dimanche , 23 juin 2024
enfrit
A juste titre, l’ancien président Albert Zafy a tenu à rappeler à Andry Rajoelina que c’est par la suite d’un consensus politique qu’il a été désigné chef de la Transition et non pas à travers une élection. Le président de la Transition est accusé par Albert Zafy d’être à l’origine du blocage de la nomination des nouveaux membres du gouvernement de la Transition.

Blocage politique : Albert Zafy pointe du doigt Andry Rajoelina

Le président de la Transition, Andry Rajoelina, veut gouverner avec les ministres qu’il a nommés avant les accords entre les mouvances politiques, si aucun consensus sur les ministères clés n’est trouvé. Cette initiative « est contre l’esprit de Maputo et d’Addis-Abeba », rétorque Albert Zafy, l’un des chefs de mouvance politique malgache.

La mise en place du nouveau gouvernement est devenue une nouvelle crise dans la crise politique de la Grande Ile. « Il n’y a plus de gouvernement à Madagascar » spécifie Albert Zafy. La nomination des nouveaux ministres du gouvernement de consensus est pour lui l’unique voie de sortie de crise. Car il considère les ministres de l’ancienne Haute Autorité de Transition comme « démissionnaires » depuis le départ de Monja Roindefo et depuis la nomination du Premier ministre de consensus, Eugène Mangalaza.

Pour sa part, le nouveau Premier ministre, depuis sa prise de fonction, s’est abstenu effectivement d’entrer en contact avec les ministres de la HAT. Il a préféré organiser des séances de travail avec les Secrétaires généraux des ministères.

Les médiateurs internationaux ne veulent pas, malgré tout, dramatiser la situation. Ils estiment qu’une rencontre des chefs de mouvances n’est plus nécessaire, car « il ne reste plus que l’attribution de quelques postes ministériels ».