vendredi , 1 juillet 2022
enfrit
Les réactions de la mouvance Ravalomanana sont plutôt timorées par rapport à la déception et à la colère des partisans de l'ancien président. Les leaders de la mouvance ont a priori beaucoup de mal à gérer la situation. De nombreux opposants leur suggèrent aujourd'hui de quitter le gouvernement. Le manque de volonté de la Haute Autorité de transition de mettre en oeuvre la feuille de route est trop flagrant. Lalao Ravalomanana, l'ex-première dame a été en effet empêchée de rentrer au pays après trois ans d'exil, malgré toujours la garantie de retour au pays stipulé dans la feuille de route.

Plus aucun Ravalomanana à l’horizon, les partisans entre déception et colère

Tojo Ravalomanana, le fils du président déchu, était rentré au pays en fin 2011, et depuis plus aucun membre de la famille n’a pu retourner au pays. L’annonce du retour au pays de Lalao Ravalomanana, l’ex-première dame, n’a été finalement que source de colère et de déception. Une fois de plus, toutes les actions visant à empêcher le retour de l’épouse de l’ancien président se sont réalisées à l’insu du Premier ministre de consensus, Omer Beriziky.  

Le ministère du transport de Madagascar a envoyé une lettre à la compagnie Air Link. Une lettre qui met la compagnie devant ses responsabilités en cas d’embarquement de Lalao Ravalomanana. Une menace à peine voilée donc. Omer Beriziky a convoqué son ministre du transport, Benjamina Ramanantsoa, et son Secrétaire général, signataire de la lettre adressée à Air Link. Une convocation, et rien de plus pour l’instant.