lundi , 23 mai 2022
enfrit
Les militaires sous les ordres de la Haute Autorité de transition ont économisé les grenades lacrymogènes, mercredi, quand des manifestants ont défilé dans les rues de la capitale pour tenter d'accéder à la place de la Démocratie, devenue place interdite. Des proches du régime de transition ont préféré envoyer un groupe de jeunes pour lancer des pierres sur les manifestants. Le chaos et la panique ont vite atteint le centre d'Antananarivo.

Des civils jouent au sheriff et lancent des pierres sur des manifestants à Analakely

Des civils envoyés pour casser des manifestations politiques, ce serait la nouvelle idée des collaborateurs de la Haute Autorité de transition pour essayer de renverserla vapeur. Les contestations, à différents niveaux, se sont en effet amplifiées au cours des derniers jours. Un « comité de salut public » a été mis en place par le professeur Paul Rajaonarivelo à la suite de la manifestation organisée par la radio Free FM et sévèrement réprimée par les militaires de la HAT, samedi 19 mai. La répression a été fortement critiquée, raison pour laquelle les militaires ont fait preuve de retenu lors de la dernière manifestation, mercredi, sauf qu’à la place des forces de l’ordre ce sont des civils qui ont été envoyés pour agir violemment.