samedi , 2 juillet 2022
enfrit
Les langues commencent à se délier. A quelques jours de la commémoration de la tuerie du 7 février 2009, des révélations accablantes ont été effectuées par l'ancien président Albert Zafy.

Albert Zafy: Des révélations accablantes sur le 7 février

Depuis deux ans, les collaborateurs du président de la Transition, Andry Rajoelina, se sont évertués à démontrer à travers cet incident que Marc Ravalomanana est un tueur.

Tout risque de basculer dorénavant. Pour la première fois, un acteur politique malgache a pris l’initiative de donner de manière solennelle une autre version de la tuerie du 7 février.

La garde présidentielle s’est limitée à tirer 18 balles ce jour. Le rapport des militaires est déjà connu. Albert Zafy a tenu à préciser que des tirs provenaient des partisans de Rajoelina.  Le but serait de faire une quarantaine de morts afin d’accabler Marc Ravalomanana. Selon toujours Albert Zafy, il a été même question pour le camp Rajoelina de  « sacrifier » au moins quarante personnes pour être assuré d’accéder au pouvoir.

Depuis deux ans, personne n’évoquait effectivement les tirs qui provenaient des deux bâtiments jouxtant le palais présidentiel alors qu’en 2009, les photos des fusils qui rafalaient à partir du bâtiment du trésor a circulé pendant un certain temps. La garde présidentielle était pourtant postée au palais d’Ambohitsorohitra.