vendredi , 1 juillet 2022
enfrit
Les environs de la capitale sont de nouveau secoués par des litiges fonciers de plus en plus compliqués à résoudre. Pourtant, au tribunal, le traitement des dossiers dure toujours plusieurs années.

Les litiges fonciers en hausse

L’une des récentes victimes de ce genre de litige est l’église adventiste, dont un terrain à elle légué depuis plusieurs années viennent d’être squattés par de nmbreuses familles regroupées au sein d’une association fraîchement improvisée.

Le ministère de l’agriculture a également connu la mésaventure. Un terrain de culture a été occupé de force par des squatters. Ce n’est pas la première fois que cela arrive dans les environs d’Antananarivo. De nombreux terrains titrés à des particuliers sont squattés. Des constructions illicites sont tout de suite entamés. Les propriétaires légaux n’ont que le tribunal comme recours. Mais il faut généralement une dizaine d’années pour pouvoir évacuer les occupants illicites des terrains.