lundi , 15 juillet 2024
enfrit
Le ministre de la Défense nationale du gouvernement de la transition prend « au sérieux » la déclaration du COMESA sur l’éventualité d’une intervention militaire à Madagascar. Pour y faire face, le chef des armées prépare déjà… un dossier.

Col Rakotonandrasana : un dossier pour se parer à une intervention militaire étrangère

Le ministre Noël Rakotonandrasana affirme que l’armée malagasy sera préparée pour résister à une éventuelle intervention d’une force de pacification. « Tout doit être pris au sérieux, même si c’est une information minime ou une intox », a-t-il déclaré. La mise en garde du COMESA et la déclaration d’intention du président Ravalomanana sont « à considérer pour pouvoir se préparer en cas d’intervention ».

Peut-on être prêt à un conflit armé en quelques jours même si le ministère de la défense « prépare déjà un dossier pour se parer à cette éventualité ». Quoiqu’il en soit, le colonel Rakotonandrasana affirme que la sécurité et la surveillance des côtes ont été renforcées depuis déjà quelques semaines. On s’attend à un éventuel débarquement de ces forces armées venant de l’Afrique sur la partie Est de Madagascar.

Le colonel qui a été l’une des têtes pensantes de la mutinerie conduisant une faction de l’armée à appuyer ce qui est qualifié de coup d’Etat par la communauté internationale n’affiche pas une réelle détermination. Noel Rakotonandrasana ne serait pas un va-t-en-guerre. « C’est tant mieux s’il n’y a pas d’intervention étrangère », dit-il, affirmant que « personne ne veut un affrontement ». 
 
Les colonels Rakoronandrasana et Ndriarijaona, respectivement ministre de la défense nationale et chef de l’Etat-major ont été récompensés de leur participation au renversement du président Ravalomanana puisqu’ils sont toujours à leur poste au détriment des généraux de l’armée. Le premier a remis les résolutions des assises militaires à celui qu’ils ont porté au pouvoir.

« L’armée ne sera plus utilisée pour défendre un intérêt personnel ni à des fins politiques », suggère la résolution. Une plate-forme sera créée en collaboration avec la société civile afin d’éviter l’utilisation abusive des forces armées. Une procédure claire sera définie pour que les interventions des militaires soient efficientes.

Andry Rajoelina a déjà promis de donner aux militaires les avantages qu’ils souhaitent. Le ministre Rakotonandrassana demande plus. Il veut que son département gère directement les salaires sans passer par le ministère des Finances. Des fonds immobiliers et des fonds de secours sont aussi prévus. Il ne s’agit pas de refaire « l’erreur » du président Ravalomanana qui a réservé beaucoup  plus d’argent à l’éducation et à la santé plutôt qu’à l’armée.