vendredi , 1 juillet 2022
enfrit
Une nouvelle rencontre entre les quatre chefs de mouvances politiques, signataires des accords de Maputo et d'Addis-Abeba, n'est pas exclue, a affirmé le chef de la délégation de la SADC, Leonardo Simao, qui est actuellement à Antananarivo pour tenter de relancer le processus de sortie de crise pour Madagascar.

La SADC voudrait relancer une rencontre des chefs de mouvances politiques

En fin 2009, Andry Rajoelina, Marc Ravalomanana, Didier Ratsiraka et Albert Zafy avaient signé des accords politiques sous l’égide de la communauté internationale afin de mettre fin à la crise malgache. Plus d’un an après, la situation est loin de l’apaisement attendu à l’époque.

Andry Rajoelina a souhaité, à tout prix, pousser la Grande Ile vers une quatrième République plus qu’aventureuse. L’opposition n’a pas suivi en effet le processus après l’échec de l’application des accords signés. 

Pour atteindre son objectif, Andry Rajoelina, chef de la Transition depuis le coup d’Etat de mars 2009, était contraint de gouverner par la force. Quelque 300 individus, dont une cinquantaine de militaires, ont dû être incarcéré pour différents motifs. Un référendum, très contesté par les opposants et la société civile, a été organisé le 17 novembre. Et, aujourd’hui, les partisans de Rajoelina exclut toute idée d’un retour à la table des négociations.