vendredi , 1 juillet 2022
enfrit
Les militaires envoyés pour traquer le chef de bande Remenabila dans le sud de Madagascar n'ont pas réussi à mettre la main sur l'homme qui est à l'origine de la mort d'une dizaine de gendarmes. L'opération militaire a pourtant fait des dégâts collatéraux.

Echec de l’opération militaire contre Remenabila

L’attaque du village de Remenabila n’a pas permis de l’arrêter. Les militaires étaient pourtant particulièrement violents, car ils ont incendié tous les villages soupçonnés d’abriter des bandits. Ce qui est inédit. Des proches de Remenabila ont été pourtant tués, sans que l’on sache s’ils sont, eux aussi, des vrais bandits. Un communiqué de la cellule de communication sur l’opération militaire évoque la mort de l’épouse de Remenabila et de son fils. Remenabila, lui, a eu suffisamment de temps pour disparaître dans la nature. L’opération a été en effet annoncée plusieurs semaines à l’avance alors qu’il faut deux jours de marche pour atteindre la localité d’Iabohazo, le fief de Remenabila.