mardi , 18 janvier 2022
enfrit

Milieu carcéral: plus de 50% des détenus souffrent de detresse psychologique

En 2010, une étude sur la santé mentale des détenus a montré que plus de 50% d’entre eux souffrent de troubles psychologiques, causé principalement par la dégradation de l’environnement de détention. Cette dégradation est principalement causée par le surpeuplement : près de 18 800 détenus pour seulement 10 199 places disponibles. En plus de cela, la faiblesse de l’infrastructure carcérale et déficit budgétaire de l’administration pénitentiaire du fait de la crise économique qui perdure, y mettent leur grain de sable.
En effet, en raison de la crise, les conditions dans les centres de détention à travers le pays se sont aggravées ces dernières années. Une enquête menée le 4 Avril 2010 sur 625 détenus des prisons d’Antananarivo et de Vatomandry a montré que : 41,4% des détenus ont déploré les conditions difficiles ainsi que les dangers quotidiens de ces centres de détention ; 51, 4% de la population soumise à l’enquête souffrait de troubles émotionnels et psychologiques. L’enquête a souligné que les symptômes de troubles psychologiques sont plus visibles dans les prisons des détenus, surtout avant l’incarcération et pendant les 30 premiers jours de prison. Les symptômes comprennent 80% de profonde tristesse, 50% de découragement, plus de 40% de fatigue, 40% de désespoir et 35% d’insomnie. En somme, plus de 50% des détenus sont frappés par la détresse psychologique.