vendredi , 1 juillet 2022
enfrit
Les parcs nationaux, notamment ceux de la partie Nord de Madagascar, ont fait l’objet de pillage en règle depuis quelques temps. Les autorités locales tentent de déployer les grands moyens pour limiter les dégâts.

Lutte contre les pillages dans les parcs nationaux

C’est le reflet d’une gabegie au niveau de la gouvernance locale et nationale. « Chaque fois qu’une instabilité politique se fait sentir, les forêts font l’objet de pillages » explique un fonctionnaire du ministère de l’Environnement.

Depuis quelques mois, les parcs nationaux de la région Nord de Madagascar font l’objet d’exploitation illicite et sauvage. Les fameux bois de rose font plus particulièrement le bonheur des pilleurs, compte tenu notamment de son prix sur le marché international. Le mètre cube se négocierait en effet autour de 3000 euros, voire au-delà. 

Depuis une semaine, les autorités locales tentent de prendre le taureau par les cornes. Le parc Masoala, au Nord-Est de la Grande Ile, serait depuis quelques jours cerné par les forces de l’ordre. Des exploitants illicites ont été arrêtés selon les autorités locales. 

Des membres des forces de l’ordre ont été même soupçonnés de favoriser les exploitations illicites de bois précieux dans les parcs nationaux du Nord du pays. Pour sa part, le chef de la région Analanjirofo, Saina Michel, a affirmé récemment que sa signature et son titre ont été usurpés par des exploitants illégaux de bois  de rose. 

Les opérations en cours devraient permettre aux autorités locales de mieux maîtriser le pillage des forêts du Nord de la Grande Ile.