samedi , 2 juillet 2022
enfrit
Les lampions : Une tradition pérennisée pour les festivités du 26 juin
Une pratique loin d'être démodée, avec les lampions de fabrication traditionnelle du pays.

Les lampions : Une tradition pérennisée pour les festivités du 26 juin

La fête nationale est marquée jusqu’à présent par la fête des lampions, les soirs du 25 juin et du 26 juin dans une ambiance bon enfant, dans les rues des grandes villes de Madagascar.

Traditionnellement appelés « arendrina », les lampions de fabrication manuelle malgache subissent toutefois, depuis quelques années, la rude concurrence  des produits venus d’Asie, souvent à bon marché, mais qui dénaturent un tout petit peu les pratiques d’antan.

« Nous incitons les parents et les enfants à continuer à utiliser les arendrina traditionnels pour nous distinguer des autres nations », argumente un artisan qui fabrique les lampions étincelés à la bougie, et produits avec du papier coloris.

C’est un message qui a été a priori reçu par le public. Car, depuis un certain temps, l’on constate une utilisation simultanée par la population des lampions de fabrication traditionnelle malgache et des différentes sortes de gadgets chinois d’illumination pour agrémenter les soirs du 25 et du 26 juin.

Même si, pour des raisons de sécurité, les podiums du 26 juin ont été bouclés dès 17h, cela n’a pas empêché le public de déambuler dans les rues d’Antananarivo, avec les lampions au rythme des chants et des cris de joie.

Peu d’incidents ont été notés, pour les festivités du 26 juin, pour cette année. Du moins pour la capitale, si, au contraire, à Mandritsara, au Nord-Ouest, une bousculade lors des feux d’artifice a débouché sur la mort de deux enfants. En 2016, on se souvient que le spectacle du stade de Mahamasina a été marqué par un attentat à la grenade qui a fait trois morts, mais qui n’a pas été élucidé jusqu’à présent.

La fête a été ainsi plutôt courte, cette année, mais l’ambiance des lampions a comblé le vide. Un peu partout dans la ville, des fabricants de lampions continuent à batailler chaque année pour pérenniser leur produit fétiche. Quoique, pour concurrencer les produits importés, les arendrina nécessitent aussi l’importation de produits divers qui deviennent également assez rares sur le marché quelquefois.

« Je ne retrouve plus les papiers de meilleure qualité pour la fabrication des arendrina, mais nous nous efforçons d’innover pour garder l’enthousiasme du public », raconte un artisan.