lundi , 23 mai 2022
enfrit
Recensement des véhicules de transport en commun à Tanà
Des milliers de taxis et de taxi-be circulent quotidiennement à Tanà

Recensement des véhicules de transport en commun à Tanà

De nombreux véhicules de transport en commun irréguliers ont été pris en flagrant délit dans la capitale au cours des derniers mois. Les autorités communales ont parlé d’une centaine de taxis illégaux.

Raison pour laquelle l’initiative de recensement de tous les véhicules de transport en commun a été prise récemment. Tous les taxis-ville ont été recensés. C’est maintenant au tour des taxi-be ou taxis collectifs, généralement des minibus ou des véhicules pouvant transporter jusqu’à une vingtaine de passagers, de passer par le recensement obligatoire.

En quelques jours, plus de 200 taxis collectifs ont été recensés. L’objectif est d’écarter de la circulation les véhicules irréguliers. Car depuis des années, des milliers de taxis-ville et de taxis collectifs circulent dans la capitale et sa périphérie alors que certains exercent dans l’illégalité. Les autorités communales comptent ainsi mettre de l’ordre dans le secteur, étant donné que cette activité est indispensable pour assurer le transport de la population alors que ceux qui exercent dans l’illégalité nuisent au bon fonctionnement du système tout en encombrant la circulation dans la ville.

La majorité des habitants de la capitale ont recours au transport en commun pour leur déplacement quotidien. Durant les heures de pointe, l’offre de service s’avère visiblement insuffisante, obligeant les passagers à batailler pour pouvoir entrer dans un taxi collectif, notamment le matin pour rejoindre les écoles et les lieux de travail, ou le soir pour le retour à la maison. Mais à cette insuffisance de l’offre s’ajoute le manque d’organisation au niveau de certaines coopératives de transport. Autant de raison d’assainir le secteur afin d’améliorer notamment le professionnalisme.