vendredi , 1 juillet 2022
enfrit
La fête nationale du 26 juin et la célébration du cinquantième anniversaire de l'armée malgache n'a pas réjoui tous les militaires. Une quarantaine d'entre eux l'ont célébré derrière les barreaux.

Une quarantaine de militaires sous les verrous

L’anniversaire de l’indépendance et celui de l’armée ont été célébré en grande pompe le 26 juin. Le stade de Mahamasina, comme tous les ans, a été plein comme un oeuf. La parade mailitaire a été applaudie par la foule.

Cet anniversaire n’était toutefois pas le même pour tous. Une quarantaine de militaires se trouvent actuellement en prison, à la suite de la crise politique malgache. Une grande partie de ces militaires sont issue de la Force d’intervention de la genadarmerie nationale (FIGN) qui se sont mutinés contre la Haute Autorité de la Transition au mois de mai. D’autres sont des membres de l’ancienne garde présidentielle, sous Marc Ravalomanana, et qui sont impliqués dans l’affaire du 7 février 2009.

Dans son allocution à l’occasion du 26 juin, le président déchu, Marc Ravalomanana, a reconnu que l’existence de ces militaires derrière les barreaux constitue une preuve que le pays n’a pas retrouvé la paix sociale et la concorde nationale.