dimanche , 29 janvier 2023
enfrit
Les habitants de la ville portuaire de l'Est, Toamasina, étaient descendus dans la rue, en début de semaine, et prévoit une autre manifestation vendredi 26 octobre, pour dénoncer certains abus perpétrés par des proches du régime de transition. Le mouvement est également axé sur des revendications sociales liées à des problèmes fonciers et à la suppression d'emploi au sein du projet minier, Ambatovy.

Manifestation de rue à Toamasina pour contrer les abus des proches de la HAT

C’est un mouvement dénommé « Tsisy miala eto niany » qui est à l’origine de la mobilisation de Toamasina. C’est un dénommé Rakotomalala Henri, plus connu sous son surnom Riri Be, qui dirige le mouvement. Celui-ci a même lancé un ultimatum à l’endroit du régime de Transition. Les revendications seront probablement politisées si les dirigeants ne trouvent pas de solutions avant le 5 novembre. Le mouvement a démandé notamment une indemnisation pour les employés licenciés du projet Ambatovy. Riri Be évoque également le cas des personnes chassées de leur terre au nord de la ville. L’abus des proches du pouvoir, dans une affaire de détournement au port a été aussi cité. Une plainte est en cours et les meneurs du mouvement « Tsisy miala eto niany » attendent la suite des événements.