mardi , 31 janvier 2023
enfrit
Des militaires ont affiché leur désaccord vis-à-vis de la Haute Autorité de la Transition. Le président de l’association des sous-officiers, Daniel Ratsimihafindramanana, a été arrêté après une première mobilisation dans un camp de la capitale.

Grogne dans l’armée : Le président d’un groupement de sous-officiers arrêté

Une mutinerie dans un camp. Ce n’est pas nouveau. La Haute Autorité de la Transition, elle, a pris le taureau par les cornes avant que la situation ne dégénère en sa défaveur.

Très tôt le matin du lundi 28 décembre, un groupe de militaire du Régiment d’appui et de Soutien (RAS), sis à proximité du ministère de la défense, a annoncé la couleur. Ces sous-officiers ont appelé leurs frères d’armes à se regrouper pour soutenir la mise en œuvre des accords de Maputo et d’Addis-Abeba. La réaction ne se faisait pas attendre dans le camp de la HAT.

Le président de l’association des sous-officiers de Madagascar, l’adjudant –chef Daniel Ratsimihafindramanana, a été arrêté. Il est enquêté par la gendarmerie. Selon les médias proches de la HAT, le sous-officier aurait distribué de l’argent à des militaires pour défendre sa cause.

L’incident du RAS apparaît comme un nouveau signe de tension au sein de l’armée malgache. Très récemment, c’étaient des officiers qui ont affiché une certaine réticence vis-à-vis des initiatives de la HAT. La crise politique a eu ses impacts dans les rangs de la grande muette. C’est une mutinerie dans l’armée qui a conduit à la chute de Marc Ravalomanana en mi-mars 2009. Mais une frange de l’armée, qui a choisi de se taire, lui est restée fidèle. La première tentative de mobilisation a échoué mais rien ne dit que la situation est entièrement maîtrisée.