mercredi , 10 août 2022
enfrit
La présidente de la Commission Électorale nationale indépendante estime que si les problèmes politiques ne sont pas réglés avant le 20 août prochain, il sera difficile d'organiser les élections présidentielles cette année. Car le temps des préparatifs ne suffira plus pour tout mettre en place. C'est un moyen pour Atallah Béatrice d'interpeller notamment les trois candidats contestés par une partie de la communauté internationale.

La CENIT interpelle les politiques

Mais pour le moment, il est difficile, voire impossible, d’obtenir le retrait de Lalao Ravalomanana, de Didier Ratsiraka et d’Andry Rajoelina. Les trois candidats sont toujours dans la course pour le moment. La CENIT veut donner l’impression d’une bonne volonté. Mais la crise politique est toujours difficile à résorber. Mais en tous cas, l’équipe de la CENIT est en train de préparer psychologiquement la population, les acteurs politiques et la Communauté internationale que les élections ne vont pas avoir lieu cette année.