vendredi , 1 juillet 2022
enfrit
La sortie de crise connaît de réelles difficultés dans la Grande Ile. Le projet de feuille de route rencontre de nombreux obstacles. Dans une déclaration commune, le médiateur de la SADC, Joaquim Chissano, ainsi que l'ancien président Marc Ravalomanana sont tous les deux convaincus que les négociations entre les différentes entités politiques doivent se poursuivre. Toutefois, le camp de l'actuel chef de la transition ne souhaite guère entendre parler de nouveaux pourparlers. Andry Rajoelina estime que le projet de feuille de route récemment présenté par l'émissaire de la SADC à Antananarivo et qui lui donne un important avantage ne devrait plus être négocié. A moins d'un changement de point de vue dans l'un ou l'autre camp, la finalisation de la feuille de route de sortie de crise risque de devenir une mission impossible.

Le projet de feuille de route risque l’impasse

La sortie de crise connaît de réelles difficultés dans la Grande Ile. Le projet de feuille de route rencontre de nombreux obstacles. Dans une déclaration commune, le médiateur de la SADC, Joaquim Chissano, ainsi que l’ancien président Marc Ravalomanana sont tous les deux convaincus que les négociations entre les différentes entités politiques doivent se poursuivre. Toutefois, le camp de l’actuel chef de la transition ne souhaite guère entendre parler de nouveaux pourparlers. Andry Rajoelina estime que le projet de feuille de route récemment présenté par l’émissaire de la SADC à Antananarivo et qui lui donne un important avantage ne devrait plus être négocié. A moins d’un changement de point de vue dans l’un ou l’autre camp, la finalisation de la feuille de route de sortie de crise risque de devenir une mission impossible.