vendredi , 1 juillet 2022
enfrit
Les entités politiques qui soutiennent le chef de la Transition, Andry Rajoelina, vont signer une feuille de route qui n'est pas acceptée par l'opposition. Une initiative qui risque d'aggraver la crise politique malgache. La mission de la SADC, à Antananarivo, depuis le début de la semaine, avait du mal à convaincre les protagonistes à trouver un terrain d'entente.

Impossible accord entre l’opposition et le régime de Transition

Signature ou pas, la crise actuelle est loin d’une véritable solution durable. Car aucun consensus n’a été dégagé au bout de plusieurs jours de discussion. Les mouvances de l’opposition sont en colère. Mais les chefs militaires du régime de Transition lancent un avertissement ferme. Le but est de tuer dans l’oeuf toute velléité de contestation.

Le désaccord entre les acteurs de la crise concerne toujours le retour au pays de l’ancien président, Marc Ravalomanana. La proposition de la SADC, qui préconise un retour sans condition du président déchu et de tous les exilés politiques malgaches à l’étranger, n’est pas du goût de la Haute Autorité de la Transition. Au nom de la souveraineté nationale, Andry Rajoelina et ses partisans décident de continuer seuls la route.