Add to My Yahoo! Add to NetvibesAdd to Google
fr en it  
  Vendredi 18 avril 2014  
Aide ¦ rédaction ¦ contact ¦ ¦
Rechercher

POLITIQUE

Andry Rajoelina, une candidature annoncée par le... rap de Suprême NTM 22/01/2013 | 09:26:10

Le TGV, l’artiste et DJ est de retour et le sera encore plus en 2018. Andry Rajoelina a annoncé d’une manière spectaculaire à Toamasina qu’il sera candidat à la présidentielle dans 5 ans, prétendant avoir fait un sacrifice pour s’abstenir de participer à une élection qu’il aurait gagnée « au premier tour en 2013 ». Le chef de la transition a profité de cette campagne de propagande déjà programmée pour tenir un discours populiste et se lâcher avec les jeunes.

Dans « Le monde de demain », Madagascar ne sera pas débarrassé de celui qui l’a plongé dans une crise et une pauvreté profondes, qui s'est accroché à un pouvoir aussi illégal qu’illégitime ces 4 dernières années. Andry Rajoelina annonce sa candidature pour 2018 comme l’a conseillé la France de Laurent Fabius. Il l’a fait en rappant, reprenant le refrain du mythique groupe Suprême NTM qui a bercé sa turbulente jeunesse au début des années 1990 quand TGV n’était qu’un « crew », un gentil gang de gosses de riches : « Le monde de demain, quoiqu’il advienne nous appartient, la puissance est dans nos mains, alors écoute ce refrain », a improvisé en freestyle le président de la transition, dans un flow qui révèle le fan de rap.

Le message est clair et résolument positif ! C’est la référence culturelle qui prête à sourire quand il s’agit d’un prétendu être homme d’Etat qui a dirigé le pays sans être l’un de ces hommes politiques qu’il qualifie de corrompus, égoïstes et avides de pouvoir, qui dit suivre le modèle Mandela et être le De Gaulle malgache (sic). Désormais, le rap n’a pas d’âge, la présidence non plus !

L’arrogance grandissante du chef de la transition étonne, car d’aucuns pensaient le voir faire profil bas pour s’appliquer à la mission et à l’engagement « d’homme d’Etat » qu’il a pris en mai 2010, c’est-à-dire d’organiser une élection démocratique sans y participer. Au contraire, la propagande est montée d’un cran, d’un ton. Ainsi, malgré un engagement et une décision pris par l’intéressé en 2012, Andry Rajoelina se dit encore être une victime qui a fait un sacrifice.

Le chef de la transition est allé un peu plus loin que sa déclaration sur RFI selon laquelle il n’a pas d’adversaire politique à Madagascar (sic) mais qui voulait dire en effet qu’il n’a pas de concurrent susceptible de le battre aux élections. « Si j’étais candidat, je suis élu au premier tour », s’est vanté le prétendu père de la démocratie malgache. Ce qui est d’ailleurs tout à fait possible vu la limitation de la liberté d’expression, la monopolisation des médias publics, la campagne de dénigrement contre ceux qui osent critiquer le régime, la persécution des journalistes et des opposants...

La propagande et la pré-campagne électorale menée par Rajoelina depuis trois mois ne seront pas vaines à condition qu’il reste dans la mémoire des jeunes malgaches comme étant celui qui a réalisé leur souhait, leur rêve, un bâtisseur. « Nous allons revenir en force », promet-il en haranguant une foule de jeunes insouciants magnétisés par le show.

Peu importe si l’homme fort et seul dépositaire de l’argent public a détourné par voie d’ordonnance 100 millions de dollars reçus d’un opérateur minier pour monopoliser au niveau de la présidence le budget d’investissement du pays. Les ministères ayant été écartés pour la construction de ces infrastructures, toute la gloire de la transition revient à son chef.

8 hôpitaux, 2 stades, un coliséum, quelque 500 de maisons sociaux faisant l’objet d’une loterie, des logements universitaires, des promesses de nouvelles réalisations rapides comme une route, des gares routières, une salle de danse... les réalisations de Rajoelina valent-t-elles autant que les destructions et les sacrifices qu’ont enduré les malgaches depuis le coup d’Etat de 2009. Seule une élection opposant le président évincé et le putschiste aurait apporté la réponse.


 

Envoyer cet article à un ami

 

Commentez cet article (1)

 

Imprimer

(1) Il n'y a encore aucun commentaire pour cet article

LISEZ AUSSI

11/04/2014 | 17:39:59
Il aura fallu deux mois et demi au président de la République pour nommer l’un des deux ex-candidats qui l’avaient proposé comme remplaçant à l’élection présidentielle. Kolo Roger, le doyen l’emporte donc sur Jules Etienne. Et pourtant, le chef de l’Etat affirme que ce choix a été proposé par le parti ou le groupe de parti majoritaire à l’Assemblée nationale, dans le respect total de l’article 54 de la Constitution, sans jamais citer le MAPAR. Lors de la cérémonie de présentation du premier ministre, plutôt du nom de ce dernier, Hery Rajaonarimampianina a curieusement évité de le prononcer. [Voir]

28/03/2014 | 10:04:26
C’est avec amertume et sentiment de révolte que Christine Razanamahasoa a réagi à la remise en cause par la Haute Cour Constitutionnelle de l’élection du bureau permanent de la présidente de l’Assemblée nationale. Pour celle qui a été propulsée par les députés du MAPAR et du GPS à la tête de la chambre basse, la chute a été prévisible, mais douloureuse. Elle accuse la dérive dictatoriale de l’exécutif et du judiciaire. Ironie de l’histoire. [Voir]

25/03/2014 | 08:33:54
Une vingtaine de prisonniers sont encore derrière les barreaux actuellement suite à des événements survenus notamment en 2009 et en 2010 au moment fort de la crise politique. Il s’agit essentiellement d’officiers et de sous-officiers impliqués dans les affaires de la Base aéronavale d’Ivato (BANI) et du camp de la Force d’Intervention de la Gendarmerie nationale (FIGN), ainsi que des militaires condamnés dans la mystérieuse affaire de tuerie du 7 février 2009. [Voir]

19/03/2014 | 21:08:48
La formation d’un gouvernement démocratique garantissant la stabilité politique est la principale condition rappelée par la communauté internationale au président malgache élu en déplacement à New York et Washington. Face à des promesses d’aides et de reprise des financements, il lui faudra faire un geste politique fort. Apparemment, ce sera un gouvernement d’union qui réconcilie les Malgaches au grand dam de ses anciens alliés qui veulent régner sans partage. [Voir]

15/03/2014 | 20:36:36
Le président Hery Rajaonarimampianina met à l’épreuve la patience de ceux qui ne s’allient pas à la majorité qu’il veut instaurer pour gouverner le pays. La nomination du premier ministre n’est pas encore à l’ordre du jour faute de compromis. Le débat sur les dispositions constitutionnelles est loin d’être terminé. L’enjeu est de déposséder le Mapar du pouvoir qu’il s’est attribué pour maitriser l’Assemblée nationale et imposer un homme de la mouvance Rajoelina au poste de chef du gouvernement. [Voir]

14/03/2014 | 16:35:58
Jean Omer Beriziky a été le plus chanceux des chefs d’institution de la défunte Transition. Le blocage politique actuel dans la Grande Ile a été bénéfique pour lui. Tant que la nomination du nouveau Chef du gouvernement tarde à se concrétiser, l’actuel Premier ministre restera au palais de Mahazoarivo. [Voir]

05/03/2014 | 07:49:30
Ce n’est pas la première fois que les Américains dénoncent des cas de violation des droits de l’homme dans la grande Ile. Mais le dernier rapport établi par le département d’Etat a été encore plus virulent. Notamment à l’endroit des forces de l’ordre qui sont montrées du doigt pour des abus divers, et, surtout, pour les exécutions arbitraires. [Voir]

28/02/2014 | 16:32:47
On s’interrogeait sur son mutisme, le président de la République se fait malmener par ses anciens amis devenus par le concours de circonstances ses opposants. Hery Rajaonarimampianina a réagi non sans autorité pour limoger les hommes clés de la transition dont les fonctions avaient un impact sur le plan politique. Fort de soutiens de plus en plus nombreux, il a recadré le Mapar en refusant la nomination de Haja Resampa au poste de premier ministre, mais promet de ne pas aller au-delà de la loi. En même temps, son candidat Jules Etienne essaie de rassembler une majorité à l’Assemblée nationale. [Voir]

27/02/2014 | 10:59:03
Hery Rajaonarimampianina aura finalement le choix sur le futur premier ministre. Malgré l’insistance du Mapar à imposer son seul et unique candidat, le président de la République a considéré la candidature de Jules Etienne proposée par la Plate-forme pour la majorité présidentielle (PMP) actuellement en souffrance à l’Assemblée nationale. Il a été conforté par les avis de la HCC sur la nomination et la fonction du chef de gouvernement, encouragé certainement par les conclusions d’éminents juristes tel que Honoré Rakotomanana qui le délivrent de l’emprise de la mouvance Rajoelina. [Voir]

26/02/2014 | 00:15:17
Le président de la République a gagné une bataille en dissuadant l’ancien président de la Transition de ne pas briguer le poste de premier ministre. Ce dernier envoie son clone, son homme de confiance qui pourrait être sa marionnette politique. Pour contrer la proposition unique du nom de Haja Resampa, la Plate-forme pour la Majorité présidentielle a aussi proposé un nom tenu secret, mais qui pourrait être Jules Etienne. La HCC refuse d’arbitrer et ne donne que des avis qui n’ont pas de force exécutoire. [Voir]

NEWSLETTER

Accédez GRATUITEMENT aux articles et recevez tous les jours Madonline dans votre boite-aux-lettres (offre limitée).

Entrez votre adresse email ici: