jeudi , 18 août 2022
enfrit

10 millions de dollars nécessaires chaque année pour la réparation des infrastructures hydro-agricoles

Les localités agricoles productrices de l’est, du nord et du sud-ouest du pays sont les plus touchées par les catastrophes naturelles au cours de la saison des pluies, comme le confirme le rapport du CPGU, le comité de prévention et de gestion des urgences du ministère de l’Agriculture. Selon les chiffres fournis par ce comité, 10 millions de dollars sont nécessaires chaque année pour réparer ou rénover les infrastructures hydro-agricoles endommagées dans tout le pays.
Pour la saison des pluies de l’année 2012, 7 millions de dollars a été nécessaires pour reconstruire les infrastructures détruites par les cyclones. Ce dernier chiffre a été publié par la Banque Mondiale après avoir procédé à une évaluation exhaustive de tous les dommages subis. Mais afin de réduire le coût de réparation des dommages causés par les cyclones et permettre à la population de produire en toute sécurité sur les terres irriguées, il est plus que nécessaire de mettre en œuvre la standardisation de la construction d’infrastructures hydro-agricoles pour les rendre bien plus résistants et durables face aux différentes catastrophes naturelles à venir.