mardi , 9 août 2022
enfrit
La situation s'envenime. Le débat démocratique n'a plus sa place dans la transition. C'est le dialogue de sourd qui prévaut. La mouvance Ravalomanana projette de revenir dans la rue. Ou plus précisément sur la place de la démocratie, devenue inaccessible. Mais cette mouvance n'est pas la seule à vouloir s'exprimer dans la rue. Les gérants de la radio Free FM, en cas de fermeture de la station par les autorités, ont promis d'aller sur la place du 13 mai.

Le débat démocratique revient dans la rue

Les prochains jours risquent d’être chauds. C’est cette semaine qu’expire en effet le délai imparti par le ministère de la communication à la radio Free FM pour que la station se conforme à ses injonctions. A savoir, reprendre l’ancienne grille de programme de la radio, en clair supprimer les émissions politiques qui dérangent les autorités. Sur le terrain politique, les parlementaires de la mouvance de l’ancien président, Marc Ravalomanana, veulent rencontrer la population de la capitale, dans la rue également.

Il n’y a aucun rapport entre ces deux mouvements. Mais ils risquent tous deux d’ébranler la Haute Autorité de la transition, qui multiplie les gesticulations pour tenir bon. Le chef de la transition, Andry Rajoelina, a dirigé diverses manifestations au cours des derniers jours pour marquer sa présence à la barre: inauguration, reboisement etc.