vendredi , 21 juin 2024
enfrit
Le secteur privé a présenté au premier ministre de la transition Eugène Mangalaza un plan de relance de l’économie. Les patrons des groupements d’entreprises et de syndicats ont confirmé leur volonté de jouer un rôle « politique » dans le futur Conseil Economique et Social.

Secteur privé : prêt pour la relance et le conseil économique

Le plan de relance de l’économique soumis par le secteur privé au premier ministre Mangalaza met l’accent sur trois secteurs prioritaires, à savoir le tourisme, l’industrie et les technologies. Le chef du gouvernement a promis de consulter le secteur privé pour la finalisation du budget de l’Etat 2010. Une rencontre entre les groupements et syndicats d’entreprise est prévue avec les techniciens du ministère du Budget et des Finances. Le secteur privé exhorte les politiciens à trouver un accord pour mettre fin à la crise politique qui a été un frein à l’investissement.

Alors que la grande famille de la société civile tergiverse pour sa participation dans l’une des institutions de la transition, le secteur privé se montre plus déterminé. « Nous devons travailler ensemble durant cette transition… ce qui est important c’est la sécurité et la confiance », a déclaré Freddy Rajaonera, Vice-président du Syndicat des industries de Madagascar, à l’issue de la rencontre entre les membres du secteur privé et le chef du gouvernement.

Georges Raveloson, Vice président du FIVMPAMA, a affirmé que les différents groupements sont prêts à porter la voix du secteur productif et des syndicats dans ce régime de transition. Il ne souhaite pas que tout le monde soit englobé dans l’étiquette de la Société civile. « On a besoin de recadrer la définition de cette société civile car certains acteurs sont impliqués dans la politique », a-t-il expliqué. « Le secteur privé est incontournable sur les questions économiques et sociales, soutient le vice-président du FIVMPAMA. Nous avons notre poids et méritons de faire partie du Conseil Economique et Social ».