Add to My Yahoo! Add to NetvibesAdd to Google
fr en it  
  Mercredi 23 juillet 2014  
Aide ¦ rédaction ¦ contact ¦ ¦
Rechercher

POLITIQUE

Ramené à la raison, Andry Rajoelina ne sera pas candidat à la présidentielle de 2013 16/01/2013 | 06:00:47

Cela n’a pas été une surprise, sauf pour ses partisans et ses alliés politiques ouvertement intéressés, Andry Rajoelina a annoncé en grande pompe et avec une certaine émotion qu’il ne sera pas candidat à l’élection présidentielle de 2013. Pour sauver la face, le jeune apprenti président qui a mené le pays et la communauté internationale en bateau depuis près de deux ans pour régner en maitre sur le pays au-delà de la période légale de la transition, a sorti une énième fois son discours sur la souveraineté nationale dont il n’est pas un digne représentant, faute d’avoir été élu.

« Je suis une solution pour le pays et non un problème », revendique compte Andry Rajoelina après avoir été le seul blocage freinant l’engagement dans le processus électoral d’une communauté internationale qui préconise sa non-candidature depuis le retrait du président renversé par le coup d’Etat militaro-civil de 2009. « Je confirme ce que j’ai dit le 12 mai 2010 : je ne vais pas me porter candidat à la présidentielle. Qu’on fasse de moi un sacrifice et non pas le pays ni le peuple ».  Visiblement, ce retrait a été le fruit d’une contrainte et non pas l’engagement volontaire d’un prétendu homme d’Etat qui n’a jamais agi comme tel en voulant s’accrocher au pouvoir.

Il voulait à tout prix être candidat, mais il ne peut pas au risque de ne pas être un président de la République légitime et reconnu internationalement. Andry Rajoelina a mis deux ans pour comprendre qu’il ne peut pas faire ce qu’il veut sous couvert de la prétendue souveraineté nationale  qui le permettrait de décider et de faire des choix pour les Malgaches et défier la communauté internationale, en particulier la SADC et les Etats-Unis. Malgré une argumentation certes pas très convaincante, il essaie d’agir en « patriote courageux, spirituel, sage et qui a peur de dieu », contraint par la communauté internationale de revenir à la parole qu’il a donnée.

« Il est de mon devoir de diriger la transition », s’est rappelé Andry Rajoelina. Dans sa déclaration de mai 2012, il s’est en effet engagé, en se présentant comme un homme de parole et homme d’Etat, à se contenter de mener à bien et à terme la transition, à ne pas être candidat à une élection présidentielle et de veiller au bon déroulement du scrutin. S’il avait agi comme un homme d’Etat, il aurait pu respecter le mandat de deux ans accordé par la Haute cour constitutionnelle et se retirer du pouvoir en mars 2011. Le TGV a déraillé avant de prendre une autre voie, lancé par un référendum constitutionnel illégitime et non reconnu, visant à lui donner un mandat transitoire sans limites dans le temps et surtout une éligibilité en modifiant à sa guise le critère d’âge.

Modifier unilatéralement le calendrier électoral à des fins politiques


A la tête d’un parti qui gouverne le pays après avoir gagné une élection municipale, Andry Rajoelina tente un dernier coup politique. « Je ne vous laisserai pas tomber », a-t-il promis à ses militants et ses partisans, annonçant des mesures pour arranger les choses et apporter l’apaisement. « Ma proposition est d’organiser les élections législatives avant la présidentielle ; les deux élections en même temps vont générer d’autres problèmes ».

Ce qui devrait donner plus de chance au parti TGV et à la mouvance Rajoelina qui n’ont pas encore un candidat n°2.  Leur chef de file empiète du coup sur l’autorité de la Commission électorale qui a déjà élaboré un calendrier. « Il est possible de le faire dans le respect du calendrier établi, soi entre mai et juillet 2013 » relativise un Andry Rajoelina qui a crié à qui veut l’entendre que l’élection présidentielle aura lieu le 08 mai 2013 quand il était encore candidat dans sa tête. Va-t-on lui accorder ce dernier caprice par compassion ? 


 

Envoyer cet article à un ami

 

Commentez cet article (1)

 

Imprimer

(1) Il n'y a encore aucun commentaire pour cet article

LISEZ AUSSI

11/07/2014 | 18:10:01
La réunification du parti de l’ancien président, Marc Ravalomanana, le TIM semble sur la bonne voie. En tous cas, le ministère de l’Intérieur ne reconnaît plus désormais qu’un seul parti TIM, celui présidé par Razoarimihaja Solofonantenaina. Très discret durant le moment fort de la crise politique dans la Grande Ile, Razoarimihaja Solofonantenaina revient désormais sur la scène politique. C’est de nouveau lui qui préside le parti Tiako i Madagasikara, d’près un arrêté du ministère malgache de l’Intérieur. Lors d’une conférence de presse, le président du TIM a tout simplement annoncé que « le parti revient à son propriétaire ». De son côté, le Secrétaire général du parti, Mamy Rakotoarivelo a affirmé que « c’est Razoarimihaja que le ministère avait contacté pour annoncer la sortie de l’arrêté ministériel mais pas une autre personne ». Une façon pour lui de soutenir que le TIM est désormais unique. Pour sa part, Marc Ravalomanana, par téléphone, avait félicité les membres du TIM, car « le parti est de nouveau normalisé ». Très récemment, un comté de rassemblement a été mis en place. Reste à savoir si toutes les personnalités ayant déjà fondé leur propre parti depuis la chute de Marc Ravalomanana, en 2009, vont revenir au sein du TIM. [Voir]

27/06/2014 | 10:58:52
Le président de la République a renouvelé ses engagements pris lors de son investiture et a réitéré les grandes lignes de la politique générale de l’Etat. Pour son premier 26 juin a la tête de Madagascar, Hery Rajaonarimampianina a remobilisé la nation pour la réconciliation et la solidarité. « Le devoir que vous m’avez confié est très lourd, mais je l’accepte avec humilité », a-t-il déclaré aux citoyens avant de rappeler ce à quoi il s’est engagé : « la bonne gouvernance, l’Etat de droit, la transparence, la démocratie, une justice impartiale, la lutte contre la corruption et des actions de développement durable ». Après 5 mois au pouvoir, il est toujours au point de départ. [Voir]

07/06/2014 | 11:03:56
Alors que les grandes questions urgentes et vitales semblent totalement ignorées par les députés, l’Assemblée nationale s’apprête à accueillir un groupe parlementaire sorti de nulle part par le tout récent parti présidentiel, ainsi qu’un représentant de l’opposition forcément autoproclamé, car ne représentant pas une force politique au parlement. [Voir]

30/05/2014 | 20:11:15
Le HVM est passé du statut d’association à celui d’un parti politique. C’est du déjà vu et l’histoire a tendance à se répéter. Le parti présidentiel est ouvertement centré sur le personnage de Hery Rajaonarimampianina qui vient d’être élu à la tête de l’Etat. Il regroupe à sa tête des amis fidèles et proches du président. Le nouveau parti se donne pour mission de gagner les élections municipales pour avoir une légitimité que ne peut lui apporter une majorité totalement artificielle à l’Assemblée nationale. [Voir]

30/05/2014 | 10:07:57
L’association Hery Vaovao ho an’i Madagasikara (HVM) s’est transformée en parti politique. Le moment était venu pour le nouveau président malgache de s’affranchir du joug de son ancienne famille politique. Mais la transformation du HVM en parti n’inspire pas véritablement la confiance et risque même de coûter cher à la nouvelle équipe au pouvoir. Car elle manifeste la velléité d’une confiscation du pouvoir. [Voir]

15/05/2014 | 11:11:02
L’impopularité des députés joue-t-elle en leur défaveur ? L’opinion semble favorable à l’application immédiate de la fameuse ordonnance 2014-001 qui oblige les parlementaires à faire une déclaration de patrimoine et qui limite sérieusement leur immunité. Ce texte réglementaire a été sorti à un moment où le président de la République était dans l’incertitude quant aux questions de la majorité à l’Assemblée. Le fait est que, pour le moment, c’est bel et bien l’exécutif qui contrôle le pouvoir législatif, menaçant les députés, sans exception de déchéance. [Voir]

05/05/2014 | 11:17:54
Est-ce une victoire pour la stabilité, le respect de la Constitution, la démocratie ? La petite crise institutionnelle au sein de l’Assemblée nationale a connu un épilogue attendu. La fin n’a jamais été un secret pour la Plate-forme pour la Majorité Présidentielle : renverser le bureau permanent présidé par la MAPAR Christine Razanamahasoa et donner une seconde chance à leur candidat Jean Max Rakotomamonjy. C’est le moyen d’y parvenir qui continue de faire débat. [Voir]

05/05/2014 | 08:07:52
Avec le soutien de quelques députés du groupement MAPAR, anciennement pro-Rajoelina, et avec l'appui du groupement PMP, le nouveau président de la République a réussi à placer ses hommes au niveau du bureau permanent de l'Assemblée Nationale. Christine Razanamahasoa, député pro-Rajoelina, élue au perchoir au mois de février, doit s'en aller au profit de Jean Max Rakotomamonjy, un député issu du parti Leader Fanilo. Jean max Rakotomamonjy a été élu par tous les députés présents à la séance boycottée par la plupart des députés du MAPAR. [Voir]

30/04/2014 | 23:19:54
Quand les affaires de l’Etat deviennent un jeu d’enfant, faut-il encore s’étonner de voir une adaptation de La guerre des boutons à l’Assemblée nationale ! Les batailles font rage et les débats sont houleux entre les deux camps, la PMP favorable au président Hery Rajaonarimampianina et le MAPAR avec le « président » Andry Rajoelina. Sur fond d’adoption d’un nouveau règlement intérieur, l’enjeu est la destitution ou non du bureau permanent dirigé par la présidente de la Chambre basse, Christine Razanamahasoa qui s’accroche à son perchoir. [Voir]

29/04/2014 | 10:42:13
Les questions concernant les îles malgaches Glorieuses, Juan de Nova, Europa et Bassas da India ont fait l’objet d’une conférence débat organisée par le SECES (Syndicat des enseignants chercheurs et chercheurs enseignants de l’enseignement supérieur) et le SYNCORMAE (Syndicat des corps du Ministère des affaires étrangères). Ce fut une manière pour eux de faire comprendre que les intellectuels malgaches commencent de nouveau à s’intéresser à ce vieux débat. D’autant que la conférence s’est tenue à la salle de conférence du ministère des Affaires étrangères. [Voir]

NEWSLETTER

Accédez GRATUITEMENT aux articles et recevez tous les jours Madonline dans votre boite-aux-lettres (offre limitée).

Entrez votre adresse email ici: