samedi , 21 mai 2022
enfrit
Elevage porcin: Haro sur le recours à des hormones

Elevage porcin: Haro sur le recours à des hormones

Les autorités sanitaires ont tiré la sonnette d’alarme sur l’utilisation d’hormones par certains éleveurs pour engraisser les porcs. Ce sont surtout les hormones utilisées en injection, à partir du contraceptif dénommé « confiance », qui sont mises à l’index.

L’utilisation de l’injection sur les porcs a permis une croissance assez rapide des porcs. D’où la grande tentation chez certains éleveurs malgaches. Car la pratique avait facilité l’engraissement et la vente rapide.

Toutefois, les autorités sanitaires avaient lancé l’alerte : les effets néfastes sur la santé humaine du recours à ces hormones destinées à la contraception féminine sont avérés. « Les hormones restent au sein du porc durant neuf mois alors que pour un élevage à cycle court, les porcs sont au bout de cinq à six mois déjà abattus. La consommation des viandes encore imbibées d’hormones n’est pourtant pas saine », explique un cadre du ministère de la santé.

Un médecin parle ainsi de possibilité de perte de mémoire précoce, de risque de cancer, de fragilité osseuse ou encore d’éventuelle infécondité chez la femme. A Madagascar, la loi 2006-030 sur la pratique de l’élevage interdit le recours à des substances anabolisantes sur les animaux destinés à la consommation humaine.

« Le recours à ce genre de substance est passible d’amende et d’emprisonnement », explique un éleveur professionnel qui a dénoncé la pratique. Pourtant, après analyse effectuée par des laboratoires, environ 80% des viandes de porc sur le marché de certaines régions du pays semblent imbibées de cette substance. Les contrôles seront renforcés selon le ministère de l’élevage à Madagascar.