mardi , 31 janvier 2023
enfrit
Les chefs militaires qui ont soutenu Andry Rajoelina depuis le début de la crise politique commencent à prendre une certaine distance vis-à-vis du régime transitoire. Ils ont signé une lettre d'engagement de neutralité, notamment à l'approche de la période électorale à Madagascar.

Engagement de neutralité des chefs militaires

Certains parlent d’engagement plutôt tardif. Quatre ans après le coup d’Etat qui a vu la contribution de militaires proches du président de la Transition, Andry Rajoelina, les principaux responsables militaires ont enfin réagi. Ils sont convaincus, entre autres, que « les élections constituent la seule voie de sortie de la crise politique vécue depuis quatre ans » et que « la neutralité politique des éléments des Forces de l’ordre constitue un garant de l’organisation des élections, justes, démocratiques, crédibles et transparentes ». Les chefs militaires s’engagent donc à « observer une neutralité politique absolue lors des élections à venir… »

La lettre d’engagement des chefs militaires a été envoyée auprès de toutes les institutions de la Transition et aux représentants de la Communauté internationale à Antananarivo ainsi qu’à la Commission nationale électorale. Les signataires sont le général de division, Ravalomanana Richard, Commandant de la Gendarmerie nationale, le Contrôleur Général de police, Rakotondratsima Désiré, Directeur Général de la police nationale, le Général de division, Ndriarijaona André, Chef de l’état-major général de l’Armée, le général de division Randrianazary, Secrétaire d’Etat chargé de la gendarmerie nationale, le contrôleur général de police, Rakotondrazaka Arsène, Ministre de la Sécurité Intérieure, et le général de Corps d’armée, Rakotoarimasy André Lucien, Ministre des Forces Armées.