samedi , 2 juillet 2022
enfrit
Le parti de l'ancien Premier ministre de la Haute Autorité de la Transition se positionne par rapport à l'organisation éventuelle d'un dialogue national. Le Monima estime que les "Ray aman-dreny Mijoro" et le collectif d'association qui s'attellent sur la question n'ont fait que valider la proposition de feuille de route du chef de la Transition, Andry Rajoelina. Un communiqué du parti spécifie notamment: "Aux yeux du MONIMA et de son Président National MONJA Roindefo, la démarche de la coalition des organisations de la Société Civile et des " Raiamandreny Mijoro" qui l’accompagnent, s’inscrit nettement dans une logique de simple validation de la feuille de route , décidée unilatéralement par la seule mouvance Andry Rajoelina en Mai 2010.Le MONIMA dénonce une telle démarche exclusive pour concevoir et réaliser le dialogue ou la Conférence Nationale .En effet, cette « Alliance » ne représente qu’une partie de la société civile…En aucun cas, son entreprise ne pourra sortir le pays de la crise, par l’instauration d’une IVè République stable et démocratique".

Le Monima critique les organisateurs du dialogue national

Le parti de l’ancien Premier ministre de la Haute Autorité de la Transition se positionne par rapport à l’organisation éventuelle d’un dialogue national. Le Monima estime que les « Ray aman-dreny Mijoro » et le collectif d’association qui s’attellent sur la question n’ont fait que valider la proposition de feuille de route du chef de la Transition, Andry Rajoelina. Un communiqué du parti spécifie notamment: « Aux yeux du MONIMA et de son Président National MONJA Roindefo, la démarche de la coalition des organisations de la Société Civile et des  » Raiamandreny Mijoro » qui l’accompagnent, s’inscrit nettement dans une logique de simple validation de la feuille de route , décidée unilatéralement par la seule mouvance Andry Rajoelina en Mai 2010.Le MONIMA dénonce une telle démarche exclusive pour concevoir et réaliser le dialogue ou la Conférence Nationale .En effet, cette « Alliance » ne représente qu’une partie de la société civile…En aucun cas, son entreprise ne pourra sortir le pays de la crise, par l’instauration d’une IVè République stable et démocratique ».