lundi , 23 mai 2022
enfrit
Le procès de l'affaire BANI et du professeur Raymond Ranjeva a commencé tardivement en raison d'un long débat sur les procédures à suivre. Il fallait d'abord procéder au vote des assesseurs. Le fond du dossier ne pourra finalement être débattu que le 20 mars. Une foule de partisans de l'opposition était présente au tribunal d'Anosy pour suivre le procès. Les militaires s'opposaient à la tenue du procès. Mais ils étaient tous conduits manu militari devant la barre.

Une longue journée au tribunal pour Raymond Ranjeva et les militaires de l’affaire BANI

L’avocat du professeur Raymond Ranjeva et de sa fille Riana, inculpés pour complicité dans l’affaire BANI, a nié l’implication de l’ancien juge de la Cour Internationale de Justice de la Haye, dans les événements survenus le 17 novembre 2010 au camp de la BANI. Ce jour là, des officiers ont annoncé la mise en place d’un Comité de salut public. En somme, une nouvelle forme de transition. Une initiative qui a été considérée par la Haute Autorité de la transition comme une tentative de coup d’Etat. Le procès a été dénoncé par l’opposition et de nombreuses chancelleries étrangères, à un moment où l’on parle de plus en plus d’apaisement et de suspension des poursuites judiciaires dans le cadre de la mise en oeuvre de la feuille de route.