samedi , 18 septembre 2021
enfrit
Forte pression sur le cheptel bovin

Forte pression sur le cheptel bovin

Le prix de la viande bovine a connu une hausse incessante au cours des derniers mois dans la Grande Ile en raison de la faiblesse de l’offre par rapport à la demande. Ce qui entraine davantage l’insécurité dans le milieu rural où l’élevage de bœuf fait partie des principales activités étant donné que le cercle vicieux provoque des vols de bovidés difficiles à maîtriser.
Depuis quelques mois, la recrudescence de l’insécurité dans les zones à forte potentialité d’élevage bovin a été ainsi notée. Les dahalo, les voleurs de bœufs souvent armés, sèment la terreur notamment dans le Sud de Madagascar. Les affrontements mortels avec les éléments des forces de sécurité sont de plus en plus fréquents mais le mal est loin d’être endigué. Il y a quelques jours encore, un gendarme a été tué à Betroka, dans le Sud. Une soixantaine de dahalo ont été abattus en représailles.
Au niveau des centres urbains, le prix de la viande de bœufs a connu une hausse importante, passant de 6000 Ariary le kilo à environ 10.000 Ariary actuellement. « L’exportation de viande vers la Chine y est pour quelque chose puisque certains fournisseurs préfèrent négocier directement avec les exportateurs », confie un grossiste de la capitale qui a beaucoup de mal à obtenir son quota habituel. Dans le même temps, les voleurs de zébus en profitent. Ce qui entraine une forte pression sur le cheptel.
Dans les années 70, Madagascar a été reconnu comme étant le pays de 7 millions d’habitants, comptant 9 millions de zébus. Actuellement, le cheptel a stagné autour de ces 9 millions de tête, pour une population d’environ 20 millions. Si aucune mesure spécifique n’est prise, le cheptel continuera de subir une forte pression et le prix continuera d’augmenter, d’autant que dans de nombreuses régions du Sud du pays la population pratique l’élevage contemplatif. La vente légale de zébu est ainsi assez rare alors que la demande est en hausse constante. La capitale, Antananarivo, et ses environs, par exemple, consomment environ 300 à 400 têtes par jour. « La plupart des bœufs abattus à Antananarivo proviennent du vol de bovidés » a déjà fait remarquer un élu de la région Sud du pays, il y a quelques années. Un état de fait qui risque d’empirer.

J.R