vendredi , 1 juillet 2022
enfrit
La chambre du commerce et de l’industrie et de l’Artisanat d’Antananarivo (CCIAA) présente le Meva Fashion Week, les 09 et 10 avril 2010 à Antaninarenina. C’est un événement qui fait la promotion de la mode comme un secteur industriel potentiel. Les stylistes malgaches présentent des produits qui ont été élaborés dans le cadre d’une formation en vue d’orienter leur production en habillement et accessoires vers un marché plus ambitieux.

La Chambre de commerce veut industrialiser la mode made in Madagascar

L’association Meva est le partenaire privilégié de la CCIAA dans ce projet de faire passer le métier de la mode de l’artisanat à l’industrie. Les deux parties s’associent pour moderniser la mode et les productions des stylistes malgaches en tenant compte des ressources et des matières dans le pays. « Montrer que Madagascar peut faire preuve de créativité dans le domaine de la mode », tel est l’ambition affichée.

Des stylistes malgaches ont suivi une formation en design qui les a aidés à s’émanciper dans leur discipline. Sous l’impulsion d’un maître en créativité, l’artiste créateur et designer Joël Andriamanerasoa, l’atelier a été axé sur des travaux de création dont l’imagination est la seule limite. Ces nouveaux produits sont les premiers pas vers l’industrie de la mode. Les produits d’habillement et accessoires créés par les stagiaires seront présentés au Meva Fashion Week. A part l’exposition et le défilé, l’événement est aussi un concours. Le gagnant aura la chance de suivre une formation dans une école de mode à l’étranger.

Selon Jean Gabriel Harison, président de la CCIAA, le marché de la mode est porteur à Madagascar mais les créateurs malgaches n’en bénéficient pas. « Ce sont des valeurs ajoutées apportées par d’autres pays qui entrent chez nous », souligne-t-il. Les produits chinois sont omniprésents et font concurrence aux rares produits locaux. « Il faut reconquérir le marché local par des produits malgaches », lance le président de la CCIAA. Le label malagasy n’occupe encore qu’une niche de marché. Le T-shirt est le seul vêtement à être produit de manière industrielle et en grande quantité. Le prix a baissé et les articles ne sont plus consommés exclusivement par les étrangers. Le renouvellement du design a contribué à ce nouvel engouement des locaux.