison, Andry Rajoelina ne sera pas candidat à la présidentielle de 2013 16/01/2013 | 06:00:47

Cela n’a pas été une surprise, sauf pour ses partisans et ses alliés politiques ouvertement intéressés, Andry Rajoelina a annoncé en grande pompe et avec une certaine émotion qu’il ne sera pas candidat à l’élection présidentielle de 2013. Pour sauver la face, le jeune apprenti président qui a mené le pays et la communauté internationale en bateau depuis près de deux ans pour régner en maitre sur le pays au-delà de la période légale de la transition, a sorti une énième fois son discours sur la souveraineté nationale dont il n’est pas un digne représentant, faute d’avoir été élu.

« Je suis une solution pour le pays et non un problème », revendique compte Andry Rajoelina après avoir été le seul blocage freinant l’engagement dans le processus électoral d’une communauté internationale qui préconise sa non-candidature depuis le retrait du président renversé par le coup d’Etat militaro-civil de 2009. « Je confirme ce que j’ai dit le 12 mai 2010 : je ne vais pas me porter candidat à la présidentielle. Qu’on fasse de moi un sacrifice et non pas le pays ni le peuple ».  Visiblement, ce retrait a été le fruit d’une contrainte et non pas l’engagement volontaire d’un prétendu homme d’Etat qui n’a jamais agi comme tel en voulant s’accrocher au pouvoir.

Il voulait à tout prix être candidat, mais il ne peut pas au risque de ne pas être un président de la République légitime et reconnu internationalement. Andry Rajoelina a mis deux ans pour comprendre qu’il ne peut pas faire ce qu’il veut sous couvert de la prétendue souveraineté nationale  qui le permettrait de décider et de faire des choix pour les Malgaches et défier la communauté internationale, en particulier la SADC et les Etats-Unis. Malgré une argumentation certes pas très convaincante, il essaie d’agir en « patriote courageux, spirituel, sage et qui a peur de dieu », contraint par la communauté internationale de revenir à la parole qu’il a donnée.

« Il est de mon devoir de diriger la transition », s’est rappelé Andry Rajoelina. Dans sa déclaration de mai 2012, il s’est en effet engagé, en se présentant comme un homme de parole et homme d’Etat, à se contenter de mener à bien et à terme la transition, à ne pas être candidat à une élection présidentielle et de veiller au bon déroulement du scrutin. S’il avait agi comme un homme d’Etat, il aurait pu respecter le mandat de deux ans accordé par la Haute cour constitutionnelle et se retirer du pouvoir en mars 2011. Le TGV a déraillé avant de prendre une autre voie, lancé par un référendum constitutionnel illégitime et non reconnu, visant à lui donner un mandat transitoire sans limites dans le temps et surtout une éligibilité en modifiant à sa guise le critère d’âge.

Modifier unilatéralement le calendrier électoral à des fins politiques


A la tête d’un parti qui gouverne le pays après avoir gagné une élection municipale, Andry Rajoelina tente un dernier coup politique. « Je ne vous laisserai pas tomber », a-t-il promis à ses militants et ses partisans, annonçant des mesures pour arranger les choses et apporter l’apaisement. « Ma proposition est d’organiser les élections législatives avant la présidentielle ; les deux élections en même temps vont générer d’autres problèmes ».

Ce qui devrait donner plus de chance au parti TGV et à la mouvance Rajoelina qui n’ont pas encore un candidat n°2.  Leur chef de file empiète du coup sur l’autorité de la Commission électorale qui a déjà élaboré un calendrier. « Il est possible de le faire dans le respect du calendrier établi, soi entre mai et juillet 2013 » relativise un Andry Rajoelina qui a crié à qui veut l’entendre que l’élection présidentielle aura lieu le 08 mai 2013 quand il était encore candidat dans sa tête. Va-t-on lui accorder ce dernier caprice par compassion ? 


 

Envoyer cet article à un ami

 

Commentez cet article (1)

 

Imprimer

(1) Il n'y a encore aucun commentaire pour cet article

LISEZ AUSSI

18/04/2014 | 23:06:29
La plupart des 31 membres du gouvernement ont des expériences des ministères, que ce soit en tant que ministre, secrétaire général ou directeur. Le redoublement zéro voulu par le président de la République et souhaité par certains membres de la communauté internationale n’a pas été respecté. « Ce n’était pas un ordre strict, commente le Kolo Roger, on peut en garder quelques un s’ils se sont montrés très compétents à leur poste ». Le pluralisme du gouvernement peut être justifié par le fait que ni le président ni le premier ministre n’a un parti. [Voir]

18/04/2014 | 22:34:58
Accouchement difficile mais sans douleur pour le premier gouvernement de la 4ème République. Le premier ministre Kolo Roger a ratissé large pour inclure les principales forces politiques présentes lors des dernières élections présidentielles et législatives. Les critères de sélection, qui ont été l’objet de toutes les interrogations, seraient l’expérience et la disponibilité à travailler avec le président de la République pour réaliser la politique générale de l’Etat. Dans les faits, les portefeuilles du gouvernement ont été partagés à des partis et mouvances politiques au nom de l’inclusivité et de la réconciliation nationale. Même le Mapar y est présent… de facto naturellement. [Voir]

11/04/2014 | 17:39:59
Il aura fallu deux mois et demi au président de la République pour nommer l’un des deux ex-candidats qui l’avaient proposé comme remplaçant à l’élection présidentielle. Kolo Roger, le doyen l’emporte donc sur Jules Etienne. Et pourtant, le chef de l’Etat affirme que ce choix a été proposé par le parti ou le groupe de parti majoritaire à l’Assemblée nationale, dans le respect total de l’article 54 de la Constitution, sans jamais citer le MAPAR. Lors de la cérémonie de présentation du premier ministre, plutôt du nom de ce dernier, Hery Rajaonarimampianina a curieusement évité de le prononcer. [Voir]

28/03/2014 | 10:04:26
C’est avec amertume et sentiment de révolte que Christine Razanamahasoa a réagi à la remise en cause par la Haute Cour Constitutionnelle de l’élection du bureau permanent de la présidente de l’Assemblée nationale. Pour celle qui a été propulsée par les députés du MAPAR et du GPS à la tête de la chambre basse, la chute a été prévisible, mais douloureuse. Elle accuse la dérive dictatoriale de l’exécutif et du judiciaire. Ironie de l’histoire. [Voir]

25/03/2014 | 08:33:54
Une vingtaine de prisonniers sont encore derrière les barreaux actuellement suite à des événements survenus notamment en 2009 et en 2010 au moment fort de la crise politique. Il s’agit essentiellement d’officiers et de sous-officiers impliqués dans les affaires de la Base aéronavale d’Ivato (BANI) et du camp de la Force d’Intervention de la Gendarmerie nationale (FIGN), ainsi que des militaires condamnés dans la mystérieuse affaire de tuerie du 7 février 2009. [Voir]

19/03/2014 | 21:08:48
La formation d’un gouvernement démocratique garantissant la stabilité politique est la principale condition rappelée par la communauté internationale au président malgache élu en déplacement à New York et Washington. Face à des promesses d’aides et de reprise des financements, il lui faudra faire un geste politique fort. Apparemment, ce sera un gouvernement d’union qui réconcilie les Malgaches au grand dam de ses anciens alliés qui veulent régner sans partage. [Voir]

15/03/2014 | 20:36:36
Le président Hery Rajaonarimampianina met à l’épreuve la patience de ceux qui ne s’allient pas à la majorité qu’il veut instaurer pour gouverner le pays. La nomination du premier ministre n’est pas encore à l’ordre du jour faute de compromis. Le débat sur les dispositions constitutionnelles est loin d’être terminé. L’enjeu est de déposséder le Mapar du pouvoir qu’il s’est attribué pour maitriser l’Assemblée nationale et imposer un homme de la mouvance Rajoelina au poste de chef du gouvernement. [Voir]

14/03/2014 | 16:35:58
Jean Omer Beriziky a été le plus chanceux des chefs d’institution de la défunte Transition. Le blocage politique actuel dans la Grande Ile a été bénéfique pour lui. Tant que la nomination du nouveau Chef du gouvernement tarde à se concrétiser, l’actuel Premier ministre restera au palais de Mahazoarivo. [Voir]

05/03/2014 | 07:49:30
Ce n’est pas la première fois que les Américains dénoncent des cas de violation des droits de l’homme dans la grande Ile. Mais le dernier rapport établi par le département d’Etat a été encore plus virulent. Notamment à l’endroit des forces de l’ordre qui sont montrées du doigt pour des abus divers, et, surtout, pour les exécutions arbitraires. [Voir]

28/02/2014 | 16:32:47
On s’interrogeait sur son mutisme, le président de la République se fait malmener par ses anciens amis devenus par le concours de circonstances ses opposants. Hery Rajaonarimampianina a réagi non sans autorité pour limoger les hommes clés de la transition dont les fonctions avaient un impact sur le plan politique. Fort de soutiens de plus en plus nombreux, il a recadré le Mapar en refusant la nomination de Haja Resampa au poste de premier ministre, mais promet de ne pas aller au-delà de la loi. En même temps, son candidat Jules Etienne essaie de rassembler une majorité à l’Assemblée nationale. [Voir]

NEWSLETTER

Accédez GRATUITEMENT aux articles et recevez tous les jours Madonline dans votre boite-aux-lettres (offre limitée).

Entrez votre adresse email ici: