Add to My Yahoo! Add to NetvibesAdd to Google
fr en it  
  Samedi 19 avril 2014  
Aide ¦ rédaction ¦ contact ¦ ¦
Rechercher

REGARDS

Quand on se fait jeter par la grande porte, c’est toujours une belle sortie ! 22/01/2013 | 09:28:26

Malgré sa logique disqualification, sur le plan politique, en raison de son coup d’Etat militaro-civil de 2009, on a fait croire au jeune président TGV qu’il sort par la grande porte. Sa vraie vérité sur les évènements de Madagascar n’a jamais convaincu la communauté internationale qui aurait fait de lui une victime contrainte au sacrifice. Andry Rajoelina, toujours un brin plus prétentieux, s’autoproclame le plus grand homme d’Etat africain qui a su éviter la guerre civile, le plus grand patriote, le plus grand chefs d’Etat qui sait renoncer au pouvoir, le plus grand bâtisseur depuis... le roi David.

Andry Rajoelina a affronté la communauté internationale, la SADC et les Etats-Unis en particulier, pour imposer sa candidature dans un pays qu’il dirige. La stratégie de la souveraineté nationale n’a pas fonctionné puisque le putschiste ne peut y prétendre. Au final, le chef de la transition a cédé et a dû renoncer à une candidature qu’il prépare depuis 2010, l’année où il a pris un engagement « d’homme d’Etat » pour ne pas être candidat. Ce qui ne l’empêche pas de s’autoproclamer victime, patriote et super homme d’Etat qui a mis au plus haut point l’intérêt supérieur de la nation après avoir échoué dans ses multiples tentatives de coups de force diplomatiques.

Le discours est en effet incohérent quand on qualifie de sacrifice en 2013 un engagement solennel, présenté comme celui d’un homme d’Etat et d’un homme de parole, pris presque 3 ans plutôt. Andry Rajoelina a rompu son engagement, encouragé par ses partisans et les autres politiciens qui ont profité de la transition. Il a été contraint par le reste du monde à le respecter. Certains médias parlent d’une menace de gel des avoirs extérieurs du président de la transition. Ce qui est certain c’est que Madagascar encourait une nouvelle longue sanction comme c’est déjà le cas depuis 2009.

L’annonce par le président en exil Marc Ravalomanana a précipité la chute du candidat Andry Rajoelina. Ce dernier persistait pourtant dans sa volonté de s’accrocher au pouvoir et valider le coup d’Etat de 2009 par les urnes. Il accusait le président évincé de ruse, rappelant l’épisode de Dakar en 2002. En termes de non-respect d’accord politique, Andry Rajoelina s’est illustré à maintes reprises, à commencer par les accords de Maputo jusqu'à la feuille de route qu’il n’a jamais été appliquée dans son intégralité. Et le voilà qui veut changer le calendrier électoral pour avantager sa mouvance puisque la donne a changé depuis sa non-candidature à la présidentielle.

Le « Ni, ni » ou ni Rajoelina ni Ravalomanana aux élections a pris une tournure irréversible quand Marc Ravalomanana l’a accepté. S’en est suivi une série de plaidoirie et de discours enflammés du chef de la transition sur la souveraineté des malgaches à choisir celui qu’ils veulent diriger le pays. La candidature d’Andry Rajoelina était donc devenue pour l’intéressé et ses partisans une affaire de souveraineté nationale. Pour un chef d’Etat non élu et qui est reconnu sur les plans national et international grâce à un accord politique dénommé feuille de route, le discours est forcément celui de n’importe quel apprenti dictateur qui cherche à s’accrocher au pouvoir.

Quand il a annoncé sa non-candidature, Andry Rajoelina a tenu des propos qui laissaient croire qu’il a démissionné, ou pire, a été licencié. La propagande a repris de plus belle depuis, puisque la tergiversation de deux ans qui a valu aux malgaches et à Madagascar des sanctions internationales, un marasme économique, un appauvrissement et une insécurité sans précédent, est tue. Andry Rajoelina sort-il par la grande porte grâce à des investissements publics monopolisés par la présidence de la transition pour faire des réalisations à sa gloire. Certainement, sauf que ladite porte a été fracassée. 

Une sortie par la grande porte, Andry Rajoelina l’a définitivement raté en mars 2011 quand il a dépassé la date limite légale de la transition. Entre la première annonce de sa non candidature et cette date, il a pris un virage par un référendum constitutionnel très personnalisé pour lui permettre d’être candidat et de rester indéfiniment à la tête de la transition. Le prétendu homme d’Etat est trahi par ses actes et ses discours. La non-candidature du putschiste de 2009 à la présidentielle n’est ni un sacrifice ni un acte patriote, c’est tout simple une défaite et une désillusion.


 

Envoyer cet article à un ami

 

Commentez cet article (1)

 

Imprimer

(1) Il n'y a encore aucun commentaire pour cet article

LISEZ AUSSI

09/12/2013 | 22:58:42
On peut toujours poser la question même si la réponse a été évidente lors du premier débat entre Jean Louis Robinson et Hery Rajaonarimampianina, le 04 décembre 2013. Les deux candidats qualifiés au 2ème tour de la présidentielle se sont affrontés dans un match totalement biaisé, mais qui a gratifié les téléspectateurs de quelques moments de délectation non pas sur le propos des acteurs mais sur le scénario et les incidents du direct. [Voir]

02/12/2013 | 07:11:44
Les fins d’années se suivent et ne se ressemblent pas. Cette année –ci par exemple, Décembre n’est pas seulement le moment pour nos dirigeants de faire le bilan de l’exercice 2013. Il s’agit en plus, élections présidentielles et législatives obligent, de faire le point sur le résultat des actions menées et l’impact des décisions prises par le système sur le développement. Positif ?, Négatif ? A chacun de voir. [Voir]

21/11/2013 | 23:36:21
A un mois du 2ème tour de l’élection présidentielle, le limogeage de certains chefs de région et leur remplacement par des haut gradés de l’armée est une manœuvre politique qui viole les fondamentaux de la démocratie. Pris en conseil des ministres, le décret de nomination de ces nouveaux hommes forts des régions a été le fruit de la concertation entre le président de la Transition et le premier ministre. [Voir]

07/11/2013 | 08:06:09
A l’heure où nous écrivons ces lignes, soit entre les deux tours de la présidentielle et dans l’attente des résultats provisoires du premier, l’opinion publique et certains groupes qui se passionnent de politique ont des sentiments partagés quant aux possibles évolutions des événements à Madagascar. [Voir]

20/10/2013 | 15:05:25
C’est de la démonstration de force et le champion n’est pas difficile à désigner, le candidat Hery Rajaonarimampianina. Le ministre des Finances et du Budget sortant fait l’objet de plus en plus de railleries de la part de ses adversaires. Et pourtant, c’est l’ancien premier ministre Camille Vital qui est le seul à avoir été arrêté dans son élan pour cause de suspicion de blanchiment d’argent. Le fossé entre les prétendants riches et puissants et les candidats aux grandes idées se creuse au fur et à mesure de la campagne électorale. [Voir]

29/09/2013 | 23:49:57
« Jamais deux sans trois », cela aurait pu être jamais 4 sans cinq. Le président de la transition s’est exprimé devant l’assemblée générale des Nations-Unies en tentant une nouvelle fois de se débarrasser de son étiquette de putschiste. Il dénonce la non reconnaissance du mouvement populaire à Madagascar en 2009 qu’il a mené pour prendre le pouvoir alors que les vraies révolutions du printemps arabes ont été acceptées par le concert des nations. [Voir]

08/09/2013 | 15:22:40
Les bombes artisanales ont cette particularité de faire beaucoup de bruits même quand elles n’explosent pas. Une petite charge a de quoi égratigner un mur et aurait pu en effet blesser une ou plusieurs personnes. La menace est-elle à la hauteur de ce que prétendent des forces de l’ordre totalement dépassées par les faits divers, les attaques et les vindictes populaires, mais qui veulent être les champions de la lutte contre un terrorisme factice. [Voir]

14/08/2013 | 23:54:43
Une semaine pour tout faire, le délai imparti à la CES semble confirmer que la résolution de la crise préélectorale ne serait plus que de la formalité. Comme toujours, depuis la médiation internationale après le coup d’Etat de 2009, les recommandations ne sont appliquées qu’en partie. Une nouvelle fois, Andry Rajoelina n’a pas tenu sa parole et espère un fait accompli. Mais quel fait ? C’est là qu’intervient la nouvelle Cour électorale spéciale. [Voir]

04/07/2013 | 00:11:03
La nouvelle révolution égyptienne est une leçon pour les Malgaches qui ne peuvent plus compter sur leur armée depuis que cette dernière est commandée par des officiers supérieurs partisans d’un président non élu démocratiquement. Bien que toutes les mouvances politiques prétendent avoir des hommes au sein des forces armées, le commandement est bel et bien aux maisons de Andry Rajoelina. [Voir]

28/02/2013 | 22:25:32
L’épineuse question du retour au pays de Lalao Ravalomanana, l’ex-première dame a été un test pour Andry Rajoelina sur sa volonté et sa prédisposition à respecter enfin la feuille de route, en particulier le fameux article 20. Le chef de la transition a finalement cédé, mais avec des conditions. Mieux, c’est finalement lui tente de récupérer politiquement ce retour inéluctable tout en interdisant les opposants d’en faire autant. Ce qui n’empêche pas le jeune politicien de se conduire en... gendre idéal. [Voir]

NEWSLETTER

Accédez GRATUITEMENT aux articles et recevez tous les jours Madonline dans votre boite-aux-lettres (offre limitée).

Entrez votre adresse email ici: