lundi , 23 mai 2022
enfrit
La présidence de la Haute Autorité de la Transition s'est permise de refuser la nomination d'un membre de la Commission électorale nationale indépendante. Sans polémiquer sur l'identité de la personne, certains acteurs politiques sont persuadés que cette histoire d'indépendance n'est qu'une farce, puisque c'est la présidence qui a de toute façon le dernier mot. Ralitera Andrianandraina, ancien prisonnier politique, a été désigné par le ministère de la Décentralisation pour représenter le département au sein de la CENI, mais sa nomination a été refusée par le président de la HAT.

L’indépendance de la CENI, un vrai canular

Les représentants des divers Corps de métier ont été déjà nommés officiellement au sein de la CENI. Seul le nom de Ralitera a été rayé et remplacé. C’est une personnalité gênante pour la HAT. Cet ancien responsable de la sécurité de la Haute Cour Constitutionnelle est sorti de prison en 2011. Il a été arrêté par les militaires de la HAT en 2009, pour des motifs liés à la crise politique malgache. Depuis sa sortie de prison, la situation politique a quelque peu évolué. Et sa femme, Ihanta Randriamandranto, également ancienne prisonnière politique, a intégré le gouvernement d’union nationale au titre de la mouvance de l’ancien président, Marc Ravalomanana.