mardi , 31 janvier 2023
enfrit
Une double cérémonie militaire a eu lieu au palais de Iavoloha, sous la direction du président de la Transition, Andry Rajoelina. Certains généraux ont pourtant brillé par leur absence.

Des généraux boycottent une cérémonie d’adieu aux armes

L’armée veut s’afficher derrière Andry Rajoelina. Et ce dernier veut s’afficher aux côtés de l’armée. Une double cérémonie militaire a été ainsi organisée le 23 décembre au palais de Iavoloha. Il s’agissait d’une remise de drapeau aux nouveaux généraux promus cette année, et d’un adieu aux armes pour les généraux retraités.

L’image était assez forte. En pleine crise et après le clash d’avec les autres mouvances politiques, Andry Rajoelina veut faire savoir que l’armée est avec lui. Le message est clair. Mais la situation n’est pas si facile à gérer. Des généraux avaient a priori refusé de dire adieu aux armes. L’absence du général Edmond Rasolomahandry, chef de l’état-major général des armées du temps de Marc Ravalomanana, a été très remarquable. Il n’était pas le seul. Le général Radavidson, également réputé proche du président déchu, n’était pas présent non plus.

Au total, 18 généraux ont été admis à la retraite cette année. Une vingtaine d’autres ont été promus. Parmi eux, le ministre des forces armées, Noël Rakotonandrasana, et le chef de l’état-major, André Ndriarijaona.