jeudi , 18 août 2022
enfrit

Austérité budgétaire: une politique de l’incertitude

Depuis l’avènement de l’autorité de transition, la gestion du trésor public a toujours été soumise à la politique d’austérité. Préoccupés par l’austérité budgétaire expérimentée au cours des deux dernières années, les membres du Conseil Supérieur de la Transition (CST) ont passionnément abordé la question tout en respectant l’équipe gouvernementale, lundi dernier. Ils ont notamment interpellé le gouvernement transitionnel à propos de la raison de l’application d’une telle politique dans une période où les projets miniers géants sont supposés générer des millions de dollars de revenus pour l’Etat.

Selon le ministre des Finances, Hery Rajaonarimampianina, « on ne savait pas exactement quand la crise se terminerait, nous avons donc dû adopter une politique de prudence ou même austérité budgétaire. » Il a également dit que l’austérité budgétaire est due à l’absence d’aides extérieures et à la diminution du chiffre d’affaires internes. Toujours selon le ministre, la loi de finances pour l’année 2013 a déjà été adoptée et elle est toujours soumise à des réductions importantes, surtout dans les projets relatifs aux services publics. Il est à noter que les dépenses publiques en 2013 seront marquées par une légère augmentation s’élevant à 264,3 milliards de MGA par rapport à celles de 2012. En bref, la politique d’austérité budgétaire continue, la vie économique des Malgaches, qui sont plus de 20 millions en l’an 2013 tournera toujours autour de l’incertitude, de l’appréhension et d’un peu plus de pauvreté.