vendredi , 1 juillet 2022
enfrit
Jamais le trafic de bois de rose n'a connu une telle ampleur dans la Grande Ile. Depuis le changement de régime à Madagascar, en 2009, plus de 1200 containers de bois de rose ont été exportés selon le programme Coalition Access Initiative, programme mis en œuvre sous la houlette de la Banque Mondiale.

Plus de 1200 containers de bois de rose exportés en deux ans et demi

Le coup d’Etat de 2009, plongeant le pays dans un contexte de non-droit, a favorisé le phénomène d’exploitation illicite de bois de rose. Marc Ravalomanana, le président déchu, a été accusé par la Haute Autorité de la Transition d’avoir perpétré de l’exportation illégale de bois de rose. Mais la situation a visiblement empiré depuis sa chute.

L’arrestation d’un membre du Congrès, impliqué dans ce genre de trafic, n’a fait qu’envénimer la situation. Lors de l’ouverture de la session extraordinaire du parlement, le président du Congrès, Andrianantoandro Raharinaivo, a soutenu que le parlementaire incarcéré n’est qu’un « petit poisson ».

Dans les coulisses du Congrès, on n’hésite pas à affirmer que de nombreuses personnalités du pouvoir sont impliquées dans le trafic du bois de rose et qu’il fallait trouver un bouc émissaire.

Les bois de rose exploités illicitement au cours des dernières années représenteraient déjà quelques centaines d’héctares de forêts dévastées au sein même des aires protégées de la Grande Ile.