lundi , 23 mai 2022
enfrit
Marius Fransman est de nouveau à Antananarivo. Avant lui, une délégation d'experts juridiques a foulé le sol malgache. Cette fois, la mission sera axée sur le projet de loi d'amnistie. Mais quel projet de loi? Chacun y va de son interprétation. Les partisans de l'opposition commencent à admettre actuellement que la solution à la crise politique malgache est peut-être ailleurs. Depuis trois ans, les missions étrangères se succèdent mais, pour différents motifs, sont loin de pouvoir résoudre les problèmes.

Qu’attendre d’une nouvelle délégation de la SADC?

La situation n’a pas évolué d’un iota depuis 2009. Les deux principaux protagonistes de la crise, Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina, sont plus que jamais inconciliables. Malgré les accords signés. Les médiateurs se suivent et, a priori, se ressemblent. Car, d’une manière générale, après quelques mois de contacts avec les dirigeants de fait, les étrangers changent peu à peu d’attitude. Certains, après avoir noué des relations plus que professionnelles avec la partie malgache, d’autres après avoir reçu, malgré eux, des cadeaux bien empoisonnés. Des fonctionnaires malgaches font état ainsi de quelques objets de valeur offerts à titre de « politesse » à des membres de délégation de la SADC venus en mission dans la Grande Ile.