mardi , 31 janvier 2023
enfrit
Pour l’année 2010, la loi de finances est un vrai mystère. La Haute Autorité de la Transition a pris le soin de ne pas divulguer son contenu.

La loi de finances 2010 à la Haute Cour Constitutionnelle

Sans parlement, les autorités de fait de la Grande Ile n’ont le choix que de tout légiférer par ordonnance signée par le président. C’est le cas pour la loi de finances 2010 qui sera a priori approuvée sans aucun débat contradictoire.

La Haute Cour Constitutionnelle devra en effet se prononcer sur la légalité de la loi de finances 2010. Ce n’est qu’une question de procédure. Le budget 2010 est enveloppé de mystère. Les débats au niveau de l’Assemblée Nationale avaient permis auparavant de mieux appréhender les problématiques des budgets de l’Etat. Dans le contexte actuel, le projet de budget a été préparé en catimini, avant de passer aux juges constitutionnels.

Beaucoup de question restent sans réponse : comment l’Etat va combler le vide laissé par les financements extérieurs ? Dans quel état se trouvera la trésorerie nationale sans ces apports habituels ? Et quels seront les sacrifices nécessaires ?

La grande majorité des donateurs ont en effet décidé de geler leur aide à Madagascar. Les ressources locales n’ont pourtant pas permis au cours des dernières années d’assurer tous les besoins de financements locaux.