dimanche , 29 janvier 2023
enfrit
Tamatave est peut-être la zone la plus sensible car c'est là que s'est réfugié Didier Ratsiraka, président fugitif ! Ce témoignage explique bien la situation.

Témoignage de Tamatave

Bonjour !

Je vais essayer de vous dessiner en quelques
mots l’atmosphère social dans lequel nous vivons à
Tamatave .

On a le sentiment d’être coupé du
monde . On ne sait que des bribes d’informations, exportées
par RFI, ou par TV5 ou quelquefois par des stations de télévisions
locales, tous d’obédience ratsirakiste. Vous pouvez comprendre
ce que cela évoque dans la transmission des messages ,
toujours tendancieuses.

Sept stations radios, de tendance de
l’AREMA, [le parti de Ratsiraka, ndlr], fonctionnent à
Tamatave maintenant ; l’une est dirigée par Fanony Fulgence,
ancien ministre de Zafy, qui soutient maintenant Ratsiraka,
ex-président, et attise même la haine raciale, ethnique
et dans ses émissions, semble fomenter quelque chose de grave
contre les merinas, et seulement les merinas.

La MBS ( radio
Ravalomanana) et les quelques stations confessionnelles sont
suspendues depuis janvier 2002.

Trois stations de télévision
émettent régulièrement : l’une nationale,
actuellement régionale ; l’autre , le Feo Mazava Antsinanana =
F.M.A.- appartient au V.P.M. Pierrot Rajaonarivelo ; tous les deux
sont au service du régime ou de la province autonome; la
troisième, la R.T.T. ( antenna de la R.T.A.) n’entre pas
beaucoup dans les jeux politiques ; elle apporte quand même une
potion des nouvelles de Tana ou d’autres villes, mais très
insuffisantes, n’assouvissant pas la soif d’information des auditeurs
.

La RFI ainsi que la TV5 exportent quand même des
nouvelles fraiches, mais trop succintes.

Les quotidiens (
MIDI, Tribune, l’Expresse, ny Gazetiko,) arrivent irrégulièrement
à Toamasina ; Midi du 25, 26 et 27 arrivent en même
temps le 1 Mars 2002, Tribune du 1, 2 et 4 M ars arrivent en même
temps le 5 Mars 2002 ; depuis le 27, nous n’avons plus reçu le
quotidien MIDI. Censure ? Blocage ?

C’est la radio trottoir
qui règne : information venant des voyageurs, ou transmises
par des portables ; – le téléphone est immédiatement
coupé, dès qu’on parle de cela – .des informations
brutes, perçues par d’oeil et de coeur différents,
peut-être déformées. On sent qu’on vit dans un
univers déformé, fuyant, indescriptible .

Exemple
de ces informations qu’on entend un peu partout :

On invite
tous les  » vantan-dehilahy betsimisaraka  » [adultes
d’ethnie Betsimsaraka, ndlr] à se réunir pour se
préparer à riposter aux assauts des pro-Ravalomanana
contre Toamasina (Radio FANONY Fulgence ) ; on empêche les
mérinas de voyager vers Tana, si ce déplacement n’est
pas définitif ( Barrage Sarimasina, à 12 Km de
Toamasina ……




Voilà un peu l’univers de Toamasina depuis quelques
semaines .
N `oubliez pas de prier pour nous et pour notre pays .


Sincères remerciements .