dimanche , 29 janvier 2023
enfrit
Des chiffres aberrants qui rélèvent le travail qui reste a fournir à Madagascar

48% DES MALGACHES NE SAVENT NI LIRE NI ECRIRE!

8 septembre, comme beaucoup ne le savent pas c’est la journée mondiale de l’alphabétisation. En clair, une journée célébrée  par moult discours et promesses qui vont tous se résumer par : « mais oui…nous allons réduire le taux d’analphabétisation de notre cher pays ! ».
Car les pourcentages sont affligeants. Nous sommes en 2007, au XXIè siècle, l’ère du tourisme dans l’espace (encore un peu cher peut être !), du portable qui fait non seulement téléphone mais aussi agenda, ordinateur, télé, radio et qui va sans doute bientôt faire carte de crédit…et nous pouvons encore compter 48% d’analphabètes !(dans certaines régions – reculées – telles que l’Androy ce taux flirte même avec les 80%).
Ironique, pour ne pas dire malheureux. Le pire dans tout cela, c’est qu’il ne faut même pas aller chercher aussi loin pour voir l’énorme décalage dont souffre le pays. Inutile d’aller chercher une comparaison outre Océan Indien, prenons juste la capitale, notre chère ville des milles guerriers (Antananarivo).D’un côté les cybercafés fleurissent comme des champignons et ne désemplissent pas, essayez de trouver un place à 12h ! Il faut dire qu’avec des prix qui deviennent de plus en plus attractifs les malgaches et particulièrement les jeunes passent de plus en plus de temps devant ce nouveau petit écran (qui ne va pas tarder à supplanter le premier). Les tarifs vont parfois jusqu’à 15 ar la minute, (quasiment) une bagatelle ! D’un autre côté le nombre de mendiants lui non plus ne semble pas vouloir diminuer. Ils sont de plus en plus jeunes et de plus en plus nombreux à guetter les vazaha aux portes des magasins pour obtenir une pièce.
Plus qu’un problème d’éducation, ces chiffres révèlent toutes les disparités dont souffre le pays. La population aisée qui peut se permettre d’aller chiner, non pas à Pékin, mais à Bangkok ou d’envoyer ses enfants étudier en France…fait un bras de fer avec  Monsieur tout le monde qui lui peine à boucler ses fins de mois. Espérons toutefois qu’avec le programme du MAP qui vise à atteindre un taux d’alphabétisation de 80% en 2012 ces différences vont s’estomper…en diminuant le taux de pauvreté et non l’inverse…